Non à la nouvelle Guerre !

Déclaration du Comité Central du P.C.B.tUS en rapport avec la situation de crise autour de l'Iran

(Texte reçu par Internet le 14-01-2012) 

La situation du Proche- et Moyen-Orient, qui menace d’exploser, a été chauffée à blanc en cette fin de 1′année passée: les E.-U.A. et toute une série d’autres pays occidentaux accusent l’Iran d’élaborer l’arme nucléaire en secret. Les experts de l’A.I.É.A., contrôlée par les Etats Unis d’Amérique ont annoncé au monde entier que le programme nucléaire de Téhéran avait, prétendent-ils, dès l’origine, une orientation militaire et qu’il continue à  se développer dans cette même voie.

Bien que le président de l’Iran, Mahmoud Ahmadinejad, dans son intervention du 22 septembre 2011 à la 66e session de l’Assemblée générale de l’O.N.U. ait, du haut de la tribune, rejeté ces accusations, qu’il ait encore une nouvelle fois notifié officiellement le caractère pacifique du programme nucléaire iranien et qu’il ait imputé la faute de tous les derniers conflits militaires internationaux aux États-Unis d’Amérique et à leurs alliés, les pays impérialistes de l’Occident et l’État sioniste d’Israël continuent de faire monter la pression de la situation dans le secteur du golfe persique.

Le 5 janvier, les moyens mondiaux d’information de masse ont fait connaître la décision des pays de l’Union européenne de se joindre aux sanctions des États Unis et de mettre l’embargo sur les importations de pétrole de l’Iran vers l’U.E. (la décision définitive sera prise le 30 janvier). De tels actes de la part des puissances impérialistes et chefs de file des milieux sionistes ont pour objet d’asphyxier l’économie de l’Iran et tendent à mettre le fier peuple iranien à genoux.

En réponse, l’Iran a déjà déclaré qu’en cas de la mise en place de sanctions contre le secteur pétrolier iranien, il était prêt à bloquer le transport du pétrole par le détroit d’Ormuz d’importance stratégique (par lequel passent 40 p.100 des importations maritimes de pétrole, y compris vers l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique). L’Iran a procédé à  des manœuvres de sa marine de guerre qui ont duré 10 jours dans l’aire maritime contiguë au Détroit d’Ormuz au cours desquelles il a expérimenté de nouveaux missiles de différentes classes.

A leur tour, les États Unis ont introduit leur escadre aéronavale avec à sa tête le porte-avions «John Stennis» dans un secteur de manœuvres du golfe Persique, laquelle escadre a quitté la région à la fin des manœuvres. Auparavant, un groupe aéronaval de choc avec à sa tête le porte-avions atomique «Carl Winson» est entré dans l’océan Indien d’où il s’est dirigé vers la mer d’Oman. La Grande-Bretagne quant à elle a envoyé son plus moderne puissant contre-torpilleur «Dering» dans le Golfe persique. Israël et les Etats-Unis envisagent de procéder dans les toutes prochaines semaines à des manœuvres conjointes de défense antimissile sans précédent par leur ampleur sous le nom de code «Sévère défi 12». Il ne fait pas de doute que les nuages s’amoncellent effectivement au-dessus de l’Iran. En témoignent les dernières interviews du ministre de la Défense des Etats-Unis Léon Panetta et du président du Comité unifié des chefs des états-majors des Forces armées des  Etats-Unis le général Martin Dempsey à propos de l’inéluctabilité de la frappe des objectifs nucléaires iraniens en cas d’insoumission de l’Iran au diktat des puissances occidentales.

La situation s’aggrave chaque jour un peu plus et est sur le point d’échapper au contrôle à tout moment, menaçant d’évoluer vers la guerre avec les conséquences imprévisibles dont parlent même les officiels des États qui se préparent à l’agression: Etats-Unis d’Amérique, Israël, Grande-Bretagne.  

Les causes de cette nouvelle tension d’hystérie guerrière au Proche- et Moyen-Orient résident avant tout dans l’exacerbation des contradictions du monde capitaliste. La crise économique mondiale qui a éclaté en 2008 avec la crise du système hypothécaire des Etats-Unis d’Amérique ne va pas en s’apaisant. Bien plus, nous sommes en présence de tous les indices de récession de l’économie des grandes puissances impérialistes occidentales qui menace de se transformer en une crise encore plus dévastatrice que la crise de 1939 – 1933. Il est caractéristique que cette crise frappe toujours plus spécialement les économies monopolistiques d’État hautement développées des Etats-Unis d’Amérique et des pays de l’Union européenne. Dans de nombreux Etats capitalistes, la diminution de la production et l’augmentation du chômage se sont mêlées à d’autres sérieuses secousses de l’économie capitaliste mondiale telles que crise monétaire, crise énergétique, crise des matières premières.

La crise mondiale menace l’existence de tout le système capitaliste grâce auquel les pays de l’Occident s’éternisent en tirant profit du pillage des autre pays. Ce sont les impérialistes américano-sionistes qui craignent le plus de perdre leur position dominante dans le monde. Comme on le sait, les États-Unis d’Amérique pratiquent un mode de vie parasitaire en s’enrichissant au moyen du tirage illimité de dollars papier-monnaie avec lesquels ils se procurent tant les marchandises que les matières premières qui leur sont indispensables. Leur dollar «devise»-mondiale n’est gagé par aucun actif si ce n’est par la puissance de l’armée étasunienne.

Les dépenses militaires et la guerre sont l’unique issue des États impérialistes pour sauver leur économie de la banqueroute et du krach. A part cela, les milieux sionistes, qui sont les possesseurs des principales richesses des Etats-Unis d’Amérique, comptent renforcer, au cours de la guerre, leur position dominante dans le monde, après avoir noyé leurs concurrents qui prennent leur essor, en brûlant en même temps dans le feu des dépenses militaires les dollars sans valeur pour empêcher la débâcle de l’économie étasunienne, grosse de bouleversements sociaux.

Après avoir étouffé militairement l’aspiration de l’Iran à un développement indépendant, les Etats Unis auraient la possibilité d’installer leur contrôle complet sur toute la région pétrolifère du Proche- et Moyen-Orient. Il suffit de dire que les gouvernements à marionnettes des pays producteurs de pétrole du golfe Persique sont dans le cours de la politique étasunienne depuis longtemps tandis que l’Irak, autrefois insoumis, a été écrasé et que ses exploitations pétrolières travaillent à présent sous contrôle des monopoles étasuniens.

Les «révolutions oranges» des pays d’Afrique du Nord et du Proche-Orient que les politologues bourgeois appellent «le printemps arabe» et qui ont été préalablement organisées par les services spéciaux  de l’Occident, vont dans le sens de l’activité des impérialistes des Etats-Unis d’Amérique visant à contrôler toutes les ressources énergétiques du monde et à assurer leur domination mondiale. Au nombre des actes d’ingérence des impérialistes occidentaux dans les affaires intérieures des pays arabes, le plus sanguinaire a été celui de l’agression non dissimulée contre la Libye au cours de laquelle des milliers de pai­sib1es citoyens ont été exterminés sans pitié, ainsi que les dirigeants du gouvernement libyen légal avec à leur tête Mouammar Kadhafi. Les tentatives de l’Occident n’ont de cesse en Syrie, malgré les milliers de victimes, de destituer le gouvernement légal de Bachar al-Assad. En vérité, nous sommes témoins d’encore un nouveau rictus habitue1 de bête sauvage impérialiste, lorsque le pétrole devient plus cher que le sang humain. Cela étant, l’organisation de «révolutions oranges» par l’Occident dans les pays de l’Orient arabe doit en même temps être considérée comme un «nettoyage» particulier des arrières avant la guerre programmée contre l’Iran.

Les milieux sionistes des Etats-Unis ont parfaitement bien compris que si l’Iran devenait effectivement détenteur de l’arme nucléaire les possibilités d’imposer leur diktat dans la région en seraient a1ors d’autant limitées: ils ont bien assimilé la 1eçon que la République Populaire et Démocratique de Corée socialiste a donné aux agresseurs impérialistes. C’est pourquoi on s’attend en tout premier lieu à une frappe sur les centres nucléaires souterrains de l’Iran.

La soumission de l’Iran à leur domination constitue la mission intermédiaire dans la chaîne des missions globales des impérialistes des Etats-Unis en vue d’instaurer leur domination mondiale. Leur objectif principal demeure le même : la liquidation de la Russie en tant qu’Etat autonome et l’étouffement de leur principal concurrent dans la sphère économique à l’instant donné : la Chine.

L’orientation anti-Russie de la défense antimissile étasunienne d’Europe ne fait pratiquement plus de doutes parmi les experts indépendants. Après avoir installé des systèmes de défense antimissile analogues en Iran, les Etats-Unis d’Amérique auraient bouclé la boucle de leurs bases antimissiles dirigées contre le cœur de la Russie : sa partie européenne. Outre cela, l’avancement des troupes étasuniennes vers la ceinture méridionale de la Russie, du côté du Caucase, est gros d’établissement de la domination étasunienne complète sur les républiques de Transcaucasie, y compris sur l’Arménie qui fait partie de: l’O.T.S.C* ainsi que de déstabilisation définitive de la situation dans les républiques du Caucase du Nord avec détachement ultérieur de la Russie de toute sa région méridionale.

Au cas où l’opération d’Iran serait couronnée de succès, les Etats- Unis d’Amérique auraient atteint encore un autre objectif: ils pourraient paralyser 1′économie de la Chine qui s’abreuve du pétrole iranien (la Chine achète annuellement de l’ordre de 20 p. 100  de tout son pétrole que lui fournit l’Iran) en réduisant celui-ci à la portion congrue, faisant ainsi échouer les plans de la direction chinoise de porter la production du P.I.B. de la République Populaire de Chine à la première place dans le monde pour 2020.

Seulement, le danger de tous ces plans des vautours étasuniens réside en ce que le conflit régional au Proche-Orient peut se transformer en une troisième guerre mondiale avec emploi de l’arme nucléaire avec toutes les conséquences fatales pour toute l’humanité. Et en plus de cela, le danger de déclenchement du conflit encore du fait de la course préélectorale qui a commencé aux Etats Unis pour le fauteuil présidentiel, au cours de laquelle l’administration démocrate actuellement en activité, dirigée par le «pacificateur» Oba­ma, ne voulant pas être en reste dans la défense des « intérêts nationaux de l’Amérique» face aux vautours républicains qui font traditionnellement des discours belliqueux, peut être tentée de faire le pas décisif le plus insensé qu’il soit.

Le Parti communiste des bolchéviks de toute l’Union soviétique se prononce résolument contre l’agression en préparation des forces armées des Etats-Unis d’Amérique et de leurs alliés contre la République islamique d’Iran, ainsi que contre l’ingérence des pays occidentaux dans les affaires intérieures de la République arabe syrienne. Nous sommes solidaires des peuples d’Iran et de Syrie qui défendent l’indépendance de leurs pays face à la menace des visées agressives des milieux impérialistes et sionistes de l’Occident. Nous appelons toutes les forces éprises de paix de la planète à créer des fronts anti-impérialistes dans leurs pays et, ayant manifesté leur solidarité, de se prononcer contre le déclenchement d’une nouvelle guerre, grosse du risque de se transformer en une troisième guerre mondiale apocalyptique avec emploi de l’arme nucléaire.

N. A. Andréyéya, Secrétaire générale du C.C. du P.C.B.tUS

LENINGRAD, le 12-01-2012.

O.T.S.C., — Organisation du Traité de sécurité collective (sigle russe: ODXB) dont font partie la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l’Arménie et quelques républiques d’Asie moyenne. (N.d.T.)


Articles Par : N. A. Andréyéya

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca