Libye, le Fukushima de la guerre

Libye, le Fukushima de la guerre

Alors que le bâton de commandement du « Protecteur unifié » (nouveau nom de la guerre) passe des mains du général étasunien dirige le Commandement Africa à celles de l’amiral étasunien dirigeant de l’Alliance atlantique, l’OTAN annonce que son objectif est de «protéger  les civils et les zones peuplées de civils ». Ceci s’accomplit en lançant sur la Libye des centaines de missiles Tomahawk, dont la majorité ont une tête à l’uranium appauvri qui provoque des effets désastreux sur la santé et l’environnement (voir l’étude du professeur M. Zucchetti). Les missiles sont lancés des navires mais aussi depuis des sous-marins nucléaires : parmi lesquels trois étasuniens (Providence, Floride et Scranton) qui, après avoir transité par Naples, utilisent comme base le port d’Augusta (en Sicile). Ils ont à leur bord des réacteurs nucléaires, plus dangereux que ceux qui ont provoqué la catastrophe de Fukushima. Ils disposent en effet de systèmes mineurs de sécurité, sont majoritairement sujets à des accidents, et produisent une pollution radioactive dans leur fonctionnement normal. Ces réacteurs nucléaires, qui n’obtiendraient pas de licence de fonctionnement par les autorités civiles, entrent pourtant dans les ports italiens. D’autres têtes à uranium appauvri se trouvent sur les bombes Jdam, d’une tonne. Les bombardiers stratégiques B-2 Spirit, qui partent du Missouri pour attaquer Tripoli (à plus de 10.000kms de distance), en portent chacun 15 : lancées à environ 50kms de distance, les bombes planent sur les objectifs. Elles sont aussi utilisées par les bombardiers stratégiques B-1B Lancer, qui partent de Moròn en Espagne pour lancer chacun des dizaines de Jdam.
 

AC-130 Specter
Source : Wikipédia

   

S’y ajoutent les projectiles à uranium appauvri que les avions étasuniens A-10 Thunderbolt (Foudre) et A-130 Specter (Spectre) utilisent pour ouvrir la route aux insurgés. Le premier a un canon Avenger (Vengeur) à sept tubes rotatifs de 30mm : il tire 3.900 projectiles à la minute, soit à uranium appauvri, soit incendiaire à capacité explosive élevée [1]. Le second, la « canonnière volante »,  est le système d’armes aérien le plus complexe au monde : par des systèmes sophistiqués de viseur, il tire simultanément avec 6 canons, dont deux de 105 mm et un, le Vulcan (Vulcain), qui tire 6 mille projectiles à la minute [2]. L’emploi de l’uranium appauvri à but militaire offre de multiples avantages : d’une part, il évite la dépense nécessaire pour le traiter et le conserver comme déchet radioactif après qu’il ait été utilisé dans les réacteurs nucléaires ; d’autre part, il permet de construire des têtes et projectiles avec un matériau à faible coût (quelques dollars au kilo). De plus, il est très efficace pour construire des têtes et projectiles pénétrants, qui percent du ciment armé et des blindages et, en explosant à l’intérieur, développent des températures de plusieurs milliers de degrés. Et c’est justement cela qui va générer les grains de poussière radioactifs qui provoquent des tumeurs et malformations même pour les générations successives. Il n’est pas exclu que l’uranium appauvri des bombes qui sèment la mort en Libye ne provienne aussi des réacteurs de Fukushima, qui sèment la mort au Japon. Le bâton de commandement est toujours celui du «Protecteur unifié ».

Edition de mardi 29 mars 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/29-Marzo-2011/art20.php3  

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio.

Notes de la traductrice :

[1]  Il vaut la peine de voir les détails (et photos…) de sa description et historique -sommaire- de son utilisation sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/GAU-8_Avenger  

[2] Voir par exemple : http://www.avionslegendaires.net/lockheed-ac-130-spectre.php


Manlio Dinucci
est géographe et collaborateur au quotidien italien il manifesto.


Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire "L'art de la guerre" au quotidien italien il manifesto. Il est l'auteur de Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Geografia del ventunesimo secolo, Zanichelli 2010 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca