“Pandemigate” : les dessous de la corruption

Région :
Analyses:

L’affaire du vaccin H1N1 prend une étrange tournure. Au fil des jours qui passent on découvre les conflits d’intérêts et le trafic d’influence qui règnent au cœur de l’OMS.

L’OMS (organisation mondiale de la santé) est en principe une organisation indépendante.

Le Directeur Général de l’OMS, Margaret Chang a décidé le 11 juin 2009 de déclarer la pandémie.

Pour prendre cette décision, elle s’est appuyée sur l’avis de Keiji Fukuda, qui est son conseiller spécial, et sur un conseil de « sages ».

(C’est Fukuda qui avait lancé en 2006 la panique avec la fameuse grippe aviaire. il affirmait qu’elle pouvait toucher des millions de personnes sur la planète, et on connait aujourd’hui la modeste réalité). lien

On comprend la nécessité absolue de l’indépendance de ce comité de « sages », et qu’ils n’aient aucuns liens avec les entreprises qui pourraient bénéficier de leurs décisions.

Alison Katz, a passé 17 ans à l’OMS, comme chercheuse et à dénoncé le 22 janvier 2007, dans une lettre qu’elle a adressée à Margaret Chan « la corruption, le népotisme, la violation des statuts et l’inefficacité du contrôle interne à l’OMS », regrettant « les liens étroits entre l’industrie et les institutions académiques  ». lien

Cliquez sur ce lien pour découvrir l’organigramme de l’OMS démontrant les implications de nombreux de ses membres avec l’industrie pharmaceutique et sur ce lien pour connaître la liste des membres du « SAGE ».

A l’origine, l’OMS ne devait être financée que par des fonds provenant des gouvernements des pays membres de l’ONU.

Dans les années 90, l’OMS a mis en place ce que l’on appelle « des partenariats public/privé » afin d’accroitre les fonds à sa disposition.

Aujourd’hui, l’OMS double quasiment son budget grâce à des aides financières provenant des entreprises privées fabricants vaccins et médicaments. lien

Le professeur David Salisbury est à la tête du SAGE, et il dirige le groupe consultatif sur le H1N1 à l’OMS.

Or ce scientifique n’est pas si indépendant que l’on pourrait l’espérer : il est un fervent défenseur de l’industrie pharmaceutique en Grande Bretagne.

Dans un article paru le 4 mars 2009, One Click, (un groupe de défense) l’a accusé de dissimuler la corrélation avérée entre les vaccins et la montée en flèche de l’autisme chez l’enfant, ainsi que celle qui existe entre le vaccin Gardasil (utilisé contre le H1N1) et des cas de paralysie et même de décès.

Ce vaccin produit par GlaxoSmithKlilne contient du Thimérosal, un conservateur à base de mercure, adjuvant qui a été en principe retiré du marché.

Mais Salisbury continue de démentir le 28 septembre 2009 : « l’inclusion du Thimérosal n’est pas dangereuse »

Regardez cette vidéo sur les effets du mercure, (âmes sensibles s’abstenir) : lien

Pour compléter ces « sages », il y a un groupe qui s’occupe spécialement de la gestion de la grippe h1n1.

Il est constitué de :

Nancy J.cox, Neil Ferguson, Mrs Teeranart, Paul-henri Lambert, Joahnnes Lower, Karen Midthun, Philip Minor, Albert Osterhaus, Stephania Saklasi, et Peter Smith.

Le plus tristement célèbre est Albert Osterhaus, surnommé « mr Grippe ».

La seconde chambre du parlement néerlandais a lancé une enquête afin de démontrer les liens qu’il avait avec l’industrie pharmaceutique.

Le ministre de la santé néerlandais, Ab Klink, ami personnel d’Osterhaus affirme « être au courant  », mais assure que son ami est « impartial  ». lien

Lors des réunions, il y a aussi des « observateurs présents », qui peuvent bien sûr s’exprimer.

Marguerite Baxter (Novartis), Janis Bernat et Ryoko Krause (de la fédération internationale des producteurs pharmaceutiques), Francesca Boldrini (Novartis), Olivier Brun (Berna Biotech Ltd), Sonia Villasenor Bustamante (gérante des exportations et de la vente dans le secteur privé pour Birmerx), Stephen Gardner (directeur du marketing chez GlaxoSmithKline), Robert Hehme (GSK Biologicals), Suresh S. Jadhay (serum institute of India Limited),

Aujourd’hui l’affaire est entre les mains de la commission européenne, qui a décidé à l’unanimité de donner la responsabilité de l’enquête à Wolfgang Wodarg, médecin et épidémiologiste et député. Voici son réquisitoire.

lien

En France, l’indépendance n’est pas non plus au rendez vous, et dans un article du Canard Enchainé (2 septembre  2009) on apprend que le « comité de lutte contre la grippe », placé sous la tutelle de Bachelot compte parmi ses membres des professionnels de santé ayant des liens avec les grands laboratoires pharmaceutiques : Fabrice Carrat, membre du conseil scientifique de Roche, lequel fabrique du Tamiflu, Jean Luc Bensoussan, membre des GROC (groupes régionaux d’observation de la grippe A), et conseiller de Roche, Daniel Floret, d’INFOVAC, président du comité technique de vaccination, et ayant collaboré plus d’une quinzaine de fois avec l’industrie pharmaceutique, et Jean Beytout, qui lui a collaboré avec cette dernière une dizaine de fois. lien

Une commission d’enquête est donc demandée, et il faut espérer au nom de la transparence et de la démocratie qu’elle sera nommée, et surtout qu’elle sera indépendante, et dotée de moyens sérieux. lien

Car comme disait un vieil ami africain : « qui s’instruit sans agir laboure sans semer ».

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Articles Par : Olivier Cabanel

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca