OMC : les puissances répondent avec une « OTAN » commerciale contre l’Argentine

Argentina OMC

L’Union Européenne, les États-Unis et le Japon ont répondu hier par une contre-attaque coordonnée contre l’Argentine dans le différend commercial. En réponse à la plainte présentée  mercredi [le 5 décembre 2012] devant l’OMC par le Gouvernement argentin pour les limites que le pays du Nord applique aux citrons frais et à la viande bovine, et la limite de l’Espagne au biodiésel, les pays concernés demandent désormais à l’organisme de s’exprimer  sur la plainte qu’ils maintiennent concernant toute la politique commerciale argentine. Le Ministère des Relations Extérieures a repoussé les critiques.

« C’est dernière occasion pour voir les pratiques commerciales argentines éliminées », a dit le porte-parole des questions commerciales de l’UE,  John Clancy. Le bloc a demandé une mesure exemplaire et a critiqué les stratégies de substitution d’importations. Malgré les éléments détaillés qu’il a présentés sur les outils restrictifs de l’Argentine, les chiffres – qu’il ne cite pas –disent  autre chose. De janvier à  octobre, les achats à l’UE ont progressé de 8 %. Les plaintes ne font pas référence à aucun moment aux limites sur  les citrons frais et la viande bovine que l’Argentine  a formellement dénoncés devant l’OMC cette semaine.

Les pays concernés, à côté du Mexique, qui l’a fait il y a plusieurs semaines, ont sollicité de l’OMC qu’une commission  pour résoudre les conflits soit  défini sur la politique commerciale de l’Argentine, qui « a causé des dommages sur le commerce et l’investissement de l’Europe durant ces derniers 18 mois », a indiqué l’UE. « Les restrictions pour substituer des importations et pour éliminer des déficits commerciaux n’ont pas lieu d’être avec les règles de l’OMC » et « elles font partie d’une politique de réindustrialisassions » rappelle t-on, en affirmant que « les politiques de substitution des importations ont historiquement été inefficaces ».

Le document décrit qu’en février  sont rentrées en vigueur les « Déclarations Sous Serment Anticipées d’Importation » et indique que les autorisations non automatiques qui comprennent plus de 600 positions douanières « sont systématiquement retardées ou repoussées sur une base non transparente ». Il critique aussi la requête officielle pour que les entreprises équilibrent leur balance commerciale, que ce soit déjà à travers « l’augmentation du contenu local de produits qui sont fabriqués en Argentine » ou la restriction pour verser à l’extérieur les bénéfices.

L’Union Européenne affirme que les restrictions en 2011 ont affecté les échanges à hauteur de 500 millions d’euros. Cependant, le résultat n’a été pas tout à fait mauvais pour les entrepreneurs européens, puisque le total des achats à cet espace économique a atteint  11, 617 milliards de dollars [8 ,985 milliards d’euros], une croissance interannuelle de 19 %, très au-dessus de la moyenne enregistrée par les pays du G-20. Le calcul du dommage pour 2012 est risqué. Le rapport indique que, comme les mesures argentines se sont étendues à tous les produits, sont affectés les 8, 985,84 milliards d’euros qui ont été importés l’année dernière. Cependant, dans les dix premiers mois de l’année les achats à l’extérieur totalisent à 8,050 milliards d’euros, donc une hausse interannuelle de 8 %, qui contraste avec la chute générale de 7 % dans les importations. Le prochain pas sera le 17 décembre, quand commencera la discussion pour la formation d’un tribunal arbitral.

Le Ministère des Relations Extérieures argentin a répondu aux accusations en indiquant que « c’est la meilleure évidence de ce que face aux demandes spécifiques réalisées par notre pays, ils répondent par une action généraliste qui cherche à distraire l’opinion publique au lieu de résoudre les barrières commerciales dont souffrent des produits argentins ». Par rapport à la plainte argentine de mercredi dernier, l’UE a seulement fait référence au biodiésel. Clancy a assuré que la norme espagnole qui punissait les producteurs en dehors du bloc européen a été abrogée en octobre, bien que le Ministère répondît que la réglementation précitée continue d’ être en vigueur. En réalité, l’Espagne a laissé sans effet une convocation pour que des producteurs européens remplacent les argentins, bien qu’elle n’ ait pas éliminé la norme de fond.

Titre original : « OTAN commerciale vs. L’Argentine » (« OTAN comercial vs. Argentina »)

Página 12. Buenos Aires, le 7 décembre 2012.

Traduction de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi.

El Correo. Paris, le 7 décembre de 2012.

Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 Unported.

Articles Par : Javier Lewkowicz

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca