Les relations sino-japonaises restent tendues

Région :
Les relations sino-japonaises restent tendues

Les relations sino-japonaises continuent à se dégrader à la suite d’un conflit aigu le mois dernier au sujet de l’arrestation d’un capitaine de chalutier chinois par les autorités japonaises dans les eaux des petites îles Diaoyu (appelées Senkaku au Japon) en Mer de Chine orientale. Devant la menace d’une contre-mesure chinoise, le gouvernement japonais a relâché le capitaine, mais les tensions persistent.

Cette zone autour des îles Diaoyu/Senkaku, actuellement sous contrôle japonais, dispose d’importantes ressources énergétiques sous-marines. À la mi-septembre, la Chine avait suspendu les pourparlers prévus avec le Japon concernant l’exploitation des champs gaziers contestés en Mer de Chine orientale. Tokyo menaçait de prendre des « contre-mesures » si la Chine rompait leur accord de 2008 sur un développement conjoint et commençait à exploiter du gaz seule.

La semaine dernière, Tokyo a prétendu qu’il était « très probable » que la Chine ait commencé à forer au large du champ gazier de Shiraaba (appelé Chunxiao en Chine). Les projets japonais d’envoi d’un navire d’étude sismique dans cette zone pourraient entraîner une nouvelle confrontation avec la Chine, étant donné que Pékin aurait déployé deux destroyers pour patrouiller dans le champ de Chunxiao. Cette semaine, Pékin a envoyé des navires de patrouille dans les eaux environnant les îles Diaoyu/Senkaku et a annoncé des projets de construction de 36 patrouilleurs d’un tonnage comparable à celui des navires des gardes-côtes japonais.

Les frictions ont également perduré au sujet des restrictions chinoises sur les exportations de terres rares, qui sont vitales pour fabriquer divers produits de haute technologie, notamment en électronique. Au cours du conflit du mois dernier, la Chine a officieusement bloqué les exportations des terres rares vers le Japon. La Chine dispose d’un quasi-monopole sur la production mondiale de terres rares. Par la suite, Pékin a également cessé les exportations vers les États-Unis et l’Europe conformément à une décision précédente d’imposer des quotas d’exportations pour conserver ses réserves de ce matériel.

Une pression de plus en plus importante est faite sur Pékin pour qu’elle reprenne les exportations. Dimanche dernier, le ministre japonais du commerce, Akihito Ohata, a demandé à Pékin de reprendre les envois de terres rares à destination du Japon. Mais le ministre chinois du commerce, Jiang Yaoping, en visite au Japon, a refusé d’y accéder, déclarant que la Chine ralentissait ses exportations vers le Japon et d’autres pays dans le cadre d’actions «anti-contrebande, » mais n’imposait pas d’embargo international.

Grâce à un coût de main d’œuvre très bas, la Chine représente actuellement 95 pour cent de la production annuelle de terres rares. Si les États-Unis et l’Europe ont été affectés par les restrictions chinoises, l’effet sur le Japon est particulièrement sévère étant donné que c’est le plus gros importateur mondial de terres rares. On estime que les réserves stratégiques de terres rares du Japon seront épuisées en avril prochain, si l’embargo chinois continue à s’appliquer. Tokyo cherche des sources alternatives en Mongolie et au Vietnam.

Hier, d’après le New York Times, la Chine a mis fin à son embargo de fait et repris les exportations de terres rares, y compris vers le Japon. Si la pénurie va se résorber à court terme, les problèmes à long terme persistent. Comme l’explique le journal : « Avec le quota de cette année, – 30 300 tonnes d’envois autorisés – seules quelques centaines de tonnes restent à exporter. Pendant ce temps, la demande annuelle pour les terres rares chinoises approche les 50 000 tonnes, d’après les estimations des professionnels. » Les restrictions actuelles de la Chine ont fait s’envoler les cours.

Les tensions sous-jacentes sont mises en évidence par la décision du Premier ministre japonais Naoto Kan d’agrandir l’armée japonaise. S’exprimant au cours d’une inspection des troupes à Tokyo lundi, il a justifié sa politique militaire plus active en mentionnant la « menace » chinoise et la nécessité de renforcer l’alliance américano-japonaise.

Les Principes du programme de défense nationale japonaise pour la période 2011-2015, qui devraient être publiés en décembre, comprendront une extension de la flotte de sous-marins de 16 à 22 unités, abandonnant la limite de 20 imposée en 1976. Un autre changement majeur en discussion est la fin de l’interdiction d’exporter des armes, qui remonte à 1967, et qui limitait la capacité du pays à s’engager dans les programmes de développement avec d’autres pays et donc d’avoir accès à des technologies militaires plus avancées.

La position plus ferme de Kan envers la Chine est encouragée par Washington, qui cherche activement à réduire l’influence chinoise en Asie et pousse le Japon et d’autres alliés à faire de même.

Durant une conférence de presse conjointe à Honolulu hier avec le ministre des affaires étrangères japonais, Seiji Maehara, la secrétaire d’Etat américaine Hilary Clinton a réaffirmé le soutien des États-Unis au Japon dans ce conflit avec la Chine. S’exprimant immédiatement après la reprise des exportations chinoises de terres rares, Clinton a déclaré aux médias qu’elle espérait « que cela signifiait que le commerce de ces matières importantes continuera sans entraves ni interférences. »

Interrogée sur le désaccord au sujet des îles Diaoyu/Senkaku, Clinton a réaffirmé les déclarations américaines précédentes selon lesquelles cette question entrait dans le cadre des Accords de défense américano-japonais. Bien qu’elle n’en ait pas détaillé les implications, les remarques de Clinton signifient clairement que les États-Unis soutiendraient le Japon dans l’éventualité d’un conflit avec la Chine à propos de ces îles. Le ministre des affaires étrangères Maehara a dit de l’engagement de Clinton qu’il est « très encourageant. »

Clinton, qui réalise une tournée asiatique de deux semaines, participera au Sommet de l’Asie orientale, dans le cadre de la conférence actuelle de l’ANASE (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) à Hanoi. Lors d’un précédent sommet de l’ANASE en juillet, Clinton avait délibérément fait monter les tensions avec la Chine et se rangeant nettement du côté des membres de l’ANASE au sujet de leurs différents frontaliers avec Pékin en Mer de Chine du Sud. Elle y avait également déclaré que les États-Unis avaient un « intérêt national » à garantir « la liberté de navigation » dans cette mer qui est traversée par des routes commerciales d’une importance stratégique essentielle entre l’Asie du Nord-Est et le Moyen-Orient.

Les États-Unis ont encouragé l’Inde à collaborer plus étroitement sur les questions stratégiques avec le Japon, ceci fait partie d’une stratégie plus large de Washington pour contenir la Chine grâce à une série d’alliances et de partenariats stratégiques. S’exprimant au sujet du voyage du président Obama en Inde prévu pour le mois prochain, un officiel américain préférant garder l’anonymat a déclaré au Financial Times lundi : « Nous voyons l’Inde comme une puissance d’Asie orientale. L’Inde n’est pas cantonnée au contexte de ses voisins immédiats. »

Le Japon a signé une déclaration de « coopération de sécurité » avec l’Inde en 2008, après avoir signé un accord similaire avec l’Australie en 2007. Sans être formellement un accord de défense, cette déclaration est un document politique, soulignant, par exemple, que « le Japon et l’Inde partagent des intérêts communs à la sécurité des voies de communication maritimes » – une référence indirecte à l’expansion navale chinoise.

Une visite de trois jours au Japon par le Premier ministre indien, Manmohan Singh, cette semaine a souligné les relations croissantes entre les deux pays. Le commerce chinois avec le Japon ne représente qu’un vingtième du commerce sino-japonais, mais l’on s’attend à ce qu’il se développe rapidement. Un Accord de partenariat économique (APE) signé par Kan et Singh supprimera les taxes douanières pour plus de 90 pour cent des exportations japonaises en Inde au cours des dix années à venir. Cette année, l’investissement japonais en Inde a dépassé l’investissement en Chine pour la première fois. Singh a indiqué que l’Inde pourrait exporter ses terres rares vers le Japon.

Le Times of India (TOI) a clairement exprimé les intérêts mutuels en jeu : « l’effort de l’Inde pour cimenter une relation stratégique avec le Japon ne pouvait pas arriver à un meilleur moment, Tokyo commençant seulement à comprendre que sa politique chinoise part à vau-l’eau. Comme le ministre des affaires étrangères Kanwal Sibal l’a déclaré au TOI, c’est le bon moment pour que l’Inde fasse du Japon un rempart contre l’expansion chinoise et c’est sur ce terrain que Pékin peut être mis “échec et mat”. »

Les frictions continuelles entre la Chine et le Japon ne sont qu’un élément de la rivalité entre les États-Unis et la Chine qui entraînent toute la région dans une spirale de confrontations et de conflits.

Article original,WSWS, paru le 29 octobre 2010.

Articles Par : John Chan

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca