NUCLÉAIRE : Une vauclusienne résiste (vidéo)

Nouvel incident à la centrale du Tricastin

NUCLÉAIRE : Une vauclusienne résiste (vidéo)

Une femme d’une cinquantaine d’année lance un cri d’alarme du Vaucluse jusqu’à Paris pour que cesse le crime nucléaire. Victime dans sa chair et sur ses biens, cette femme – Mme Pauchard de Bollène- illustre la situation de millions de victimes en France de la radioactivité générée par les installations nucléaires. Sa vidéo-témoignage est en ligne sur internet.

Ce que vit cette Vauclusienne est emblématique de ce qu’endurera un jour ou l’autre chacun et chacune d’entre-nous. Elle vient de mettre en ligne sur internet son témoignage *

Ce 7 juillet 2008, dans la nuit paisible de l’été provençal, chacun est dans ses projets ou dans ses rêves, en famille ou entre amis, les cigales chantent encore, l’air embaume la lavande. Mais soudain une fuite radioactive se produit sur le site nucléaire du Tricastin (Vaucluse) : 70kg d’uranium sont rejetés par inadvertance sur le site et dans les rivières alentours. L’alerte tarde à être donnée, le matériel manque, l’armoire est fermée à clef : le crime est à l’oeuvre, sournois, inodore, incolore, sans saveur.

Areva et sa filiale Socatri seront condamnées deux ans plus tard.

Entre-temps, les viticulteurs et les agriculteurs ont leur vignes et cultures contaminées et les habitantes… compté-e-s pour quantité négligeable par le lobby nucléaire. Pourtant des centaines d’entre-eux vont être contaminés, en silence. Les médecins constatent depuis cet incident nucléaire une augmentation de cancers de la thyroïde ou d’autres organes au long de ces trois dernières années. C’est le cas de cette vauclusienne, atteinte au foie.

Plus de 220 habitants vont voir eux aussi la vente de leurs habitations annulée par les acheteurs du fait de l’incident nucléaire. Ils se retourneront contre Areva le pollueur pour demander réparation. Ils interpelleront le Président de la République et les élus. Sans effet à ce jour. C’est le cas de cette vauclusienne qui perd ainsi son bien.

Depuis, des centaines d’incidents ont eu lieu dans les installations nucléaires en France, aucun site n’étant épargné. Plus de 1000 incidents en 2010, autant ou peut-être plus en 2011, combien en 2012? La vétusté des installations accentue la mise en danger de la population. 42 réacteurs sur 58 ont atteint ou vont atteindre cette année en France la limite de 30 ans d’âge initialement prévue pour leur arrêt. Les dysfonctionnements se multiplient, les rejets intempestifs de radioactivité se cumulent aux rejets radioactifs quotidiens de chaque installation.

Les rejets radioactifs de l’industrie nucléaire civile et militaire dans l’atmosphère et dans les rivières génèrent, jour après jour, une contamination par diffusion chronique de doses qui se cumulent dans les organismes, altèrent le vivant, détruisent les territoires. La population en est victime quotidiennement sans trop le savoir.

Ainsi, tout au long de son activité le nucléaire porte atteinte en permanence à la santé et à la vie de tous dès maintenant, à celle de nos enfants et de nos petits-enfants, et à celles de milliers des générations à venir, atteint toutes les activités humaines, menace le moindre projet individuel et collectif.

Le nucléaire est un chantage permanent sur les peuples (destruction atomique, bombes, armement), il nuit à la démocratie ( loi du silence, omerta, décisions prises par une poignée de techno-scientistes et affairistes sans conscience), il est une agression quotidienne à notre intégrité. Un jour de plus est donc un jour de trop.

Solidaires des victimes, habitant-e-s de France, salarié-e-s du nucléaire ou d’autres secteurs, étudiant-e-s et sans-emploi, artisans et professions libérales, ils sont près de 8000 à avoir signé une pétition qui exige la fermeture des installations nucléaires du Tricastin et l’arrêt immédiat du crime nucléaire, sans aucune condition et définitivement. Les criminels doivent rendre des comptes. Les élus doivent assumer leur choix sordide.

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse et le “Réseau Zéro Nucléaire” soutiennent cette résistance.

. vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=6h9HcVLBJ6A
. page facebook ” La femme qui résiste ” : https://www.facebook.com/pages/La-femme-qui-r%C3%A9siste/278526112233628
. échanges de correspondances de Mme Pauchard avec le Président de la République et Areva : http://www.sanurezo.org/lafemmequiresiste.pdf

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca