OGM : Le scandale du blé australien

La biotechnologie fait main basse sur notre pain quotidien

Région :
Analyses:
OGM : Le scandale du blé australien

DOCUMENT REALISE PAR FREDERIC GUERIN -juillet 2011


Résumé en français du rapport Greenpeace « Australia’s wheat scandal »
http://www.greenpeace.org/australia/en/what-we-do/Food/ : 

En octobre 2010, Greenpeace Australie/Pacifique publiait un rapport dénonçant les liens étroits entre les multinationales de biotechnologies et les entreprises contrôlant la filière du blé australien destiné à l’export. C’est sous l’influence de ces multinationales que l’Australie va devenir d’ici peu le premier pays au monde à commercialiser du blé génétiquement modifié.  

Greenpeace révèle aujourd’hui que le lobby des biotechnologies est à l’origine des 9 parcelles d’essais plein champ de blé transgénique actuellement en cours dans les 5 états Australiens.

L’Australie est l’un des 5 premiers pays exportateurs de blé au monde.

Tous les gros producteurs mondiaux de blé ont jusqu’à aujourd’hui refusé le blé transgénique. En 2004, les agriculteurs d’Amérique du Nord se sont mobilisés pour empêcher la commercialisation du blé OGM. Selon la Commission Canadienne du Blé, les industriels ne pouvaient garantir que le blé conventionnel ne serait pas contaminé, incident qui aurait « virtuellement » coûté une perte de 3.5 milliards de $ à l’industrie du blé canadien. 

C’est pour cette même raison, et parce que l’opinion publique est réticente à la mise sur le marché du blé OGM, que jusqu’à sa récente privatisation, la Commission Australienne du Blé était opposée à la commercialisation du blé transgénique.  

Pourtant, 2015 verra le démarrage de la commercialisation de blé OGM en Australie.

Les précédents en matière de contamination des cultures conventionnelles par les OGM sont nombreux en Australie.  

L’OGTR (organisme australien de contrôle des biotechnologies) minimise les faits, arguant qu’il y a moins de risque de contamination GM avec le blé (autogame) qu’avec le colza (allogame).  

Greenpeace prétend que les essais en plein champ ne peuvent pas être totalement sécurisés. L’exemple le plus frappant est la contamination en 2006 des stocks de riz américains – qui a coûté 1.2 milliards de $ à l’industrie du riz : elle émanait d’un essai en plein champ mené par Bayer’s Liberty Link.  

Sur 29 incidents de contamination par des OGM recensés en Australie, la moitié sont dues à des essais « contrôlés » en plein champ.

Australia’s wheat scandal corporate links infographic.

Source : rapport Greenpeace Australia

Dans son rapport, Greenpeace, preuves à l’appui, dénonce les conflits d’intérêts à l’origine de la percée du blé OGM en Australie : le rapprochement des intérêts de la recherche agronomique, de l’industrie des biotechnologies, des groupes semenciers remettent aujourd’hui en question la capacité des agriculteurs, des scientifiques et des organismes de contrôle sanitaire d’avoir confiance aux résultats des tests sur le blé OGM prévus cette année. 

Le gouvernement australien est bien conscient des risques encourus par la présence de blé OGM dans l’environnement : l’OGTR admet dans plusieurs publications relatives aux essais de blé GM en plein champ, qu’il existe des risques inhérents à la manipulation génétique du vivant.

Malgré cela, la réglementation en vigueur pour l’obtention d’autorisations de commercialisation de nouveaux OGM présente des lacunes graves : pas d’études sur les effets à long terme des OGM avant leur commercialisation, délivrance des autorisations basées uniquement sur des données fournies par l’industrie OGM.

CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, agence nationale de recherche scientifique) a annoncé que l’essai de blé OGM en cours dans l’état de Canberra était destiné à des tests. CSIRO, en partenariat avec Limagrain prévoit des tests sur des rats et des porcs (28 jours), avant de passer à des tests sur l’homme (1 jour). CSIRO refuse de communiquer de plus amples détails sur ces tests, prétextant la confidentialité de ces recherches.

Source : rapport Greenpeace Australia

 Map of evidence of contamination due to GM crops across Australia

Greenpeace Australie demande au gouvernement :

1. De stopper les essais pleins champ de blé transgénique.

2. De mettre en place un comité indépendant qui guiderait le développement de la filière blé.

3. De refuser la dissémination du blé OGM, étant donné qu’il n’est pas possible de sécuriser les essais plein champ qui permettraient de faire la lumière sur la dangerosité potentielle du blé OGM pour l’environnement et l’homme.

4. De refuser les expériences de produits OGM sur l’homme.

5. De faire preuve de transparence dans l’utilisation de l’argent public pour la recherche et le développement agricole.

6. De ne pas financer de recherche sur les aliments “fonctionnels”.

7. De soutenir le développement d’une agriculture durable en Australie.

FIN de la traduction partielle du rapport de Greenpeace Australie/Pacifique.

 

Le 15 juillet, des militantes de Greenpeace Australie ont pénétré dans un centre de recherche gouvernemental australien et ont détruit une parcelle de blé transgénique. 

Plus d’infos et de détails en anglais dans la version originale du rapport :

Australia’s wheat scandal: The Biotech takeover of our daily bread

Quelques informations complémentaires: 

Production de blé dans le monde 

Depuis une quarantaine d’années (1961-2005), cinq pays ou régions représentent les deux tiers de la production mondiale : Chine, ex-URSS, Inde, Etat-Unis

Ensuite : le Canada, la Turquie, l’Australie, le Pakistan et l’Argentine. 

La consommation mondiale de blé a été multipliée par 4 en l’espace d’un demi-siècle passant ainsi de moins de 150 millions de tonnes consommées en 1946 à plus de 600 millions de tonnes en 2005. 

Source : http://faostat.fao.org/   

Principaux exportateurs de blé en 2008  :

sources : http://www.unctad.org/infocomm/francais/ble/marche.htm  

et http://faostat.fao.org/  

Le blé en Australie 

23 680 000 T de blé produit en Australie en 2008-2009

16 300 000 T de blé exportées en 2008-2009 

Les champs sont situés dans les grandes plaines de la Wheatbelt. La plupart de la production provient de variétés d’hiver, semées en automne. Le blé est cultivé dans tous les États, mais entre 60 % et 70 % de la production provient de la Wheatbelt.

Carte des régions de l’Australie occidentale

L’Australie est l’un des cinq principaux exportateurs de blé dans le monde. À ce titre, elle exerce une influence considérable sur les cours mondiaux du blé. 

Au cours des deux dernières décennies, les exportations de blé de l’Australie ont représenté en moyenne 80 % de la production annuelle.

Ces dernières années, les principaux acheteurs de blé australien étaient l’Iran, l’Égypte, l’Indonésie, l’Irak, la Corée du Sud, le Japon, le Pakistan, et la Malaisie. 

Sources :

Australian crop report, 2008 http://www.abare.gov.au  

http://fr.wikipedia.org/wiki/AustralieOccidentale#.C3.89levage_et_agriculture

http://www.wea.gov.au/PDF/media/FactSheets/Bulkwheatexports.pdf   

Le blé OGM 

Tous les autres grands pays producteurs de blé, y compris les États-Unis et le Canada ont rejeté le blé OGM en raison des risques qu’il présente.  

Plusieurs campagnes nationales et internationales ont déjà été menées avec succès, dont la « Campagne contre le blé OGM » au Canada en 2009 :

http://www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/sauvons-notre-pain-quotidien/  

« Il est impossible d’éviter une contamination du blé non-OGM par le blé OGM du blé non-OGM. C’est pour cela que 80% des acheteurs étrangers de blé ont déjà clairement indiqué qu’ils n’achèteraient plus de blé canadien si le gouvernement fédéral autorisait le blé OGM. Même la Commission canadienne du blé (CCB) s’oppose au blé OGM. Environ 90% des agriculteurs canadiens n’en veulent pas. »Au Canada, une demande d’approbation pour un blé GM tolérant aux herbicides a été déposée auprès de l’ACIA par Monsanto, mais le demandeur a retiré sa demande en mai 2004.

IDEM en Australie pour le « tolerant wheat MON 71800 », demande déposée en février 2004, demande retirée par Monsanto en juin 2004 :

http://www.foodstandards.gov.au/foodstandards/applications/applicationa524foodd2349.cfm     

Le blé OGM en Australie  

Rappel sur la production et les essais d’OGM en Australie 

Les OGM autorisés à la production en Australie sont actuellement : le soja, le colza, le maïs, le coton, la pomme de terre, la canne à sucre, la luzerne et le riz (pas de production effective de riz).

http://www.foodstandards.gov.au/consumerinformation/gmfoods/gmcurrentapplication1030.cfm  

(autre base de données : http://cera-gmc.org/

Voir également la réglementation en vigueur en Australie (et NZ) :

http://www.foodstandards.gov.au/consumerinformation/gmfoods/   

Une carte des essais OGM est disponible sur le site du gouvernement Australien :

http://www.ogtr.gov.au/internet/ogtr/publishing.nsf/Content/map   

Les essais actuels ou passés concernent :

La banane, l’orge, le colza, le coton, la vigne, la moutarde indienne, le maïs, la papaye, l’ananas, la canne à sucre, le trèfle blanc, le ray-grass, le torenia. 

Essais de blé OGM, situation actuelle 

Les pieds de blé sont génétiquement modifiés pour réduire l’indice glycémique de la céréale.

Les essais ont lieux sur 9 sites répartis dans 5 états australiens.

Le CSIRO a indiqué avoir pris des précautions pour éviter la contamination du blé OGM, entourant la parcelle d’une double clôture de 2 m de haut et la recouvrant d’un filet contre les oiseaux, plus des pièges à souris tout autour du site.

www.csiro.au/resources/GMwheat-barley    

Des problèmes de conflits d’intérêts sont rapportés par Greenpeace Australia/Pacific.

A noter en complément que Limagrain,  et chargé des tests sur les rats, porcs, puis expérimentations sur l’homme, détient également une branche « Panification » (13% du chiffre d’affaire du Groupe Limagrain), qui est le 2ème boulanger industriel français.

http://www.limagrain.com/activites-et-marques/activites/les-produits-cerealiers/article-45/fr.html  

La réponse de Greenpeace  

Le rapport :

http://www.greenpeace.org/australia/en/what-we-do/Food/resources/reports/Australias-wheat-scandal/  

& la pétition :

https://www.greenpeace.org.au/action/index.php?cid=19   

DOCUMENT REALISE PAR FREDERIC GUERIN -juillet 2011

consultant en agrobiologie

Contact : fredguerin@voila.fr

www.composthumus.com  

et Claire CHAUVET
consultante en environnement
www.eauclaire.fr

ONG : www.srimadagascar.org

Articles Par : Frédéric Guérin

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca