Russia Today, une chaîne comme les autres ?

Région :

 

Margarita Simonyan, rédactrice en chef chez Russia Today, s’explique sur la ligne éditoriale de cette chaîne d’information souvent décrite comme très proche du Kremlin.

Vous avez dit propagande ?

« Tous les pays qui ont un minimum de respect pour eux-mêmes possèdent une chaîne internationale comme Russia Today. La Grande-Bretagne a BBC World News, la France a France24 et le Quatar possède Aldjazeera. Et on n’accuse jamais ces chaînes de faire de la propagande pour leurs pays respectifs. Autant la BBC que France24 disent elles-mêmes souhaiter exposer leurs visions respectives sur le monde. Nous faisons la même chose.

A l’époque soviétique, les diffusions à l’international étaient très mal gérées. Les quelques tentatives du gouvernement communiste d’étendre son influence à l’étranger se sont soldées par des échecs. A la suite de la chute de l’URSS et de sa « pseudo intégration » dans le libéralisme occidental, ces méthodes ont été oubliées. Pour la bonne et simple raison qu’avec l’existence d’un seul « bloc », nous n’avions plus besoin de continuer cette « guerre idéologique ». La Russie actuelle est affaiblie sur le plan de sa communication extérieure. Le meilleur exemple en est la guerre avec la Géorgie en 2008 durant laquelle une véritable bataille de l’information a fait rage, et dans laquelle on accusait la Russie d’avoir attaqué la Géorgie. Mais alors que l’Europe comprenait enfin avoir été dupée, toute cette « guerre-éclair » n’était plus qu’une histoire ancienne. C’est pourquoi une grande partie des anglophones continuent à croire à ce mensonge. »

Sur les USA

« Quand nous avons lancé Russia Today, il y a 6 ans et demi, j’ai toujours clairement dit que nous exposerions la vision russe du monde. Actuellement la politique étrangère de la Russie est plus humaine, plus juste et plus sincère que celle de beaucoup d’autres gouvernements. Nous pratiquions exactement la même politique, à l’époque soviétique, que celle que les États-Unis mènent aujourd’hui, à la seule différence que nous, nous avons compris notre erreur. Cette politique irresponsable a causé la perte de notre pays. Les États-Unis, eux ne s’en sont toujours pas rendus compte. Personnellement, je considère qu’il ne faut pas imposer la démocratie aux peuples qui ne l’ont pas choisie. Pourquoi l’Arabie Saoudite ne subit-elle pas de pression ? Vous croyez qu’il s’agit réellement d’une démocratie ? Ou est-ce que c’est plutôt parce qu’elle vend son pétrole comme il le faut ? »

Sur le printemps arabe

« Bien évidemment, le printemps arabe a fait la une de tous les médias du monde : mais chacun a couvert les événements à sa manière. Je vous donne un exemple : le 21 juin 2011, la BBC et CNN ont choisi de couvrir le sujet concernant « un drone de l’OTAN abattu en Libye ». Alors qu’ils rabâchaient cette information toute la journée pour la simple raison qu’ils étaient solidaires avec la politique étrangère de leurs pays, nous pensions plus important de couvrir la mort d’une famille de 13 libyens, dont 6 enfants. Nous étions les seuls à parler de cette tragédie ! Vous ne me croyez pas ? Vérifiez donc par vous-mêmes ! Et nous avons reçu de nombreux témoignages de téléspectateurs sur les événements en Syrie. Même si un tiers des personnes nous disent que nous sommes des salauds et que nous soutenons le régime sanglant d’Assad, deux tiers nous déclarent : « Merci de nous avoir ouvert les yeux, nos médias nous mentent ! », par « médias » ils entendent principalement la BBC et CNN. »

Sur la version américaine de Russia Today

« Nous avons créé une branche américaine de la chaîne il y a quelques années. La Russie est présentée sous un angle différent, afin que l’Américain moyen ne s’ennuie pas. Nous couvrons les grandes lignes de l’actualité russe, comme la guerre russo-géorgienne de 2008, les élections, les mouvements de protestation… Les Américains s’intéressent à tous ces sujets. Mais les chaînes nationales américaines traitent ces informations d’une toute autre manière : par exemple, Fox News a coupé l’interview d’une jeune Ossète qui s’apprêtait à raconter comment les Russes l’ont sauvée en 2008 et a également diffusé des vidéos de manifestants grecs cassant des fenêtres et allumant des cocktails molotov avec la légende suivante : « Manifestations à la suite des élections à Moscou ». Et voilà le niveau moyen de compréhension des événements en Russie chez les Américains. »

Sur la différence entre Russes et Occidentaux

« Les Russes se distinguent, culturellement, des Occidentaux : les Européens et les Américains ont plus de points communs entre eux que nous avec eux. Les Russes sont plus proches de l’Asie que de l’Europe et des États-Unis. C’est pourquoi quelque chose qui peut sembler parfois normal pour nous, ne l’est peut-être pas pour eux. J’ai des centaines d’exemples à donner, comme notre rapport à l’homosexualité. Notre société est très homophobe, c’est vrai. Parfois nos collègues occidentaux tournent des reportages au sujet de l’interdiction de la gay-pride à Moscou mais ni eux ni les téléspectateurs ne comprennent qu’il ne s’agit pas là d’une décision personnelle mais que la grande majorité de la population partage cette idée.

Ensuite en Occident, on nous traite de sauvages. Nous avons tous des cultures différentes mais eux nous jugent selon la leur. Encore un exemple : l’affaire concernant Pussy Riot. De nombreux correspondants étrangers ont écrit au sujet de l’arrestation des membres de ce groupe. Rien d’autre ne les intéressait. Nous avons également traité cette affaire sur notre chaîne, mais sans pourtant en faire le sujet le plus important de ces dernières semaines. »

Le Courrier de Russie , 19 avril 2012.

Traduit par : Thomas Gras :
http://www.lecourrierderussie.com/


Articles Par : Margarita Simonyan

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca