QUÉBEC: Victoriaville, – Répression, État policier, chaos vs détresse, blessures et rage

Région :
Analyses:
QUÉBEC: Victoriaville, – Répression, État policier, chaos vs détresse, blessures et rage

Voici le témoignage d’un étudiant qui a participé à la manifestation du 4 mai à Victoriaville organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, et qui tient à l’anonymat :

J’étais responsable d’un des autobus partant de Montréal. Avec moi, 35 étudiantEs. Mon rôle était de m’assurer que tous reviennent à Montréal sains et saufs. Je leur ai tous parlé de leurs droits face à la police, de comment réagir face à une arrestation, des questions auxquelles ils et elles ont l’obligation de répondre ainsi que des avocats à contacter. Je les ai tous et toutes avertis que la SQ a différentes tactiques que le SPVM n’a pas. Que le gaz lacrymogène risque d’être fortement utilisé à Victoriaville, contrairement à Montréal où l’utilisation de ce gaz est interdite. Leur expliquer les premiers soins en manifestation, en passant du Maalox au jus de citron, des meilleures façons de réagir devant des gaz lacrymogènes, du poivre de Cayenne, des gaz irritants. De s’assurer de se changer de linge en partant de la manifestation pour enlever toutes traces de produits chimiques ou même de peinture marquante envoyée par la police, parfois invisible à l’œil nu. C’est la routine du manifestant et de la manifestante typique. Nous étions tous stresséEs, sachant qu’à n’importe quel moment, l’autobus pourrait se faire intercepter par la police, ou même fouiller en entier. On ne se sent jamais en sécurité des forces de l’ordre, alors qu’on tente seulement de défendre nos droits… Enfin, bref.

Une fois à Victoriaville, la ville était morte, sous état de siège. Les rues barrées, les commerces fermés, les fenêtres fortifiées, les poubelles, les cendriers publics et les pots de fleurs cachés. Nous, syndicats, associations étudiantes, citoyens et citoyennes, prenons enfin la route vers l’hôtel Victorin. Devant l’hôtel, tout semblait préparé par la SQ pour que ça pète. Des clôtures minuscules facilement déplaçables, des palettes de briques dédiées à une quelconque rénovation, et sachant que le stationnement à côté de l’hôtel est encore en construction, et qu’il contient donc une quantité phénoménale de roches et de pavés. Pourquoi le service de police a-t-il recommandé de cacher tous les pots de fleurs alors que, directement à proximité de l’hôtel, des tonnes de briques sont visibles?

Une fois devant le lieu de la rencontre du PLQ, les manifestantEs entourent tranquillement la clôture. Bien vite, cette barrière tombe. Ce n’était pas en restant tranquilles et obéissantEs que le congrès allait être perturbé. CitoyenNEs, personnes âgées et étudiantEs se retrouvent à mes côtés, de l’autre côté de ce « périmètre de sécurité ». Étonnamment, les forces de l’ordre ne sont pas intervenues immédiatement, nous laissant perplexes quant à la légalité de notre geste. Dès lors, les agents de sécurité disparaissent pour laisser place aux anti-émeutes. Par dizaines, marchant au pas, chacun est équipé d’une matraque beaucoup plus longue et imposante que celles du SPVM et de masques à gaz.

Mis à part la clôture franchie, un geste totalement passif et symbolique, à mon avis, aucun signe de violence de la part des protestataires. Tout à coup, une fumée s’élève d’un peu partout. La SQ se met à lancer des quantités phénoménales de gaz lacrymogène dans la foule. Des manifestantEs se mettent à lancer certains projectiles en réponse à cette attaque gratuite. Yeux irrités, respiration coupée, certains de mes camarades vomissent sous leur toux excessive. C’est dans ce genre de moment qu’on reconnaît la solidarité d’un peuple. Les manifestantEs s’entraident. Des jeunes aident des personnes âgées à s’éloigner des gaz, leur expliquant comment gérer cette situation. Des étudiants soulagent les yeux des victimes d’un côté, un groupe transporte un camarade gravement incommodé d’un autre… On se rince la bouche pour éviter d’avaler davantage de ce produit répugnant, on cherche des yeux nos amiEs proches pour s’assurer de leur état.

À ce moment, une majorité de gens se trouvent derrière une résidence à proximité. Des slogans se font entendre discrètement, mais demeurent toutefois très confus, les gens ne sachant plus où donner de la tête à travers ce champ de bataille. Je lève les yeux : un hélicoptère à moins de 30 mètres. Un vrombissement incroyable vient atténuer les sons des cannes de gaz lacrymogène qui explosent tout près. À ma gauche, des affrontements entre policiers et manifestantEs. Devant moi, un arrêt cardiaque, on tente de le réanimer. À ma droite, un étudiant s’effondre, la figure en sang, l’oreille éclatée.

Pendant qu’une équipe d’étudiantEs en soins infirmiers accourent, je fais de mon mieux en éloignant les curieux de la scène, afin de laisser de la place à l’intervention des ambulanciers. L’ambulance tarde, l’anti-émeute bloque l’arrivée de celle-ci. C’est la panique, personne ne connaît l’état de ce camarade, mais une chose est certaine, il faut faire vite. Une voiture de police s’approche pour apporter de l’aide, les gens se tassent pour lui laisser le chemin. Les policiers jasent avec les manifestantEs qui leur crient de faire vite pour sauver cet étudiant. La seule réponse obtenue est la fuite de cette voiture de police pendant que le jeune homme était toujours inconscient, au sol. Je me rapproche de la scène des premiers soins, continuant d’éloigner les curieux. Alors, comme par surprise, l’anti-émeute repousse les manifestantEs jusqu’à deux mètres du jeune blessé. On accourt tous pour faire une chaîne humaine entre les gaz lacrymogène, le poivre de Cayenne ainsi que l’équipe médicale qui s’affaire à déplacer la victime au plus vite. On avait beau crier « IL Y A UN BLESSÉ! », on se faisait répondre par une insensibilité hors du commun.

Les larmes me montent aux yeux. Pour une fois, ce n’est pas à cause du lacrymo. C’est de voir toute cette répression que nous subissons, c’est de voir ce régime de peur et l’État policier dans lequel nous vivons. C’est de constater encore une fois l’injustice et le désir du gouvernement de nous faire taire. Un cri. Un cri libérateur. Un cri signe de toute ma détresse s’échappe de mes entrailles. J’en peux plus. On recule sous la force policière. Un policier tente d’arrêter au hasard un jeune homme, une dizaine de manifestantEs courent à son secours pour le libérer. Je vois à ma droite le blessé à l’oreille embarquer dans l’ambulance. Je me dirige, le cœur gros, vers le rassemblement de gens.

Tranquillement, les manifestantEs réussissent à avancer vers l’hôtel. Ils s’aperçoivent que la porte est barrée, ils rebroussent chemin à toute vitesse sous la menace de la matraque. Le champ de bataille se déplace vers le stationnement de terre et de pavés. Sous la colère des manifestantEs, des roches sont lancées en direction des policiers, un geste désespéré pour exprimer la rage de certainEs. Après une dizaine de minutes, la SQ commence à sortir les fusils à pression qui servent à tirer des balles en caoutchouc. Je transporte une étudiante atteinte à la cheville vers une portion de gazon un peu en retrait. Une agente médicale étudiante arrive à toute vitesse pour lui inspecter la blessure en sang : « Tu auras besoin de points de suture ma belle. Tu as six heures pour te rendre à la clinique avant que le pansement ne soit plus efficace ».

L’anti-émeute réussit à avancer un peu. Une scène de chaos arrive alors, tout est flou dans ma tête. Tout ce que je vois, c’est une silhouette qui s’effondre. Je me tourne. Je le reconnais. Au sol, mon ami la figure en sang, l’œil exorbité. Les cris de mes amiEs, mes larmes au visage. Je crie aux gens de s’éloigner, de lui laisser de l’air. Je me tourne vers l’anti-émeute pour tenter en vain de le protéger de violence supplémentaire de la part de ces « agents de la paix ». Je hurle ma rage aux anti-émeutes. À ce moment, ils n’étaient plus rien, de vulgaires pions de l’État. Je me sens impuissant. Tout se passe si vite. Une amie me prend par le bras pour que je m’éloigne. Je marche, sous la pluie, vers le point de départ. Je pleure, je ne peux avancer plus de 20 mètres sans m’accroupir en petit bonhomme au milieu de la rue. Mon corps ne suit plus ma pensée. On n’est pas dans un film, on n’est pas dans le monde arabe. On est au fucking Québec.

Je croise une professeure, celle-ci me parle de la dentition éclatée de la jeune fille qu’elle a aidée, atteinte d’une balle de caoutchouc. Plus loin, un ami des soins infirmiers me raconte la rotule éclatée d’un autre garçon. J’arrive finalement à l’autobus de départ. Nous sommes tous à terre.

Dans l’autobus, nos vêtements continuent de dégager du gaz. Tout le monde tousse, tout le monde se mouche. L’atmosphère est lourde. Étant responsable de l’autobus, j’ai été averti bien rapidement des blocus policiers sur les autoroutes, des autobus de McGill, Concordia et Montmorency arrêtés arbitrairement sur l’autoroute en direction de Montréal. Nous sommes tous sur le qui-vive, avec tous les gyrophares de police qui s’allument sur la route 20. Des haltes routières remplies d’une trentaine de voitures de patrouille me glacent le sang.

L’autobus est plein d’étudiantEs déjà fichéEs par la police, qui se ferait une joie immense de pouvoir les arrêter pour aucune excuse. Beaucoup d’entre nous n’ont plus le choix de se masquer dans les manifestations, à cause des photos prises par les policiers. Certains d’entre nous sont sur écoute téléphonique et se font suivre jusqu’à leur domicile. Depuis le début de la grève étudiante, plus de 1 100 arrestations ont été faites, la majorité arbitraires, pour entrave à la circulation routière, ou bien pour rassemblement illégal. Une bonne partie des étudiantEs présentEs dans l’autobus risquaient une récidive si jamais l’autobus se faisait intercepter par la sécurité routière.

Heureusement, nous sommes tous rentrés à bon port. Après une semaine énormément émouvante, une journée particulièrement difficile, il est inconcevable de contenir notre haine envers le système actuel. On se couche de plus en plus convaincus que la tentative du gouvernement de nous diviser n’aura que pour seul effet de nous unir davantage.

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca