Printemps érable : Cours payé cours dû

Études banque

Cet argument dit tout sur l’état de notre société québécoise. Je paie donc j’ai le droit, je peux payer donc je me fous de ceux qui ne peuvent pas payer. Cette notion mercantile, typiquement nord-américaine, fait ressortir la maudite française en moi. Pourtant, après 24 ans au Québec, je me sais totalement « assimilée ». Plus québécoise que française, je n’ai jamais essayé de recréer mes habitudes du vieux continent ici et je me suis toujours gardée de tomber dans le discours du type : « En France, c’est comme ça, en France on a cela et on fait ceci… » Sous-entendu, en France on est meilleur.

Je ne reviendrai pas sur les détails de la grève étudiante qui, malheureusement, n’a pu devenir un réel mouvement social faute d’implication de la part de la société québécoise : retraités, travailleurs et syndicats n’ont pas répondu « présents ». Il y a bien sûr des exceptions! Il n’y a pas eu de mouvement social parce que notre société n’a tout simplement pas de conscience sociale. L’individualisme l’emporte sur le collectif. Le nombrilisme y est de mise, pour preuve la demande de recours collectif contre 25 établissements d’enseignement et le Procureur général du Québec par deux étudiants.

Kim Laganière, étudiante en techniques infirmières au Collège Montmorency, et Mihai Adrian Draghici, étudiant en histoire de l’Université Laval, réclament des dommages pour avoir été empêchés de suivre leurs cours lors de la session d’hiver 2012, ce qui les a retardés dans leur cheminement scolaire et professionnel. Leur avocat, Michel Savonitto, a expliqué « Ils [mes clients] ont un contrat avec les établissements d’enseignement, et ils sont en droit de demander que les services leur soient fournis conformément au contrat ». Tout se limite donc à la notion d’utilisateur-payeur et au droit individuel de recevoir les services pour lesquels on a payé. En effet, si je paie mon fournisseur Internet, je m’attends à ce qu’il me fournisse le service pour lequel j’ai payé. Il en est de même pour mon service de transport en commun, mes repas au restaurant et, vu la pente que nous prenons au Québec, il en sera bientôt de même pour mes soins de santé.

Mais le véritable débat ne se situe pas à ce niveau, individuel. Il se situe à un niveau collectif, sociétal. Dans quelle société les Québécoises et les Québécois veulent-ils vivre? Quelles sont leurs priorités? Quelle société veulent-ils construire pour les futures générations? Que veulent-ils sauver d’une civilisation occidentale en crise? Ce n’est qu’en s’efforçant de répondre à ces questions qu’ils pourront situer la grève étudiante dans son véritable contexte.

Bien sûr, des étudiants provocateurs ont dépassé les limites. Les médias et les autorités le leur ont fait payer, cher. Les médias, au service du pouvoir, les ont pointés du doigt, stigmatisant du même coup l’ensemble de la population étudiante. Je ne reviendrai pas sur les propos de M. Martineau ou de Mme Denise Bombardier, pour ne citer qu’eux. La description par ces mêmes médias de la reprise des cours à l’Université de Montréal et à l’UQAM n’a fait qu’enfoncer le clou. À l’UQAM, j’ai assisté comme simple observatrice à une levée de cours. Un peu moins d’une dizaine d’étudiants en grève est entrée dans un amphithéâtre pour lever le cours. Immédiatement, une jeune étudiante non gréviste a déclaré : « Je ne suis pas en grève moi ». Malheureusement, les étudiants carrés rouges qui procédaient à la levée de cours n’ont pas su défendre leur position et, peut-être, faire passer des carrés verts dans leur camp. Ils n’ont su que répondre « Ce n’est pas comme ça que ça marche ».

En effet, ce n’est pas comme ça que ça marche. La grève est un droit constitutionnel. Une grève est votée par des individus dans une perspective collective. Les individus s’expriment par le biais d’un processus démocratique : le vote. C’est la voix de la majorité qui l’emporte. Une fois le décompte effectué, l’individu devient partie intégrante de la volonté collective, exprimée démocratiquement. Un recours collectif basé sur la notion de contrat contredit et met en danger les fondements mêmes de la démocratie et notamment du droit de vote et du droit de grève. La démocratie, c’est permettre aux individus de s’exprimer pour parvenir à un consensus au service de la collectivité.

Où est la maudite française dans tout ça? Ah oui, en France, la grève est une tradition, un droit incontesté. Tout le monde sait que faire une grève c’est perturber des activités pour attirer l’attention sur un problème, une situation, des abus, une frange de la société défavorisée, etc. Sans les grèves de 1936, les droits des ouvriers n’auraient pas été reconnus… Par essence, une grève veut déranger.

Quand une grève est votée et qu’une étudiante répond aux grévistes « Je ne suis pas en grève moi », cela me donne une idée. Le quatre septembre, si le candidat élu n’est pas celui pour lequel j’aurais voté, je refuserai de le reconnaître comme premier ministre. Tiens… c’est une pratique à laquelle recourent les États policés qui ont pour nom dictature.

Claude Jacqueline Herdhuin

Auteure, réalisatrice, scénariste, doctorante en études et pratique des arts à l’UQAM

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca