Mali : La reconquête coloniale

Mali-Afrique

« Qu’y-a-t-il sous les bruits de bottes qui commencent à se faire entendre au Mali ? », interroge Mireille Fanon-Mendès-France. [1]

Pour elle, il ne fait aucun doute que les menaces d’intervention américano-françaises s’inscrivent dans la stratégie occidentale visant à contrer la progression globale de la Chine dans la grande guerre pour les ressources de la planète, particulièrement en Afrique.

Dans le même mouvement, il s’agit aussi d’éradiquer toute tentative des peuples de s’affranchir de l’ordre ultralibéral qui leur a été imposé ces dernières décennies par le FMI et la Banque mondiale.

Pour atteindre leurs objectifs, les puissances impérialistes s’emploient à profiter de la déliquescence de certains Etats africains pour réintroduire une présence militaire camouflée derrière des armées locales défaillantes.

Les Etats-Unis, conscients que la France, ex-puissance coloniale de l’Ouest africain, n’est plus en capacité de soutenir et de protéger les multinationales occidentales, ont, depuis maintenant six ans, commencé à étoffer leur présence militaire en implantant des bases de l’US Africa Command (Africom), actuellement sous le commandement du général Carter Ham. [2]

Au Mali, les militaires américains ont mis en place des programmes de formation à l’intention de quelque 6.000 soldats de l’armée nationale.

Parallèlement, ils ont mis en oeuvre un dispositif de renseignements et de surveillance codé Creek Sand [3] tandis que des éléments des forces spéciales s’investissaient secrètement dans des actions de contre-terrorisme visant officieusement Aqmi. [4]

L’étape actuelle consiste à préparer l’opinion publique internationale à une intervention militaire au nord Mali au nom de lutte contre le terrorisme.

Hollande, en première ligne dans ce travail de « communication », a déclaré qu’une intervention était nécessaire pour  « éradiquer le terrorisme dans l’intérêt de ce pays, de l’Afrique et de la stabilité du monde ».

Ce qu’il dissimule c’est que les organisations islamistes ne disposent de bases au Sahel que parce que leur présence a été favorisée – notamment par les Saoudiens et les Qataris – pour servir les intérêts des Occidentaux et particulièrement ceux des Américains.

La lutte contre le terrorisme ne sert qu’à justifier la mise sous tutelle du Mali et à faire main basse sur les ressources naturelles de cette région du monde (notamment des mines d’uranium) dont les multinationales occidentales veulent s’arroger le monopole.

Bien sûr, nombre de Maliens souhaitent, eux aussi, la fin de la présence des islamistes et de leurs exactions mais, pour autant, ils n’acceptent pas que leur ancien ou futur colonisateur vienne leur dire ce qui est bon pour eux, au nom de la démocratie ou de la lutte contre le terrorisme.

afrique,mali,impérialisme

Soldat américain des forces spéciales supervisant l’entraînement de soldats maliens

Notes

[1] Mireille Fanon-Mendès-France, présidente de la Fondation Frantz Fanon, a été nommée membre du Groupe de travail d’experts sur les personnes d’ascendance africaine par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies (1er Mai 2010).

Cet article utilise comme source un de ses articles publiés le 5/11/2012 : http://frantzfanonfoundation-fondationfrantzfanon.com/?p=…

[2] Selon The Washington Post, une douzaine de bases américaines ont été implantées en Afrique depuis 2007 :http://www.washingtonpost.com/world/national-security/us-…

[3] L’opération Creek Sand utilise comme plate-forme deux aéronefs Pilatus PC-12/47 basés sur l’aéroport international de Ouagadougou au Burkina Fasso. Ceux-ci sont équipés de dispositifs vidéo électro-optiques et infrarouges, télémètre laser, radar, etc.

[4] Des commandos d’élite du 19th Special Forces Group, basé en Utah, ont été envoyés au Mali en mars 2012 :http://www.usnews.com/news/blogs/dotmil/2012/03/23/pentag…

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Articles Par : Jean-Pierre Dubois

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca