TUER LA VÉRITÉ : Mahdi Nazemroaya est menacé par les rebelles « pro-démocratie » de l’OTAN

TUER LA VÉRITÉ : Mahdi Nazemroaya est menacé par les rebelles « pro-démocratie » de l’OTAN

Cet article a été rédigé en anglais le soir du 23 août 2011.

Mahdi Darius Nazemroaya et Thierry Meyssan sont actuellement isolés dans le centre de presse de l’hôtel Rixos à Tripoli, autour duquel ont lieu des combats intenses.

Nous demandons à nos lecteurs de réfléchir à ce que Mahdi tentait d’accomplir au centre de presse de l’hôtel Rixos : rapporter des faits de manière honnête, en se souciant de la vie humaine, solidairement avec ces hommes, femmes et enfants libyens ayant perdu la vie dans des raids de bombardements ayant touché des zones résidentielles, des écoles et des hôpitaux.

La vie de Mahdi est en danger parce qu’il dit la vérité, parce qu’il expose les crimes de guerre de l’OTAN.

On nous dit que pour «  bâtir la démocratie » en Libye, il faut bombarder intensivement un pays entier, en vertu de la « responsabilité de protéger » (« Responsibility to Protect », R2P).

Toutefois, Mahdi remet ce concept en question. Il conteste le fondement même de la propagande de guerre voulant que l’acte de guerre soit une entreprise vouée à l’établissement de la paix.

Au cours des derniers jours, nous avons consacré tout notre temps et toutes nos énergies à assurer la sécurité de Mahdi, Thierry et de plusieurs autres journalistes indépendants coincés à l’hôtel Rixos.

Il faut comprendre l’atmosphère qui règne au centre de presse de cet hôtel à Tripoli.

Les médias dominants, dont CNN et la BBC, ont des liens directs avec l’OTAN, le Conseil national de transition et les forces rebelles. Ils servent directement les intérêts de l’OTAN par une importante déformation médiatique.

Au même moment, ceux qui s’engagent à dire la vérité au centre de presse du Rixos font l’objet de menaces voilées. Dans le cas de Mahdi, les menaces étaient très explicites.

Ceux qui disent la vérité sont menacés.

La vie de ceux qui mentent et acceptent le consensus de l’OTAN sera protégée. Les forces spéciales de l’OTAN opérant au sein des rebelles assureront leur sécurité.

Dans cet environnement répugnant, les liens personnels ont été rompus. Les journalistes des médias indépendants, ainsi que ceux des pays non-membres de l’OTAN, dont la Chine, l’Iran et les pays d’Amérique latine, sont considérés persona non grata par les groupes des médias dominants dans l’hôtel.

Mahdi dit la vérité. Il conteste directement les liens des médias dominants.

Ses reportages menacent le consensus de l’OTAN.

Il décrit la destruction entière d’un pays, de ses institutions et de ses infrastructures.

On nous dit que ce massacre et cette destruction sont nécessaires à l’établissement de la « démocratie », sous le drapeau colonial du roi Idris.

On nous ment de la manière la plus crapuleuse qui soit. Les victimes de l’agression de l’OTAN sont qualifiées de « criminels de guerre » alors que les responsables de la guerre sont accueillis comme des libérateurs.

Le mensonge est devenu vérité et c’est pourquoi la vie de Mahdi est en danger.

La guerre c’est la paix, selon le consensus de l’OTAN.

La « communauté internationale » a systématiquement approuvé la campagne de bombardement de l’OTAN au motif que Kadhafi est un dictateur.

Puisqu’il est répété ad nauseam, les gens acceptent tôt ou tard le consensus: le massacre est une entreprise destinée à établir la paix.

Comment pourrait-il en être autrement? Tous les médias au pays (Canada), les gens du gouvernement et les intellectuels ont accepté ce consensus.

La réalité est sens dessus dessous. Les gens ne sont plus capables de penser.

Ils acceptent le consensus parce qu’il émane d’une autorité supérieure qu’ils n’osent pas remettre en question.

En réalité, il s’agit du fondement même d’une doctrine inquisitoriale.

Toutefois, les bases « humanitaires » de la « responsabilité de protéger » vont bien au-delà de l’Inquisition espagnole.

Nous faisons face à un dogme que personne ne peut mettre en doute.

Mahdi Nazemroaya a réfuté ce consensus en révélant les mensonges des médias dominants.

Une fois que le consensus de l’OTAN est brisé, la légitimité des bellicistes s’écroule comme un château de carte.

Voilà pourquoi la vie de Mahdi Nazemroaya est menacée.

C’est ça la guerre au 21e siècle : une guerre qui prétend ne pas être une guerre.

Tous les protocoles et toutes les conventions relatives à la guerre ne s’appliquent pas.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) n’est pas sur le terrain. Il n’a pas de mandat parce qu’officiellement, il ne s’agit pas d’une guerre.

C’est la guerre la plus sordide et immorale de l’histoire, au point où même les activistes antiguerres, les politiciens de gauche et les soi-disant progressistes applaudissent. « Kadhafi est le dictateur, il doit partir. »

C’est une blitzkrieg, une guerre éclair avec des systèmes d’armes sophistiqués. Selon les statistiques de l’OTAN, il y a eu 20 000 sorties depuis le 31 mars et 8000 missions de frappe.

Chaque mission de frappe implique plusieurs cibles, dont la plupart sont civiles.

Comparez cela aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale ou de la Guerre du Vietnam…

Nous sommes déterminés à ramener Mahdi au Canada en toute sécurité.

Dites-le à tout le monde, diffusez le message partout.

Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 24 août 2011. 12.22am EDT

REPORTAGE VIDÉO

Le reportage suivant sur Mahdi Nazemroaya par CBC News a été diffusé mardi le 23 août 2011.

http://www.cbc.ca/video/#/Shows/1221254309/ID=2103783289

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal and Editor of the globalresearch.ca website. He is the author of The Globalization of Poverty and The New World Order (2003) and America’s “War on Terrorism”(2005). His most recent book is entitled Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011). He is also a contributor to the Encyclopaedia Britannica. His writings have been published in more than twenty languages. He can be reached at crgeditor@yahoo.com * * * * Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de "Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre", "La Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial" (best-seller international publié en plus de 10 langues). Contact : crgeditor@yahoo.com

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca