Père Noël enrôlé par le Norad

L’art de la guerre

Père Noël enrôlé par le Norad

Chaque année, raconte-t-on aux enfants, le Père Noël fait le tour du monde sur un traîneau volant, tiré par des rennes. Mais qui s’occupe de sa sécurité ? Le Norad, le Commandement de défense aérospatial nord-américain. Le 24 décembre, au quartier général de Peterson (Colorado), est activé un centre opérationnel réel, le Norad Tracks Santa Operation Center qui, avec un personnel de 1.200 spécialistes et volontaires, fait une simulation : suivre la trajectoire de Santa Claus de minute en minute, en la rapportant sur Google Earth ; et répond à tous ceux qui demandent des informations (http://www.norad.mil/ [1]). Dès que le Père Noël décolle du Pôle Nord -explique le Norad- il est localisé par des radars du commandement aérospatial, qui suit sa route avec des satellites en orbite géosynchrone, dotés de senseurs à infrarouges, et de caméras digitales sophistiquées. Quand le traîneau du Père Noël approche de l’Amérique du Nord, s’élèvent en vol des chasseurs bombardiers canadiens et étasuniens (CF-18, F-15, F-16, F-22), dans le cas présent non pas pour abattre le vélivole mais pour l’escorter. Une grande fable mise en scène, en utilisant cependant un centre opérationnel réel et en se référant, dans la simulation, à des satellites militaires et avions réels, utilisés pour la guerre. Une grande opération d’image, qui a débuté en 1955, et qui s’est transformée depuis Internet en une campagne de propagande planétaire. « La veille de Noël -explique le général Charles Jacoby- les enfants du monde comptent sur le Norad pour que Santa Claus puisse accomplir sa mission en toute sécurité ». Le message publicitaire est clair : la mission du Norad n’est pas la guerre mais la sécurité du monde. S’en porte garant un témoin exceptionnel : le Père Noël. Non débutant en devoirs de ce genre. Aux Etats-Unis, le mythique personnage, immigré depuis l’Europe, fût enrôlé en 1863 dans la guerre civile par les Nordistes pour apporter les cadeaux aux soldats sur le front, habillé en bannière étoilé. Puis, dans les années Trente, il fut embauché par Coca-Cola, la multinationale qui le rendit célèbre dans le monde entier dans son image actuelle. Sur la carte de Google Earth, le Père Noël du Norad, au fur et à mesure qu’il survole les régions du monde, laisse des paquets cadeau avec un beau ruban rouge. Même en Afghanistan, au Pakistan, en Irak, en Libye, pour la joie des enfants qui, des avions étasuniens, n’ont vu jusqu’à présent tomber que des bombes.  Même en Iran et en Syrie, où dans les paquets se trouve le cadeau d’une nouvelle guerre en préparation.

NORAD Jet Fighters Santa 2008 W 300x214 Norad Santa Tracker: Where Is Santa Claus Right This Very Minute?

Sur la carte n’apparaissent par contre pas les paquets pour les hommes politiques et pour les militaires qui font les guerres. Pourtant ceux-ci les attendent avec anxiété parce que, comme disent les psychologues, il y a en chacun de nous un enfant qui se cache. A ces enfants devenus grands et mal élevés, le Père Noël apportera de très coûteux cadeaux, payés avec l’argent public. Comme le F-35 Lightning, le chasseur bombardier de cinquième génération qui sous peu s’élèvera en vol pour escorter le 25 décembre le traîneau du Père Noël, montrant ainsi au monde qu’il « garantit la sécurité des nouvelles générations », et pour bombarder, les autres jours, les pays où le Santa Claus du Norad a laissé ses paquets cadeau. Réfléchissant à tout cela, d’aucuns concluront qu’on ne peut pas faire confiance au Père Noël et qu’il vaut mieux choisir la Crèche. Mais ils n’y trouveront pas la Sainte Famille, arrêtée à un check-point israélien.

 

Edition de mardi 27 décembre 2011 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20111227/manip2pg/14/manip2pz/315541/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio 

[1] La rubrique spéciale du site du Norad où l’on pouvait demander des informations sur le trajet http://www.noradsanta.org/it/index.html a été désactivée à la fin du voyage de Santa Claus ; on apprend maintenant que la « First Lady » se trouvait elle aussi au centre opérationnel. NdT.

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire "L'art de la guerre" au quotidien italien il manifesto. Il est l'auteur de Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Geografia del ventunesimo secolo, Zanichelli 2010 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca