Tribunal Russell: Israël doit mettre fin à son système d’apartheid

Le Tribunal Russell sur la Palestine (TRP) est revenu jeudi à Bruxelles sur les conclusions de sa troisième session tenue début novembre au Cap en Afrique du Sud. Pour ce tribunal d’opinion, “Israël soumet le peuple palestinien à un régime institutionnalisé de domination considéré comme apartheid en vertu du droit international”.

Les perceptions de l’identité juive israélienne et de l’identité palestinienne démontrent que les Juifs israéliens et les Arabes palestiniens peuvent aisément être définis comme des groupes raciaux distincts au regard du droit international“, avance le Tribunal.

Parmi les actes inhumains découlant de cette politique d’apartheid, le TRP épingle notamment “la privation à large échelle de la vie palestinienne par le biais d’opérations et d’incursions militaires et les violations systématiques des droits de l’homme“.

Ces actes sont suffisamment enracinés dans la législation, dans la politique générale et dans les institutions officielles pour être qualifiés d’institutionnalisés“, soutient le TRP.

Une argumentation qui a reçu quelques critiques, notamment de la part de Richard Goldstone, ce juge sud-africain qui a entre autres dirigé la commission auteure d’un rapport accusant Israël et des groupes armés palestiniens à Gaza de “crimes de guerre” lors des événements sanglants de 2008-2009 dans la bande de Gaza. Dans un article du New York Times, il reconnaît que si tout le monde doit respecter les aspirations nationales et les droits humains du peuple palestinien, “ceux qui rapprochent les situations en Israël et en Cisjordanie et les comparent avec l’ancienne Afrique du Sud desservent tous ceux qui nourrissent des espoirs de justice et de paix“.

Tribunal d’opinion

Le Tribunal Russell sur la Palestine, troisième initiative du genre après le Tribunal sur le Vietnam (1966-1967), mis sur pied par le philosophe britannique Bertrand Russell, et le Tribunal sur l’Amérique latine (1974-1976), associe des citoyens qui estiment que les Etats et leurs représentants ne remplissent pas leurs obligations dans le cadre du conflit israélo-palestinien.

Il ne s’agit pas d’un tribunal classique et étatique mais d’un tribunal d’opinion créé en 2009 après que différents avis et résolutions d’instances internationales reconnues (ONU, Cour internationale de Justice…) sont restés lettre morte, explique Pierre Galand, ancien sénateur PS et membre du comité international organisationnel du TRP.

Aujourd’hui, les textes internationaux sont très clairs“, enchaîne un autre membre, le diplomate français Stéphane Hessel. “Israël doit son existence aux Nations unies et il est dès lors tenu d’en respecter les règles. Le Tribunal est une des façons d’attirer le grand public alors que les Etats les plus puissants sont trop lâches à remplir leurs obligations“, commente-t-il. Cet homme de 94 ans, ancien résistant, a participé à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’homme en 1948.

Les milieux syndicaux sont, eux aussi, invités à prendre une position plus franche vis-à-vis de l’Etat hébreu. “Il est temps de réagir et Histadrout, un important syndicat de travailleurs israéliens, n’a plus sa place parmi les instances syndicales internationales s’il ne condamne pas cette politique d’apartheid“, estime Jacques Michiels, ancien secrétaire général de la centrale générale de la FGTB.

Le Tribunal Russell sur la Palestine (TRP)

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca