Polynésie: la Commission d’enquête sur les conséquences des essais aériens

Région :
Polynésie: la Commission d’enquête sur les conséquences des essais aériens

Papeete, 26 janvier 2006.
Le rapport de la Commission d’enquête sur les conséquences des essais aériens met la France
face à ses responsabilités

La Commission d’enquête sur les conséquences des essais aériens français en Polynésie mise en place en juillet 2005 par l’Assemblée de la Polynésie française a rendu son rapport mardi 24 janvier 2006, dix ans après le dernier essai effectué à Fangataufa le 27 janvier 1996.

Dans leur rapport, les élus polynésiens apportent les preuves que les 46 expériences aériennes qui se sont déroulées de 1966 à 1974 ont, à chaque tir, provoqué des retombées radioactives sur l’ensemble des archipels habités de la Polynésie, contrairement à ce qu’ont toujours affirmé les autorités militaires françaises.

Le ministère de la Défense qui se targue aujourd’hui d’une volonté de transparence a refusé tout contact et toute collaboration avec la Commission d’enquête. Pour répondre à ce silence officiel, la Commission d’enquête a décidé de contribuer par elle-même à la transparence sur les essais nucléaires aériens. Grâce à des contributions indépendantes, la Commission publie vingt-cinq documents militaires secrets des années 1966 et 1967 dans leur version intégrale. Ces documents démontrent à l’évidence que non seulement les autorités militaires ont menti sur la réalité des retombées radioactives, mais qu’elles ont, par ordre, intimé le silence sur les dangers auxquels ont été exposés les habitants des îles et atolls proches de Moruroa.

Les élus polynésiens considèrent aujourd’hui que leur population a été sciemment abandonnée aux retombées radioactives des explosions nucléaires que les militaires affirmaient maîtriser. Les graves problèmes de santé – cancers de la thyroïde, leucémies et autres cancers – que subissent aujourd’hui les Polynésiens doivent être examinés au regard de ces risques inconsidérés auxquels ils ont été exposés.

La Commission d’enquête qui a auditionné plus de trente-cinq personnalités des mondes politique, médical ou professionnel, consulté de nombreux rapports médicaux et reçus de nombreux courriers estime que certaines promesses de développement faites aux élus polynésiens en contre partie des essais nucléaires n’ont pas été honorées. Aujourd’hui, le développement durable de la Polynésie reste encore à réaliser.

Les élus de l’Assemblée de Polynésie française recommandent au gouvernement de M. Oscar Temaru de poursuivre sa propre analyse de trente ans d’essais nucléaires et de mettre en œuvre des moyens pour qu’un suivi sanitaire des anciens travailleurs de Moruroa et des populations des îles proches des anciens sites d’essais soit assuré. Ils recommandent qu’une concertation entre le gouvernement de la Polynésie française et les autorités de l’Etat français soit organisée pour tenter de résoudre dans la vérité et la justice le contentieux des essais nucléaires.

En savoir plus sur cette commission : dossier de presse contenant un résumé du rapport et les recommandations de la Commission d’enquête

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca