Pourquoi se déplacer à Nice du 1 au 3 novembre 2011 pour manifester contre le G20?

Quels sont, dans ce contexte de crise globale, les enjeux du G20 de Cannes sous la présidence française ?

Il y a un approfondissement de la crise, en particulier pour les pays les plus industrialisés. Les gouvernements des pays dits « émergents » comme le Brésil, l’Inde, la Chine, la Russie voudraient en profiter pour obtenir plus de place dans les institutions internationales, comme le FMI et la Banque mondiale. Le G20 est une institution illégitime. En 2008, elle a été mise en place par les pays du G7 (club tout aussi illégitime composé des États-Unis, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Italie, du Japon et du Canada) qui voulaient convaincre les pays émergents de les aider à trouver une solution à la crise, sans y parvenir. Cette réunion du G20 est la première réunion internationale après l’énorme succès de la mobilisation des IndignéEs du 15 octobre 2011. Bien qu’il ait eu relativement peu d’échos en France, ce mouvement a mobilisé 1 million de manifestantEs sur toute la planète, principalement en Espagne, en Italie et au Portugal sans oublier Wall Street .

C’est donc un rendez-vous important pour les activistes qui militent contre la globalisation libérale. Il est important de se mobilier à la fois dans la rue et lors du forum des peuples au Mali1, pour exprimer notre opposition aux orientations prises par ceux qui prétendent diriger la planète.

En quoi la crise européenne est-elle devenue une question globale ? Quels rôles vont jouer les États-Unis et les pays émergents sur cette question ?

Le très important ralentissement économique qui affecte l’Europe, la faillite d’institutions bancaires comme Dexia peuvent avoir un effet boomerang sur le reste de l’économie mondiale : un effet domino pour les institutions bancaires ou financières aux États-Unis, d’une part, et une contraction des exportations de la Chine et d’autres pays exportateurs vers l’Europe, d’autre part.

Les pays de l’Union européenne et en particulier de la zone euro, effectivement, sont au centre de la crise mondiale actuelle, les développements qui auront lieu dans les mois qui viennent auront un impact sur l’ensemble de l’économie mondiale.

Les États-Unis sont très préoccupés par l’effet boomerang des faillites bancaires européennes sur les institutions financières américaines, tellement ces institutions sont interconnectées des deux côtés de l’Atlantique. Leurs préoccupations ne sont pas strictement politiques, elles sont d’abord économiques.

Quelles campagnes de convergence s’organisent en Europe à propos des dettes publiques ? Quel rôle joue la campagne menée en Grèce ?

Partout en Europe, le remboursement de la dette est le prétexte pour renforcer des politiques d’austérité. Les coups contre les travailleurs et la majorité de la population pleuvent. Progresser dans la constitution d’une campagne européenne pour la suspension du paiement de la dette, pour la réalisation d’un audit citoyen, c’est le pas à accomplir dans les semaines et les mois qui viennent. La Grèce a entamé le processus au mois de mai 2011, avec la constitution d’une commission citoyenne d’audit de la dette grecque. Elle a essaimé en Irlande, en Espagne, en France (où un comité citoyen pour l’audit de la dette vient de naître). Prochainement, la même initiative se développera au Portugal, en Belgique et en Italie.

On a donc une réelle possibilité concrète de rassembler les forces sociales qui remettent en cause l’ordre néolibéral et, au-delà, le système capitaliste. Les rassembler sur un thème unificateur. Si on arrive, par la mobilisation de la rue, à obtenir la suspension du paiement de la dette pour plusieurs pays, on changera radicalement les rapports de forces en faveur de la majorité sociale. Cela vaut la peine de s’engager dans cette lutte.

Propos recueillis par Flavia Verri et Gilles Pagaille
Publié par l’hebdo Tout est à nous ! n° 121 du 27 octobre 2011 http://www.npa2009.org/content/%C3%A0-nice-face-au-g20%E2%80%89

1. Dixième édition du forum des peuples « De Siby à Niono, les peuples exigent l’autodétermination ! » qui sera un contre-sommet africain au G20, à Niono au Mali, du 31 octobre au 3 novembre 2011. Voir: http://www.cadtm.org/Forum-des-peuples,6882
http://www.forumdespeuples.org/

Voir le programme d’activités du CADTM à Nice: http://www.cadtm.org/Contre-sommet-du-G20
Voir programme d’ensemble http://www.mobilisationsg8g20.org/

 

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Articles Par : Eric Toussaint

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca