Les futurs affrontements entre puissances en Afrique de l’Est révélés par une carte

Les futurs affrontements entre puissances en Afrique de l’Est révélés par une carte


La carte ci-dessus fait apparaitre un corridor de transports comprenant un pipeline, une autoroute et une voie ferrée reliant le Nord ouest du Kenya au port kenyan de Lamu. *

Il  s’agit d’un projet de grande envergure nourri par un des gouvernements de la région les plus soumis aux Etats-Unis.

Il est la conséquence de la nouvelle indépendance du Sud-Soudan depuis le 1er Juillet 2011.

L’enjeu est simple : faire évacuer à terme tout ou partie du pétrole extrait du sol du Sud-Soudan vers le Sud via le Kenya alors qu’il l’est pour l’instant en totalité vers le Nord  à travers le Soudan.

Aujourd’hui le pétrole soudanais est extrait à 80 % du Sud Soudan et il quitte ce pays, ex région de l’Etat fédéral soudanais par un pipe line qui alimente au passage la raffinerie de Khartoum, qui assure les besoins du pays en carburant et poursuit son parcours jusqu’à la Mer Rouge d’où il est exporté vers l’Asie (Malaisie, Inde et Chine).

Quand il existera, le pipeline « kenyan » mettra le Sud Soudan et ses tuteurs les Etats-Unis et Israël en capacité de priver le Soudan du pétrole du Sud de le faire retomber en état de grande dépendance énergétique et donc de fragiliser un régime dont Washington et Tel Aviv désirent depuis longtemps la chute.

En attendant si le nouvel Etat sud soudanais, pauvre parmi les pauvres, où  il n’existe que 3 kilomètres de route goudronnée mais où les nouveaux dirigeants se sont déjà équipés de gros 4X4 à vitres fumées et de bureaux climatisés, doit laisser le pétrole partir vers le Nord et touche les « royalties » correspondantes qui constituent son unique source de revenus. En effet il n’y a pas de société pétrolière sud-soudanaise et le pétrole est extrait par les compagnies étrangères (malaise, chinoise et indienne principalement) qui l’ont découvert.

La carte ci-dessus montre le tracé de l’actuel pipeline. A noter que sur la plupart des documents cartographiques « occidentaux » (au sens large) le Darfour – région de l’ouest  apparait sous une autre couleur que le Soudan lui-même ce qui exprime que cette région, aujourd’hui autonome dans l’Etat fédéral soudanais et potentiellement riche en pétrole, est vouée par les stratèges occidentaux  à devenir un jour un Etat indépendant. L’acteur George Clooney est payé pour ce spectacle de prospective géopolitique

Le Soudan en attendant d’autres découvertes – probables, et les recherches sont en cours  – sur son territoire restant, doit négocier les conditions  financières du transit du pétrole du Sud soudan dans son pipeline. Condamné au moins temporairement à s’entendre les deux pays ont commencé une négociation en forme de « bras de fer ». Le Soudan a  proposé  des tarifs. Le Sud Soudan les a considérés comme excessifs et a riposté durement en fermant quelques semaines le pipeline Ce premier affrontement ne pouvait pas durer longtemps car l’assèchement du pipeline aurait entrainé très vite celui des caisses de l’Etat sud soudanais.

 La négociation a donc repris et l’annonce du projet de corridor kenyan s’inscrit dans ce contexte stratégique d’hostilité au Soudan et vient aussi s’inscrire tactiquement dans la campagne électorale présidentielle kenyane en cours.

Mais le dossier est complexe car le futur pipeline ne sera pas gratuit et le choix de passer par le Nord ou par le Sud sera finalement entre les mains des sociétés pétrolières présentes au Sud Soudan qui ne sont pas des multinationales anglo-saxonnes  mais des compagnies asiatiques et principalement chinoises.  Affaire à  suivre …. 

 

Le  port de Lamu futur grand port pétrolier en eaux profondes est aujourd’hui un modeste port de pêche ( voir photo). Le grand port commercial kenyan est au Nord à Mombasa.

 

Articles Par : Comaguer

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca