Les implications pour l’Irak du « nouveau plan » militaire de Bush

Le présent exposé a été présenté par James Cogan lors de la réunion des membres du Parti de l’égalité socialiste (Socialist Equality Party, SEP, Australie) qui s’est tenue du 25 au 27 janvier 2007. Cogan est membre du comité central et un correspondant régulier du WSWS sur l’Irak.

On peut soutenir que l’un des développements les plus graves de l’année 2006 a été la publication, le 11 octobre, d’une étude détaillée sur le nombre de morts causés par la guerre en Irak. L’étude menée par l’Université Johns Hopkins a été vérifiée et publiée par la revue médicale britannique The Lancet.

Face aux efforts déployés par les médias de l’establishment pour cacher ce qui se passe en Irak et devant la propagande incessante orchestrée par le gouvernement Bush et ses collaborateurs internationaux pour dire que la guerre apporte « la paix » et « la démocratie », le nombre avancé par l’étude montre la dure réalité : quelque 655 000 vies irakiennes ont été perdues entre mars 2003 et juin 2006.

Le président américain George Bush a balayé d’un revers de main l’étude publiée par The Lancet comme n’étant « pas crédible ». L’enquête conduite en Irak a cependant utilisé exactement la même méthodologie que celle employée dans les enquêtes qui ont évalué à 400 000 les personnes mortes dans la région du Darfour, au nord-ouest du Soudan, suite à la guerre civile, un chiffre qui, contrairement aux statistiques sur l’Irak, passe pour un fait indiscutable.

Le nombre de morts au Darfour est dérivé d’une étude conduite en 2004 auprès de 1 136 réfugiés afin de déterminer le nombre de morts survenus dans leurs familles. La mortalité a été projetée dans l’avenir pour arriver au nombre de 400 000 morts pour l’ensemble du pays et qui est cité de toutes parts. En Irak, l’enquête s’est appuyée au cours de la première moitié de 2006 sur près de 2000 familles pour chiffrer le nombre de morts à 655 000. Ce chiffre reste l’estimation la plus juste concernant l’impact de l’invasion américaine en Irak.

Au moins 186 000 de ces victimes en Irak sont à elles seules directement dues aux bombes et aux balles provenant des forces d’occupation américaines. Des milliers de personnes ont été tuées lors de la seule opération « shock-and-awe » (« choc et stupeur »), plus de 2000 ont été tuées dans la seule journée du 5 avril 2003 durant un saccage opéré par des tanks à travers Bagdad. Des milliers de personnes supplémentaires ont perdu la vie lors de bombardements aveugles de la population à Fallouja, Karbala et Nadjaf en 2004 ; et continuent de mourir dans des frappes aériennes et des raids qui sont effectués pratiquement tous les jours contre de prétendues cachettes d’insurgés.

La ruine économique du pays, l’effondrement de tout semblant de gouvernement et de société civile, et le conflit sectaire meurtrier déclenché par l’occupation américaine, sont responsables des 470 000 morts restants.

Dans le rapport intitulé « Les conséquences de la guerre menée par les Etats-Unis contre l’Irak » fait lors de la réunion du comité de rédaction international du WSWS en janvier 2006, nous cherchions à montrer comment la politique poursuivie par les forces d’invasion américaines était principalement responsables de la guerre civile qui sévit en Iraq.

Nous n’absolvons pas politiquement les différents partis nationalistes bourgeois et staliniens pour leur rôle dans l’éclatement des puissants courants socialistes qui avaient existé au sein de la classe ouvrière et des opprimés du Proche-Orient ou pour avoir attribué un potentiel révolutionnaire aux forces islamistes réactionnaires, ou pour avoir encouragé l’identité communautaire et ethnique par-dessus l’identité de classe. Mais, c’est l’impérialisme américain qui s’efforce de réimposer le régime colonial dans cette région et ce, au moyen de la méthode criminelle du « diviser pour mieux régner ».

Depuis mars 2003, la politique américaine a sciemment fomenté des divisions entre les communautés ethniques et religieuses du pays. Le lynchage sectaire de Saddam Hussein par les représentants des partis fondamentalistes chiites soutenant l’occupation ne représentait que la provocation la plus récente.

Les Etats-Unis n’ont pas créé la démocratie en Irak, mais ont déchiré le pays. A Bagdad et dans le sud, riche en pétrole, l’occupation américaine a encouragé le clergé chiite et les mouvements fondamentalistes à évincer l’élite dirigeante en majorité sunnite qui occupait le premier rang sous le régime baasiste d’Hussein. Dans le nord, les nationalistes kurdes ont consolidé un Etat de facto séparé qui dispose de son propre gouvernement et de ses propres forces.

La constitution imposée à l’Irak par le gouvernement Bush a délibérément encouragé ces forces communautaires sunnites et kurdes à croire qu’elles pouvaient agir comme intermédiaires pour les sociétés américaines dans l’exploitation des champs de pétrole du pays. Dans les régions où les Arabes sunnites prédominent, la population a été brutalement réprimée, économiquement ruinée et politiquement aliénée.

Il en a résulté des meurtres sectaires et un nettoyage ethnique tandis que les factions rivales de l’élite, toutes plus réactionnaires et anti-classe ouvrière les unes que les autres, se combattent mutuellement en vue de contrôler le territoire et le pouvoir. Depuis la destruction, par de présumés extrémistes sunnites, le 22 février de l’année dernière, de la principale mosquée chiite à Samarra, le nombre des meurtres a augmenté de façon exponentielle.

A Bagdad, les escadrons de la mort du gouvernement et la milice chiites affrontent les milices sunnites. La capitale irakienne est le théâtre de représailles et de contre-représailles brutales. Le nombre de morts chaque mois à Bagdad dépasse à présent les 6000.

La violence dépeuple l’Irak. L’on évalue à 500 000 le nombre d’Irakiens qui ont été forcés de quitter leurs maisons depuis le bombardement de la Grande Mosquée de Samarra. Il y a à présent environ deux millions d’Irakiens qui vivent à l’extérieur du pays et 1,7 million d’Irakiens supplémentaires ont été déplacés à l’intérieur du pays, plus de 12 pour cent de la population sont devenus des réfugiés.

L’intensification américaine de la guerre

Aujourd’hui, au moment même où nous nous rencontrons, nous devons reconnaître que nous ne vivons que les premiers stades de la criminalité, de l’horreur et de la perte de vie au Moyen-Orient.

Le 10 janvier, George Bush a annoncé une intensification majeure des opérations militaires américaines en Irak. Un renforcement des forces gouvernementales américaines et irakiennes a lieu à Bagdad. Le nouveau commandant américain, le général David Petraeus, affirme qu’il disposera, d’ici fin mai, de 85 000 hommes, auxquels il faut ajouter les unités de la police irakienne.

Le 24 janvier, dans des commentaires de presse, Petraeus a dit, on ne peut plus clairement, que l’armée américaine n’attendrait pas cette date pour commencer à appliquer le « plan de sécurité pour Bagdad » à l’élaboration duquel il a largement participé.

Le plan consiste à créer ce qui a été qualifié de « communautés fermées », à savoir, des troupes américaines et irakiennes projettent de pénétrer dans les bastions de résistance n’importe où dans la ville, de massacrer toute opposition en recourant à leur force militaire écrasante pour ensuite occuper le quartier. Ce plan est basé sur le fait qu’il y aura un accroissement sensible du nombre de victimes du fait qu’il place les troupes d’occupation dans le voisinage immédiat des bases de soutien des insurgés plutôt que de les en retirer afin de garantir la sécurité des enclaves résidentielles.

Déjà des zones où de puissants groupes de guérillas arabes sunnites sont basés, tel Haïfa Street, sont attaquées. Petraeus dispose toutefois d’une perspective bien plus large. Pour la première fois, les Etats-Unis ont l’intention de pénétrer dans Sadr City, quartier ouvrier à forte population chiite à l’est de Bagdad, et cherchent à détruire la milice de l’Armée du Mahdi qui suit l’imam Moqtada al-Sadr. La perspective qui se profile est celle d’une guerre urbaine prolongée entre les forces d’occupation et la milice qui compte des dizaines de milliers de partisans. Une opération de ce genre se traduira par un nombre considérable de victimes civiles.

Le stade initial d’une attaque contre le mouvement Sadr est amorcé. L’armée américaine a annoncé le 17 janvier que des raids lancés ces derniers  45 jours avaient conduit à l’arrestation de 600 combattants de l’Armée du Mahdi et de 16 principaux dirigeants de la milice. Une période identique de provocation avait précédé le soulèvement d’avril 2004 et le meurtre qui s’ensuivit de rebelles chiites à Bagdad, Karbala et Nadjaf.

La date possible pour une offensive majeure est la mi-février. Des unités gouvernementales irakiennes constituées de Kurdes du nord de l’Irak sont en route pour se rallier à l’attaque contre Sadr City. L’armée américaine considère les unités dominées par les chiites comme étant non fiables.

Le recours aux forces kurdes dans la lutte contre les miliciens chiites aura d’innombrables implications, notamment à Kirkouk ville instable du nord de l’Irak. Kirkouk est revendiquée par les partis nationalistes kurdes comme faisant partie intégrante du Kurdistan irakien. Mais, des centaines de milliers d’Arabes chiites et des Turcs ethniques vivant dans la ville s’opposent farouchement à tomber sous le régime kurde.

L’Armée du Mahdi est présente à Kirkouk et a déjà combattu avec des milices kurdes qui sont accusées de pratiquer le nettoyage ethnique. Si des troupes kurdes attaquent ses bastions à Bagdad, le niveau de la violence communautaire dans le nord augmentera de façon spectaculaire. On ne peut écarter le fait que la Turquie, qui s’oppose à l’existence de fait d’un Etat kurde près de ses frontières, pourrait chercher à exploiter la situation de manière à justifier une intervention armée.

Des questions évidentes se posent concernant le plan militaire américain pour Bagdad. Il y a presque 18 mois que Moqtada al-Sadr avait annulé le soulèvement chiite en échange d’un rôle politique pour lui-même et pour la faction de l’establishment chiite qu’il représente. Depuis lors, le mouvement Sadr émerge comme faction la plus importante dans la coalition chiite qui domine le gouvernement pro-occupation. Tout en usant d’une rhétorique populiste à l’encontre de la présence de troupes étrangères, l’Armée du Mahdi n’attaque pas les forces américaines.

En effet, la volonté de Sadr et de l’élite chiite de coopérer avec les occupants est telle, et ce en dépit de l’opposition des masses chiites, qu’une faction de l’establishment de l’armée américaine plaide en faveur de ce qu’elle appelle la règle des 80/20. Etant donné que les chiites et les Kurdes constituent 80 pour cent de la population et que les sunnites constituent la majorité des insurgés, on peut établir le raisonnement que la meilleure voie serait pour les Américains d’aider le gouvernement, dominé par les chiites, y compris les partisans du mouvement Sadr, à perpétrer un bain de sang sectaire contre la population arabe sunnite et à écraser toute résistance.

Alors pourquoi, le gouvernement Bush fait-il exactement l’inverse en désignant l’Armée chiite du Mahdi comme la plus grande menace au projet américain en Irak ?

Les questions essentielles dans l’évaluation de la politique américaine en Irak, et au Moyen-Orient en général, sont en premier lieu les motifs de la guerre.

Confronté à une économie en déclin, à des tensions sociales croissantes à l’intérieur du pays ainsi qu’à des défis croissants de la part d’un éventail d’adversaires petits et grands, l’impérialisme américain s’est embarqué dans la voie fondée sur sa puissance militaire pour contrôler l’exploitation et la distribution des ressources clé de l’économie moderne, le pétrole et le gaz. L’élite dirigeante américaine est convaincue que la domination de l’approvisionnement énergétique mondial lui permettra à la fois de préserver son hégémonie économique et politique en déclin et de supprimer les antagonismes de classes sur le front intérieur.

Le plan américain pour l’Irak n’est pas une démocratie dans laquelle les masses déterminent l’avenir du pays ou la manière dont ses richesses en pétrole sont distribuées mais un Etat-client américain qui génère des profits lucratifs aux entreprises d’énergie américaines et fournit le fondement pour davantage d’agressions dans la région.

L’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak ne représente pas la fin du militarisme américain mais seulement son stade initial. Le renforcement des troupes américaines à Bagdad ne peut être évalué sans considérer les projets plus vastes de Washington d’initier une guerre contre l’Iran et d’établir son emprise sur l’ensemble du Golfe Persique.

L’Armée du Mahid est présentée comme un obstacle aux projets américains. Elle recrute ses partisans dans les rangs de la classe ouvrière urbaine et parmi les pauvres qui sont hostiles à la présence des troupes américaines et au pillage des ressources de l’Irak par les grandes entreprises. Ils sont tout aussi hostiles à toute autre agression commise au Moyen-Orient.

Le renforcement des troupes est destiné à provoquer une confrontation et à déclencher une frappe préventive contre la milice chiite qui pourrait se soulever contre les forces américaines. En cherchant désespérément à contrôler ses partisans, la direction du mouvement Sadr se discrédite elle-même et ne sera pas en mesure de contenir indéfiniment une réaction anti-impérialiste explosive, particulièrement dans le cas d’une guerre avec l’Iran.

Un article intéressant, paru le 18 janvier dans le New York Times, a fait référence à un commerçant de Sadr City qui remarquait avec mépris que les dirigeants du mouvement Sadr ne s’opposaient pas aux incursions américaines dans la région par peur de salir leurs « chaussures italiennes ». Autrement dit, les chiites ordinaires croient que les partisans du mouvement Sadr sont plus préoccupés à sauvegarder les privilèges qu’ils ont tirés de l’occupation que de tenir leurs promesses populistes d’empêcher que l’Irak ne soit transformé en une colonie américaine.

Le 24 janvier, dans son discours sur l’état de l’Union, Bush a réaffirmé l’intention de son gouvernement de provoquer un bain de sang contre l’Armée du Mahdi. Bush a explicitement ajouté « les extrémistes chiites soutenus par l’Iran » aux allégations grossières faites par le gouvernement selon lesquelles la civilisation même était menacée par des extrémistes sunnites tels al-Qaïda.

Bush a, à nouveau, mis en garde le gouvernement dominé par les chiites du premier ministre Nouri al-Maliki, qu’il lui fallait tenir ses promesses faites à contrecœur de soutenir les représailles contre la milice chiite. La Maison-Blanche exige également que les partis chiites établissent un soi-disant gouvernement d’unité nationale et partagent le pouvoir avec les représentants de l’élite dirigeante sunnite qui tenait le haut du pavé sous Saddam Hussein. Au cas où ils ne le feraient pas, il existe déjà de nombreux signes que Washington commanditera quelque chose comme un coup d’Etat militaire contre Maliki.

Divisions à l’intérieur des cercles dirigeants américains

La décision prise par le gouvernement Bush d’intensifier la guerre ne peut qu’avoir des conséquences des plus profondes et, à bien des égards, des plus imprévisibles. Une révision de la stratégie américaine à Bagdad n’a nullement l’intention de suggérer que ce sera une réussite. La conception, au sein des cercles dirigeants américains, selon laquelle l’opposition des masses irakiennes peut être éliminée simplement au moyen de bombes a été désavouée à maintes reprises au cours de ces quatre dernières années. D’un bout à l’autre de la planète, le sentiment anti-impérialiste s’est développé.

Du reste, il est hautement significatif que le renforcement américain en Irak a été effectué dans le plus complet mépris de la volonté du peuple américain et dans une situation où des divisions amères règnent au sein des cercles dirigeants américains au sujet de la menace interne que représente la poursuite d’une guerre impopulaire.

Le groupe d’étude sur l’Irak (Irak Study Group, ISG) qui en décembre dernier a publié son rapport qualifie la guerre d’échec et recommande un « changement de cap », incarne ces divisions.

Un proche de l’éminence grise républicaine, James Baker, a fait le commentaire suivant au Washington Monthly au sujet des considérations qui ont poussé Baker à accepter d’être à la tête de l’ISG : « Baker est principalement motivé par son désir d’éviter une guerre à l’intérieur du pays — à savoir que les choses se détériorent non pas sur le champ de bataille mais dans le pays. Et donc, il préconise un cessez-le-feu dans la politique américaine. »

Lee Hamilton, coprésident démocrate de l’ISG, s’en est fait l’écho, en exposant l’inquiétude à la fois de son parti et de Baker, inquiétude que les Etats-Unis pourraient bientôt devenir « ingouvernables » en raison de l’opposition et des conflits existant au sujet de la guerre en Irak. Ni Hamilton ni Baker ne voyaient d’autre alternative qu’un recul de l’impérialisme américain, du moins temporaire, quant au militarisme unilatéral de l’administration Bush.

Tout en disant clairement que les forces américaines devraient rester en Irak indéfiniment, le rapport ISG requiert que les troupes américaines soient soustraites aux combats les plus violents, que des concessions soient faites aux insurgés anti-occupation afin que l’intensité de la violence diminue et qu’une conférence internationale soit organisée pour obtenir de l’aide de la part de l’ONU, de l’Union européenne et des Etats de la région pour le gouvernement irakien pro-américain. L’ISG insiste sur le fait que la stabilisation de l’Irak requiert de se distancier de la politique agressive du gouvernement Bush à l’égard de l’Iran et de la Syrie.

La réponse du gouvernement Bush a été d’insister pour dire que l’abandon des objectifs impérialistes américains au Proche-Orient est impossible. Tout recul, même temporaire, serait partout exploité par les adversaires des Etats-Unis dans le but d’affaiblir les intérêts américains. L’assujettissement de l’Irak doit être achevé, la confrontation avec l’Iran doit être poursuivie et d’autres guerres doivent être planifiées. Les intérêts économiques d’une petite oligarchie capitaliste l’exigent. Les implications à l’intérieur du pays ont une fois de plus été mises en avant par le vice-président, Dick Cheney, qui a implicitement dénoncé, dans ses interviews accordées à la presse après le discours de Bush sur le renforcement des troupes, toute opposition politique comme déloyale.

En conclusion, notre travail tout au long de l’année à venir se fera dans le contexte d’un carnage s’intensifiant en Irak, d’une agression américaine à l’encontre d’autres Etats et de conflits de classe à l’intérieur des Etats-Unis et sur le plan international. La décrépitude de la société capitaliste met à l’ordre du jour la nécessité d’une révolution sociale. Il est de notre responsabilité d’apporter cette perspective au sein de la classe ouvrière internationale. Comme Nick Beams l’a expliqué dans son rapport d’ouverture, nous devons transformer un processus historique inconscient en un mouvement politique conscient.

Dans les pays avancés, les vieilles organisations ouvrières sont discréditées et prônent le militarisme et l’économie libérale. Les tendances pablistes sont prosternées devant ces organisations, soutenant le néo-colonialisme ou insistant pour dire que les masses doivent limiter toute opposition à des protestations impuissantes à l’adresse de l’establishment officiel.

Dans les pays opprimés, les nationalistes bourgeois ne sont, le plus souvent, qu’en mesure de proposer une démagogie usée jusqu’à la corde en s’agenouillant devant les diktats du capital mondialisé. Au Moyen-Orient, par exemple, les tendances islamiques fondamentalistes sont incapables de s’opposer à l’agression impérialiste et cherchent à maintenir la mainmise sur les masses par le communautarisme et le sectarisme.

Dans notre déclaration du 22 janvier 2007, nous avons défini notre tâche comme étant la lutte pour unifier la classe ouvrière internationalement dans le combat pour un avenir socialiste. Cette perspective sera développée au cours de l’année à venir par le travail que nous avons défini pour le WSWS et le SEP.

Article original en anglais paru le 15 février 2007.

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca