Les OGM sud-africains victimes d’un bug, la récolte est condamnée

Trois variétés de maïs OGM Monsanto sont victimes d’un bug en Afrique du Sud. La récolte des 82 000 hectares concernés est condamnée.
Maïs OGM Afrique du Sud

Une simple erreur de manipulation en laboratoire pour le semencier, un échec de la biotechnologie pour les écolos. Pas vraiment de quoi rassurer les populations, à l’aube d’une crise alimentaire sévère…

Les agriculteurs sud-africains n’en reviennent toujours pas. 82 000 hectares de maïs génétiquement modifiés achetés à Monsanto ne produisent rien. D’aspect extérieur, les plantes paraissent en bonne santé : aucune trace de maladie ou de malformation. Mais les grains ne sortent pas. Ce phénomène concerne trois variétés de maïs, dans trois provinces sud-africaines.

Une erreur en laboratoire peut aujourd’hui provoquer une famine. Monsanto a avoué un problème lors du “processus de fertilisation en laboratoire”, qui concernerait un tiers des agriculteurs ayant acheté les semences. La firme a aussi annoncé qu’elle indemnisera les paysans pour les pertes subies, sans en avoir encore évalué le coût. Un directeur de Monsanto en charge de l’Afrique, Kobus Lindeque, a déclaré que sa compagnie allait “revoir les méthodes de production de graines pour les trois variétés impliquées, et que des ajustements seraient effectués”. Sous vos applaudissements…

Jusqu’à 80% des productions anéanties

Sur 1000 agriculteurs qui ont utilisé les semences modifiées, 280 déclarent avoir subi des dommages, jusqu’à 80% de la récolte pour certains. Mais Marian Mayet, directrice du Centre Africain sur la Biosécurité (Johannesburg), conteste les chiffres, elle demande l’ouverture d’une enquête indépendante et un moratoire immédiat sur toutes les cultures OGM.

Monsanto dit qu’ils ont fait une erreur de laboratoire, mais nous disons que c’est la technologie elle-même qui est un échec. Il est impossible de faire une ‘erreur’ avec trois variétés différentes de maïs” a-t-elle déclaré.

L’Afrique du Sud est un précurseur en matière d’OGM, ayant autorisé la culture et la consommation du maïs transgénique.  Monsanto au même moment que les Etats-Unis. Le gouvernement n’impose aucune législation particulière, ni au niveau de la production, ni au niveau de l’étiquetage.

Le maïs est, en Afrique du Sud, un des produits les plus consommés. La faiblesse de la récolte de cette année menace l’équilibre alimentaire de la région.

Les trois variétés de maïs OGM sont censées, selon les brochures de Monsanto, lutter contre les mauvaises herbes et augmenter les rendements.  Raté !!!!

Articles Par : Global Research

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca