Les paysans et les mouvements sociaux disent non à l’accaparement des terres

Région :

Invitation à une conférence de presse et à une action symbolique :

• le 16 novembre 2009 à 10h00

• Lieu: Rome, Tente de la souveraineté alimentaire dans le parc en face de l’immeuble de la FAO

• Possibilités d’interviewer des gens directement impliqués dans la lutte.

• Programme organisé par Via Campesina et GRAIN

Lors du Sommet mondial 2008 de la FAO sur la sécurité alimentaire, le sujet qu’on refuse obstinément de traiter fut celui des bénéfices exorbitants engrangés par l’agrobusiness au plus fort de la crise alimentaire, alors que plus d’un milliard d’humains souffraient de la faim. Cette année, celui qu’on évitera sera celui de l’accaparement mondial des terres. Les investisseurs s’entendent avec les gouvernements pour s’emparer de dizaines de millions d’hectares de terres fertiles en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Les gouvernements qui font pression pour conclure ces accords, comme l’Arabie saoudite ou la Corée du Sud, voient dans l’externalisation de leur production alimentaire une nouvelle stratégie pour nourrir leur propre population sans recourir au marché international.

Les investisseurs privés considèrent les terres arables dans les pays émergents comme une nouvelle source de revenus garantis, étant donné le niveau actuel des prix alimentaires. D’une façon ou d’une autre, cette razzia sur les terres fait de la crise alimentaire une opportunité financière d’autant plus intéressante que celle -ci repose sur l’expansion d’une agriculture industrielle tournée vers les exportations. Plus de 100 milliards de dollars US sont en jeu et plus de 40 millions d’hectares ont déjà fait l’objet d’acquisitions, de l’Éthiopie à l’Indonésie. Les petits agriculteurs se voient privés de l’accès indispensable à la terre et à l’eau et les communautés locales auront encore moins accès à l’alimentation. Et pourtant, le plus souvent, ils ne sont même pas tenus au courant de ces accords ni impliqués dans des décisions qui vont affecter des terres qu’ils cultivent depuis des générations. Les conséquences de cette tendance sur le système alimentaire mondial sont absolument dramatiques.

Pour les organisations paysannes et les mouvements sociaux qui se rencontrent à Rome, cet accaparement des terres dans le monde est inacceptable. Il n’a rien à voir avec le renforcement de l’agriculture familiale et des marchés locaux qui, à nos yeux, est la seule façon de mettre en place des systèmes alimentaires qui soient effectivement capables de nourrir les populations. Les scénarios « gagnant-gagnant » qui vont être proposés au Sommet officiel de la FAO sont dangereux et irréalistes. Certes, les investissements sont nécessaires. Mais ce qu’il faut, c’est investir dans la souveraineté alimentaire, dans d’innombrables marchés locaux et dans les quatre milliards de ruraux qui produisent l’essentiel de la nourriture qui permet à nos sociétés de vivre, et non pas dans des méga-fermes aux mains de quelques méga-propriétaires.

Du 13 au 17 novembre 2009, des représentants des organisations paysannes et des mouvements sociaux qui sont directement impliqués dans les luttes contre cette nouvelle vague d’accaparement des terres seront à Rome.

Les ONG et les groupes militants qui font un travail de recherche et d’analyse sur ce problème seront aussi présents. Il s’agit d’une excellente occasion pour les médias de parler avec des personnes directement impliquées dans cette lutte. Le 16 novembre, Via Campesina et GRAIN présenteront un exposé détaillé et proposeront une action symbolique sur l’accaparement des terres (voir détails ci-dessous).

Orateurs à la conférence de presse : Renée Vellvé (GRAIN), Mugi Ramanu (Indonesian Peasant’s Union), Ralava Beboarimisa (Collectif pour la défense des terres malgaches)

Modératrice: Nettie Wiebe (Via Campesina)

Contacts presse (anglais, français, espagnol) :

Devlin Kuyek (GRAIN):

+1 5145717702 (jusqu’au 12 novembre)

+39 3490657014 (13-17 novembre)

devlin@grain.org  

www.grain.org  and www.farmlandgrab.org  

Annelies Schorpion (Via Campesina):

+32 474847280 (jusqu’au 11 novembre)

+39 3312861096 (12-18 novembre)

a.schorpion@eurovia.org  

www.viacampesina.org  

La Via Campesina est un mouvement international rassemblant des millions de paysans, de petits producteurs, de sans-terre, de femmes rurales et de travailleurs agricoles du monde entier. Notre mouvement est composé de 148 organisations actives dans 69 pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe, et des Amériques.

GRAIN est une petite organisation internationale à but non lucratif qui soutient la lutte des paysans et des mouvements sociaux pour renforcer le contrôle des communautés sur des systèmes alimentaires fondés sur la biodiversité.

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca