Nucléaire: “Israel empêche l’Iran d’être transparent!”

 IRIB-Alors que les Etats-Unis ont confirmé officiellement jeudi que le Mossad était bien l’auteur de plusieurs assassinats de scientifiques iraniens, en se défendant d’être eux-mêmes impliqués dans ces attentats, les dirigeants français persistent à menacer l’Iran et à l’accuser de tous les maux, reprenant à leur compte la propagande mensongère israélienne. Ci-dessous l’analyse de Hamid Dabashi, professeur d’études iraniennes  à l’Université de Columbia, à New York et publié sur le site Bellacio.

JAY : Alors, le gouvernement iranien n’a pas l’air trop décontenancé par toute cette pression. Dans les médias occidentaux, on parle beaucoup d’une attaque éventuelle d’Israël, mais vous n’avez pas l’air de penser que les Iraniens prennent vraiment tout ça au sérieux. Est-ce que je me trompe ?

DABASHI : Ils prennent ça au sérieux, Paul. La question est de savoir : Ils ont quelles options ? Quoi de plus ? On a vu en plein jour, l’assassinat d’un de leurs chercheurs en physique nucléaire à Téhéran et tout le monde montre Israël du doigt. En fait, Haaretz a publié un article basé sur un reportage du London Times, dans lequel on affirme avoir appris que le Mossad en était le commanditaire. De plus, les autorités iraniennes voient ça comme tous les autres, à savoir que c’est une provocation, c’est une suite d’assassinats, de bombardements et d’opérations clandestines lancées par Israël afin de déclencher une réaction violente de la part de la République Islamique, ce qui engagerait les États-Unis et amènerait une frappe militaire. C’est pourquoi les dirigeants de la République Islamique n’y répondent pas.

JAY : Ils sont sous le feu des projecteurs. La présence militaire américaine dans le Golfe Persique augmente. L’Union Européenne et les États-Unis se sont associés pour imposer de sévères sanctions économiques. récemment, un député des États-Unis a plus ou moins dit, dans un débat radiodiffusé, que les USA vont ôter le pain de la bouche aux Iraniens jusqu’au moment où les iraniens se révolteront contre leur pays.

DABASHI : Je ne suis pas du tout d’accord, Paul. À mon avis, l’affaire du programme nucléaire iranien est une énorme diversion, quand – c’est une évidence aveuglante – Israël nous regarde dans les yeux et que le Pakistan nous regarde dans les yeux avec leurs gigantesque amas d’armes nucléaires, et ne sont même pas signataires du TNP.

C’est plutôt étrange de s’en prendre à la République Islamique. La République Islamique – comme toute autre nation, est tout à fait en droit d’avoir un programme nucléaire pacifique, et en tant que signataire du TNP, elle doit être tenue responsable de chaque détail, de tous les menus détails des détails. Mais il faut dire que, dans tous ces rapports sur l’énergie atomique, pas un seul élément n’indique que la République Islamique a développé ou est sur le point de développer… Au plus, on dit que les Iraniens semblent s’étendre dans une direction qui pourrait mener à la militarisation. Alors, pour moi, cette affirmation ne tient pas debout.

JAY : Mais moi…permettez-moi de vous interrompre une petite seconde. Il y a quelques mois, j’ai vu un entretien avec Hans Blix, l’ancien…qui dirigeait les inspections en Iraq, et lui, il disait qu’à son avis, il n’y a pas de programme de fabrication d’armes ; et il a eu accès à de nombreuses données. Mais il a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi l’Iran ne devenait pas tout à fait transparent au sujet de certaines choses que demande l’AIEA. Et permettez-moi aussi d’atténuer ça avec une chose, l’entretien récent que nous avons eu avec Robert Kelley. Il pense que l’AIEA est en train d’adapter un manque de renseignements aux faucons, ce qu’elle n’a pas fait du temps d’El Baradei. Alors, vous voyez, je n’essaye pas d’ajouter foi à l’AIEA. Mais par ailleurs, il semble y avoir des mesures que l’Iran pourrait prendre pour résoudre une partie de ces problèmes, ce que les Iraniens n’ont pas l’air de vouloir faire.

DABASHI : Non. La République Islamique, je n’en doute pas, peut faire un certain nombre de choses. Mais ce que disent entre autre les représentants de la République Islamique, c’est que les renseignements qu’ils donnent à l’AIEA se retrouvent avec le Mossad : Résultat, les chercheurs en physique nucléaire sont mis en danger. Et du fait que leurs chercheurs en physique nucléaire sont assassinés régulièrement, vous savez, on ne peut pas leur reprocher d’être cachottiers ou avares en ce qui concerne les renseignements.

Il n’y a pas de confiance. C’est-à-dire que les États-Unis et l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique n’ont pas l’autorité morale pour aller en République Islamique et dire : « Faites-nous preuve d’une totale transparence », alors qu’ils ne s’occupent aucunement d’Israël. Nous, simples citoyens à la merci de ces épouvantables armes de destruction massive, nous voulons évidemment une transparence totale. Nous voulons démilitariser totalement l’énergie nucléaire d’un bout à l’autre du monde. Mais,on ne peut pas s’en prendre à la République Islamique et dire : « Pourquoi n’êtes-vous pas totalement transparents ? », quand, tout près de chez vous, vous avez Israël qui garde le silence sur un énorme amas et qui ne sourcille même pas.

JAY : À vrai dire, clairement, si on parlait sérieusement de ces armes, il s’agirait d’une région sans armes et d’abord il faut qu’Israël se mette à table. Il ne faut pas exagérer, dire que l’Iran devrait être plus transparent, alors qu’Israël a une transparence zéro.

DABASHI : Paul,  il faut souligner l’étonnante hypocrisie des États-Unis, de l’Union Européenne, d’Israël, de l’Arabie Saoudite etc. qui ne tiennent absolument aucun compte de la géopolitique de la région et qui sont tatillons avec un pays dont la souveraineté nationale est violée, le nombre des opérations secrètes augmentant, y compris les assassinats extrajudiciaires de ses chercheurs en physique nucléaire, et qui disent : « pourquoi ne vous mettez-vous pas à table ? ».

JAY : Alors, Qu’est-ce qui se passe à l’intérieur de l’Iran en ce qui concerne les discussions sur la façon de régler ça, puis tout le problème du mouvement d’opposition ? 

DABASHI :   la question de l’énergie nucléaire en Iran, Paul, nous rappelle le coup d’état de 1953, quand « British Petroleum » et les puissances coloniales se sont décidés contre l’intérêt national de l’Iran. mais l’Iran, en tant qu’état-nation souverain,  a un droit indéniable à l’énergie nucléaire. Ce n’est pas seulement mon opinion ; c’est l’opinion générale. Mais il n’est pas question d’armement, de ces armes de destruction massive. Non seulement l’Iran ne devrait pas avoir d’armes de destruction massive, mais les autres pays de la région – le Pakistan, la Russie, Israël – devraient eux se débarrasser de leurs armes de destruction massive. Voilà la vraie question. La vraie question n’est pas la transparence totale de la République Islamique vis-à-vis de l’énergie atomique internationale. On ne devrait pas permettre à la machine de propagande des États-Unis, d’Israël et de l’Arabie Saoudite d’établir les termes de notre engagement, notre façon de régler les problèmes. Nous, en tant que citoyens ordinaires, nous ne voulons pas de ces armes de destruction massive. On les veut pour quoi faire ? Et non seulement les nouveaux pays ne devraient pas les développer, mais ceux qui les ont doivent s’en débarrasser.

Articles Par : Jay et Hamid Dabashi

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca