Naissance d’un protectorat de l’Otan en Europe

Région :
Analyses:

Ce serait marquer trop de mépris pour les populations des Balkans que de parler de folklore à propos de la proclamation de l’ « indépendance » du Kossovo, eu égard aux souffrances endurées par tous les peuples de la région.

Ce serait aussi ignorer l’histoire de populations si longtemps opprimées et qui continuent de l’être.

Il faut comparer cette indépendance avec la notion de souveraineté. La souveraineté implique le respect des droits fondamentaux du peuple, ou des peuples dans les Etats multinationaux. Droits d’association et d’expression, libertés fondamentales, respect des minorités, justice, mais aussi droits sociaux. Or, jusqu’ici, les habitants de la province serbe ont vécu la guerre et l’occupation, ont aussi vécu de la guerre et se voient maintenus dans une économie de subsistance.

L’organisation terroriste de l’UCK, organisation mafieuse, a été constamment soutenue par les puissances occidentales et les USA jusqu’à cette consécration d’une pseudo légitimité assortie d’une totale impunité.

Aujourd’hui l’UE, qui prétend exercer sa puissance tutélaire et mener une opération de police par l’envoi de magistrats et de policiers, est profondément divisée. Les apprentis sorciers, les experts militaires, les ethnologues, les sociologues et les balkanologues ont appliqué les méthodes coloniales dans le démantèlement de la Yougoslavie. Et, d’une certaine manière, ont poursuivi la politique raciste, raciale qui fut celle des nazis dans cette région du monde.

Et pourtant l’UE s’est efforcée de freiner l’agression menée par l’administration Bush, agression initiée sous Clinton. En vain, sinon par une attitude pour le moins ambiguë, qui a conduit l’UE à accompagner le fait accompli et une mise sous tutelle par des instruments de « bonne gouvernance », des « administrateurs », juges et policiers notamment – près de 2.500 – comme il en existait dans les pays coloniaux. L’agression menée par les États-Unis s’est concrétisée, au Kosovo, par l‘implantation d’une énorme base militaire U.S., la base de Bondsteel qui compte près de 8.000 soldats.

La résolution 1244 de l’ONU, qui consacrait la présence de la KFOR, est formellement obsolète puisqu’il s’agissait de l’occupation militaire d’une province serbe précédée de bombardements « humanitaires », tout aussi « humanitaires » que cette occupation dont l’OTAN, à l’exclusion de l’UE, reste maîtresse quasi exclusive. De reconstruction il n’y a pas – les budgets qui lui seraient consacrés sont dérisoires comparés à ceux de l’occupation – et le peu qui sera fait impliquera les réseaux mafieux comme cela s’est produit en Bosnie. Un commentateur évoquait la naissance d’un « Frankenstein mafieux ». Ce n’est pas sans raison que la Suisse, elle aussi, participe à l’occupation, la communauté kosovare dans ce pays constituant un « cinquième canton »…

La Grèce, l’Espagne et la Roumanie ont refusé de reconnaître le nouvel « Etat ». L’effet de contagion, et la contradiction, sont évidents. Il suffit d’évoquer la Transnitrie, dissidente de la Moldavie ( et la Roumanie), l’Ossétie du Sud, dissidente de la Géorgie, le Nagorny Karabakh, dissident de l’Azerbaïdjan, la partition, sous l’égide de l’OTAN, de Chypre, l’Euzkadi, le Kurdistan…pour comprendre que là où l’on parle de « missions de paix » il y a une volonté, délibérée de la part des Etats-Unis et contrainte de la part de l’UE de semer la division et de préparer d’autres guerres de conquête aux objectifs économiques et stratégiques au nom, bien entendu, de « l’interventionnisme humanitaire ».


Articles Par : Thierry Delforge

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca