Manifestations internationales en soutien de la révolution égyptienne

Près de 2000 personnes ont manifesté samedi à Londres, en solidarité avec la révolution égyptienne. La manifestation s’est rassemblée à l’ambassade des États-Unis à Grosvenor Square et a marché environ une heure pour se rendre jusqu’à l’ambassade de l’Égypte. La manifestation s’inscrivait dans le cadre d’une journée d’actions de solidarité internationale en soutien des masses égyptiennes.

Vendredi, des manifestations avaient eu lieu dans de nombreuses villes européennes, dont Berlin, Paris et Madrid. Dans la capitale française, l’organisation Reporters sans frontières s’était réunie à l’ambassade de l’Égypte dans le but d’exiger la fin des attaques sur les journalistes par des policiers en civil et des hommes de main.

Samedi, des manifestations ont été organisées à Paris et Vienne en Europe, New York, Washington, Los Angeles, la Nouvelle-Orléans, Seattle, Atlanta et Calgary en Amérique du Nord, et Tokyo au Japon. Jusqu’à 4000 personnes ont marché à Paris de la place de la République jusqu’à la Madeleine ou soutien aux masses égyptiennes. « À bas Moubarak » et « Le peuple veut la chute du régime » faisaient partie des slogans scandés par les manifestants.

À Vienne, environ 300 personnes ont manifesté sur la place centrale de la ville, la Stephanplatz. Selon le site web Demotix, elles auraient été rejointes par des manifestants qui avaient aussi exigé la chute du gouvernement tunisien de Ben Ali en janvier.

À New York, une manifestation s’est tenue à l’extérieur de l’édifice des Nations Unies. À Los Angeles, des manifestants se sont rassemblés près du Federal Building, et certains brandissaient des banderoles exigeant l’arrêt de l’envoi d’aide américaine pour le régime Moubarak. Plusieurs centaines de personnes ont aussi manifesté à Tokyo.

En Australie, près de 200 personnes, pour la plupart d’origine égyptienne et arabe, se sont rassemblées à l’extérieur de l’ambassade des États-Unis à Sydney dimanche pour marquer leur appui aux manifestants en Égypte. Des manifestations ont aussi pris place à Canberra et dans d’autres villes australiennes au cours des deux dernières semaines.

Dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, un rassemblement a été forcé de se disperser par les forces de l’Autorité palestinienne, qui ont interdit les manifestations anti-Moubarak sous le prétexte d’empêcher « les rassemblements illégaux et non autorisés qui pourraient amener une situation chaotique ». Au même moment, l’Autorité palestinienne organisait des manifestations pro-Moubarak.

La manifestation de Londres a été appelée par Stop the War Coalition (STWC) et Palestine Solidarity Campaign. Les manifestants ont été rejoints à l’ambassade égyptienne par un autre groupe de manifestants, pour la plupart d’origine égyptienne, qui exigeait le départ du régime de Moubarak. Une série de manifestations ont été tenues durant la dernière semaine à l’extérieur de l’ambassade.

Dans ce qui ne peut être caractérisé que de provocation délibérée, la police a dirigé une manifestation organisée par Hizb ut-Tahrir, une organisation de droite islamiste, qui se trouvait à proximité vers l’avant de la manifestation principale, alors que celle-ci arrivait devant l’ambassade. Il y a eu clairement tentative d’associer faussement la manifestation anti-Moubarak à l’appel de l’organisation théocratique pour un empire islamique à travers le Moyen-Orient. Cette manœuvre a suscité des protestations de ceux manifestant pour la STWC.

Bien que les travailleurs et les jeunes soient venus à la manifestation pour exprimer leur solidarité avec la lutte égyptienne, ils n’ont pas reçu de direction des groupes politiques ayant organisé la manifestation. Tariq Ali, l’opportuniste politique de longue date et conseiller auprès de l’élite dirigeante pakistanaise s’est adressé au ralliement du STWC organisé sous le slogan, « Solidarité avec le peuple égyptien – Pour la liberté au Moyen-Orient ». John Rees, membre du comité de direction de la STCW et ancien dirigeant du Socialist Workers Party (SWP) jusqu’à sa démission l’an dernier a aussi pris la parole, ainsi que Judith Orr, la rédactrice en chef du journal du SWP. Ces derniers ont récemment séjourné au Caire.

Bien qu’il déclare de manière formelle son soutien pour les millions de protestataires en Égypte, la STWC met de l’avant un programme purement procapitaliste centré sur les appels aux gouvernements britannique et d’autres pays occidentaux pour aider à renverser Moubarak. La démonstration, a déclaré la STWC, enverrait « le message à notre propre gouvernement qu’il a besoin de demander à Hosni Moubarak de quitter ses fonctions immédiatement ».

Créée au lendemain des attentats terroristes du 11-Septembre aux États-Unis, la STWC, qui est constituée en grande partie du SWP, de l’Association musulmane de Grande-Bretagne et du Parti communiste stalinien de la Grande-Bretagne, s’est opposé à toute mobilisation indépendante de la classe ouvrière contre la guerre en Afghanistan et en Irak. Aucune de ces organisations n’est indépendante de l’establishment politique.

Lors d’une entrevue filmée avant la manifestation, Rees a cité avec approbation les commentaires du premier ministre David Cameron, en disant: « Je ne pense pas avoir jamais entendu un premier ministre britannique attaquer si directement et ouvertement un autre chef d’État comme David Cameron l’a fait. Je pense donc que la communauté internationale est en train de dire regardez, nous avons des intérêts vitaux dans cette région du monde. Nous ne pouvons laisser un processus révolutionnaire total prendre place. Nous voulons le retour de l’ordre dès que possible et nous pensons que cela signifie que vous devez partir. Donc, la pression sur Moubarak s’accentue définitivement, tant au niveau national qu’international. »

Rees n’a fait aucune critique du chef procapitaliste de l’opposition, Mohamed ElBaradei, ni des Frères musulmans, soutenant plutôt que ceux-ci, qui n’ont joué aucun rôle dans la mobilisation de l’opposition de masse, bénéficiaient « d’une base établie surtout dans la population pauvre ».

Rejetant explicitement toute idée que la classe ouvrière devrait prendre l’initiative et mettre de l’avant sa propre solution socialiste à la crise, Rees a déclaré, « il est trop tôt pour établir à ce point-ci qui va profiter le plus de la chute de Moubarak. Lorsque Moubarak quittera, je crois qu’il y aura un processus politique de tri, de débat et de dispute typique des révolutions où les gens vont tenter de déterminer quelles tendances méritent leur soutien, à qui ils peuvent faire confiance et qui devraient les représenter. »

Les orateurs de la STWC n’ont rien proposé d’autre qu’une glorification du nationalisme arabe, qui n’a absolument pas pu libérer le peuple arabe de l’oppression impérialiste. Tariq Ali était exubérant dans ses éloges faits à une « renaissance arabe » et a louangé « la nation arabe qui revit ». Il a tenté de semer des illusions dans le mouvement d’opposition bourgeois en Égypte, soutenant que celui-ci pourrait appliquer des mesures progressistes s’il venait au pouvoir. Ali a dit, « la première chose qu’un gouvernement post-Moubarak devra faire est de mettre fin au siège de Gaza ».

Un autre intervenant, Bernard Regan, de Palestine Solidarity Campaign, a dit qu’il transmettait les salutations des sections du Trades Union Congress du sud-est, qui représentent quelque 3 millions de travailleurs. Regan a affirmé que la révolution en Égypte montrait la « capacité des gens de s’organiser eux-mêmes et de prendre le contrôle de leur propre pays. Et les syndicats jouent un rôle clé dans ce processus », a-t-il soutenu.

C’est un mensonge éhonté. Les syndicats égyptiens officiels ont été et demeurent de loyaux partisans du régime Moubarak, qui est détesté. Au moment où se déclenchait le mouvement de masse, le président de la Fédération des syndicats égyptiens, Hussein Mogawer, avait appelé tous les présidents de syndicat « à empêcher les travailleurs de participer à toute manifestation à ce point-ci ». Selon le site web Al Masry Al Youm, Mogawer aurait donné l’ordre aux représentants de l’informer à tout moment de quelconques tentatives des travailleurs de joindre les manifestations.

Articles Par : Robert Stevens

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca