Obama utilise le sommet sur le nucléaire pour brandir de nouvelles menaces contre la Corée du Nord et l’Iran

Obama utilise le sommet sur le nucléaire pour brandir de nouvelles menaces contre la Corée du Nord et l'Iran

Le président américain Obama a profité de sa présence au sommet sur la sécurité nucléaire qui s’est déroulé cette semaine en Corée du Sud pour répéter des menaces bellicistes à l’encontre de l’Iran et de la Corée du Nord et pour réitérer la détermination de son gouvernement de vouloir jouer un rôle dominant en Asie. Alors que le sommet était censé être consacré au désarmement nucléaire et à la paix, Obama s’en est servi comme plateforme pour brandir la menace de nouvelles guerres d’agression au Moyen-Orient et en Asie.

S’exprimant hier à l’université de Hankuk, Obama a une nouvelle fois mis en garde l’Iran que « le temps press[ait] » pour résoudre diplomatiquement la confrontation au sujet de son programme nucléaire. Tous deux, les Etats-Unis et Israël, ont à maintes reprises menacé de prendre des mesures militaires contre les installations nucléaires de l’Iran si Téhéran ne se soumettait pas aux exigences de Washington. Le Pentagone a déjà renforcé sa présence militaire dans le Golfe Persique et dispose maintenant de deux porte-avions dans la région.

Obama a affirmé que les Etats-Unis avaient offert « d’aider l’Iran à développer pacifiquement l’énergie nucléaire. » Il a poursuivi en disant : « Mais, maintes et maintes fois, l’Iran a refusé en optant plutôt pour la voie du déni, du mensonge et de la tromperie.

En réalité, Washington est en train de planifier sur la base du déni et de la tromperie le lancement d’une attaque militaire non provoquée contre l’Iran. Washington n’a apporté aucune preuve que l’Iran était en train de construire ou de chercher à construire des armes nucléaires. Celui-ci a à plusieurs reprises déclaré qu’il n’avait pas l’intention de construire d’arme nucléaire. Dans le même temps, les Etats-Unis ont collaboré avec Israël pour perpétrer des attaques terroristes en Iran, dont l’assassinat d’au moins quatre scientifiques nucléaires iraniens.

L’hypocrisie de la position d’Obama est soulignée par les alliances et les partenariats stratégiques de Washington avec Israël, l’Inde et le Pakistan – qui tous disposent d’un arsenal nucléaire en violation du traité de non-prolifération nucléaire. Les dangers émanant de ces pays ne seront pas discutés lors du sommet nucléaire en Corée du Sud qui est censé se concentrer sur les moyens d’empêcher que des terroristes n’obtiennent du matériel nucléaire.

La position d’Obama relative au désarmement nucléaire est foncièrement cynique. Malgré des gestes des Etats-Unis conformément au traité avec la Russie de réduire le nombre total d’armes nucléaires, l’armée américaine a accru son immense arsenal nucléaire. Dans ses relations avec la Russie et son offre en faveur de pourparlers identiques avec la Chine, la préoccupation majeure des Etats-Unis est de garder une supériorité incontestée en matière d’armes nucléaires.

Lors d’une conférence de presse dimanche en présence du président de la Corée du Sud, Lee Myung-bak, Obama avait mis en garde la Corée du Nord contre son projet de lancer un satellite le mois prochain. Le président américain avait déjà déclaré que si le lancement devait avoir lieu, Washington mettrait fin à un accord de fourniture d’aide alimentaire à Pyongyang en échange du gel de ses programmes nucléaires et de lancement de missiles. La Corée du Nord, a-t-il dit, n’arrivera à « rien par des menaces et des provocations. »

Les avertissements d’Obama à l’encontre de la Corée du Nord visaient également à intimider la Chine pour qu’elle rentre dans le rang et condamne le lancement de satellite prévu et isole davantage Pyongyang. Obama a demandé directement à la Chine de durcir son approche envers son allié Nord-coréen, en soulignant que Beijing avait plus d’influence sur Pyongyang que n’importe quel autre pays. « Ce que je leur [aux Chinois] ai constamment dit c’est qu’il n’y a pas de récompense pour un mauvais comportement, pour fermer les yeux sur des provocations délibérées.ça ne fonctionne de toute évidence pas, » a-t-il dit.

Obama ne peut guère se permettre de reprocher un « mauvais comportement » à d’autres. Il y a quelques jours à peine le caractère criminel de sa guerre néocoloniale contre la population afghane avait été révélé lors de l’horrible massacre de 17 civils dont 11 enfants.

Obama a également rencontré à Séoul le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, et a accepté d’attiser davantage le conflit syrien en fournissant une soi-disant « assistance non létale » aux adversaires pro-occidentaux du président syrien Bachar al-Assad. Après la guerre pour un changement de régime en Libye, cette annonce est un nouveau pas vers une intervention militaire menée par les Etats-Unis en vue de consolider la domination américaine au Moyen-Orient riche en pétrole.

Tout ce que les Etats-Unis font au Moyen-Orient et en Asie – attiser la guerre civile en Syrie, livrer une guerre économique, perpétrer des attaques terroristes contre l’Iran et maintenir des sanctions brutales contre la Corée du Nord – est une violation de la loi internationale.

La menace contre la Corée du Nord fait partie d’une stratégie plus générale de saper l’influence de la Chine dans l’ensemble de l’Asie. Lors de sa conférence de presse avec Lee, Obama a déclaré que sa visite en Corée signifiait que « les Etats-Unis dominaient de nouveau la zone Asie Pacifique. Comme je l’avais déclaré l’année dernière en Australie, les Etats-Unis en tant que pays du Pacifique joueront un rôle plus important et à long terme dans le façonnement de cette région et de son avenir.

Depuis son entrée en fonction en 2009, Obama a déplacé l’orientation stratégique des Etats-Unis vers la région indo-pacifique, en renforçant des alliances et des liens stratégiques avec des pays dans l’ensemble de la région, y compris la Corée du Sud, le Japon, l’Inde et l’Australie. Il a réaffirmé que tout ralentissement des dépenses militaires américaines « ne se ferait pas aux dépens de la zone asiatique du Pacifique. » En novembre dernier à Canberra, Obama avait annoncé le stationnement de marines américains dans le Nord de l’Australie et un plus grand recours aux bases militaires australiennes.

En Asie du Nord-Est, le « tournant » stratégique opéré par Obama vers l’Asie a encouragé les alliés des Etats-Unis à adopter une attitude plus agressive envers la Chine. En 2010, le Japon avait provoqué une confrontation avec la Chine en arraisonnant un bateau de pêche chinois et son capitaine dans les eaux au large des îles Diaoyu/Senkaku dont la souveraineté est contestée. Au cours de cette querelle prolongée, les Etats-Unis avaient catégoriquement déclaré que l’alliance militaire avec le Japon signifiait qu’ils se rangeraient du côté de Tokyo en cas de conflit avec Beijing au sujet des îles.

Le gouvernement Obama a aussi totalement soutenu le gouvernement de droite de Lee à Séoul dans son différend avec Pyongyang en exacerbant fortement les tensions sur la péninsule coréenne. Suite à l’échange de tirs d’artillerie entre la Corée du Nord et du Sud en novembre 2010, impliquant l’île sud-coréenne de Yeonpyeong, les Etats-Unis ont mené de façon provocatrice un exercice naval conjoint avec la Corée du Sud en ignorant les objections de la Chine formulées contre la présence de navires de guerre américains dans des eaux stratégiquement sensibles.

En réaction au projet de lancement d’un satellite de la Corée du Nord, le Japon, tout comme la Corée du Sud, avait mis en garde qu’il recourrait à son système anti-missile balistique – développé en collaboration avec les Etats-Unis – pour abattre le véhicule de lancement s’il touchait leur territoire. Ces menaces, tacitement soutenues par Washington, ne font qu’attiser davantage la tension dans l’ensemble de la région en augmentant la pression exercée sur la Chine.

Le plus grande menace à la paix n’est pas l’Iran ou la Corée du Nord mais le militarisme irresponsable de l’impérialisme américain qui s’est intensifié sous le gouvernement Obama. La force motrice sous-tendant les guerres d’agression des Etats-Unis au cours de cette dernière décennie a été la tentative de Washington de stopper le déclin économique de l’Amérique en recourant à la force armée. Le virement d’Obama vers l’Asie et une confrontation avec la Chine soulèvent le danger d’un conflit catastrophique entre deux puissances nucléaires.

Article original, WSWS, paru le 27 mars 2012

Articles Par : Peter Symonds

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca