Rosalie Berthell : une femme engagée

Rosalie Berthell : une femme engagée

“Il n’y a rien de tel qu’une exposition à la radioactivité pour faire des dégâts. La probabilité que les cellules soient endommagées est de 100%. La question suivante est : de quelle atteinte vous souciez-vous ?”  Dr. Rosalie Bertell, 1990  

Eminente scientifique américaine et expert international sur le rayonnement, la militante écologiste Rosalie Bertell est décédée le 14 juin 2012. Elle avait 83 ans. Voici quelques extraits d’un article la présentant sur le site Global Research (1).  

En 1985, son premier livre, ” No Immediate Danger: Prognosis for a Radioactive Earth “, a été publié à Londres et acclamé par la critique. Le livre décrit en détail les effets de la radioactivité – pas seulement les taux élevés de cancers incurables – mais aussi la façon dont l’exposition aux rayonnements ionisants (pénétrants et créés par l’homme) affecte le corps humain. En 1986, Rosalie Bertell faisait partie de l’équipe d’enquête sur Tchernobyl, et elle a travaillé avec des milliers de survivants de la catastrophe du réacteur nucléaire.  

Dans un discours prononcéen 1990 à Oslo, en Norvège, elle notait que la radioactivité augmente la susceptibilité à « beaucoup de maladies différentes, y compris les déficiences du système immunitaire, les malformations congénitales, les fausses couches, les maladies chroniques à long terme, les mutations génétiques (ce qui implique des atteintes continues et la dégradation du patrimoine génétique, c’est-à-dire de l’avenir), ainsi que les leucémies et autres maladies du sang. »

 « Prenez par exemple un seul atome de plutonium dans un tissu pulmonaire. En se désintégrant, il projette des particules d’énergie à travers des cellules vivantes. Comme vous le savez, une cellule n’est pas vide ; c’est un système vivant rempli de différents types de matière, avec des tâches distinctes à effectuer dans le corps. Nous ne pouvons rien ressentir de cette désintégration au niveau cellulaire. Mais elle provoquera des dégâts…. Le dégât qui est susceptible de causer le plus de problèmes dans un système global comme l’être humain, c’est le dégât qui frappe le noyau de la cellule. Parce qu’à l’intérieur du noyau, il y a le matériel chromosomique qui conserve le modèle de ce que doit faire la cellule. Si vous changer cela, vous changez ce que la cellule produit. Si vous modifiez une cellule, et qu’elle est encore capable de se reproduire, cela fera deux cellules avec des chromosomes endommagés, ce qui peut provoquer une croissance exponentielle de cellules qui ne travaillent plus correctement. »

(…)  

En 2007, « Tchernobyl : L’héritage caché » de Pierpalo Mittica est publié. Rosalie Bertell en était l’un des co-auteurs. Elle y a contribué par un important rapport sur la dévastation que ce réacteur nucléaire continue de provoquer sur la population ukrainienne ainsi que sur le reste du monde. Comme pour la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, la quantité de radioactivité reste avec nous pour toujours ; non seulement pour la population japonaise, mais pour le monde entier.

(…)  

À 83 ans, et malgré une maladie grave ces deux dernières années, Rosalie Bertell était toujours active, « écrivant des articles et répondant au courrier, travaillant avec le grand public pour continuer à l’informer sur les risques et les dangers des essais environnementaux militaires et l’industrie nucléaire ». Elle considère que sa récompense la plus gratifiante fut d’avoir « découvert tant de personnes sensées, concernées à travers le monde, qui demandent seulement à mener une vie décente et à élever paisiblement leurs enfants, en partageant les richesses de la planète avec tout le monde et avec tous les êtres vivants ! J’ai trouvé ces gens-là dans chacun des plus de 60 pays où j’ai travaillé. Les gens ordinaires savent que  nos politiques environnementales actuelles sont basées sur la cupidité, qu’elles ne sont pas faites pour les êtres vivants et ne sont pas durables. »  

 
Article original en anglais : Remembering Rosalie Bertel, Author, distinguished scientist, environmental activist, international expert on radiation, sister of the Grey Nuns

Traduction : Cécile Monnier, http://fukushima.over-blog.fr/article-rosalie-bertell-107328661.html

Qui est Rosalie Bertell ?

Sœur des Nonnes Grises du Sacré-Cœur, Rosalie Bertell était titulaire de cinq doctorats honoris causa. Elle comptait, parmi ses nombreuses récompenses, le Prix Right Livelihood1986, connu sous le nom de Prix Nobel Alternatif ; le Prix de la Paix du mouvement World Federalist ; le Prix Innovateur pour la Santé du Conseil de la Santé du Premier Ministre de l’Ontario ; le Prix du Programme pour l’Environnement Global500 des Nations Unies et le Prix Sean Mac Bride International de la Paix. En 2005, elle a été l’une des 1000 Femmes de Paix nominées pour le Prix Nobel de la Paix. Elle a publié plus de 100 articles, et fut rédactrice de la revue « Perspectives Internationales en matière de Santé Publique ».  

ber dangerLe premier livre de Rosalie Bertell  : No Immediat Danger ? Prognosis for a Radioactive Earth, paru en 1985, a été traduit et publié en français en 1988 (2ème tirage en 1989) sous le titre Sans danger immédiat ? L’avenir de l’humanité sur une planète radioactive  (Ed. La pleine Lune). Il est encore possible de se le procurer 

 

(1) Merci à Cécile Monnier pour la traduction française !


Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca