Un avenir de glaces à la dérive

Région :
Un avenir de glaces à la dérive

Depuis presque 3.000 ans, la bande de glace appelée Ayles s’étendait  comme une péninsule dans l’océan Arctique, sur le bout de terre le plus septentrional du Canada. Puis, tout d’un coup, elle s’est détachée. C’est arrivé en moins d’une heure, le 13 août 2005 vers midi : une crevasse s’est ouverte dans le glacier et la gigantesque bande, poussée par les vents, embouchant un fjord de la côte septentrionale de l’île de Ellesmere, s’en est allée. Aujourd’hui, Ayles, 65 kilomètres carrés pour une épaisseur d’une trentaine de mètres, est une île à la dérive. C’est Laurie Weir, scientifique du Canadian Ice service qui s’en est aperçue, en examinant  les images faites par satellites dans cette zone du grand nord canadien, la côte de Ellesmere, dans le Nunavut.

Nouvelle alarmante. Pour le moment, pour une raison immédiate : maintenant la plate-forme Ayles est arrêtée à une trentaine de miles de la côte, retenue par la glace hivernale. Mais avec le dégel estival,  quand des zones de plus en plus amples de l’océan Arctique restent ouvertes, elle sera libre de se déplacer, et une des voies qu’elles pourraient emboucher va vers l’ouest, vers la mer de Beaufort, pleine de plates-formes pétrolières et d’extraction de gaz. Un choc  entre cette masse de glace et une plate-forme pétrolière serait une catastrophe.

L’île de glace à la dérive, surtout, est le signe de ce que peut provoquer le réchauffement  du climat terrestre – en particulier dans la région arctique où, depuis désormais plusieurs dizaines d’années, les glaciers se retirent. La naissance de l’ « île » Ayles est le résultat d’une vague particulière de chaleur  dans cette région pendant l’été 2005, dit Luke Copland, directeur du Laboratoire de recherche de cryophysique  à l’Université d’Ottawa : peut-être est-il prématuré de l’attribuer au changement de climat provoqué par les activités humaines, dit-il, mais c’est  un signal de ce qui nous attend : « Ce qui est très clair c’est à quel point le rythme de ces changements est rapide ».

Comment le monde s’adaptera-t-il à sa chaleur à venir ? Une occasion de faire le point va se présenter à la fin du mois de janvier à Paris, où se réunira le Groupe intergouvernemental sur le changement de climat (Ipcc, dans son sigle anglais), l’organisme de chercheurs chargé par l’Onu de faire part aux gouvernements de l’état des connaissances scientifiques sur le réchauffement de la planète.

Mais seront-ils écoutés ?

Edition de mardi 2 janvier 2007-01-02 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/02-Gennaio-2007/art4.html


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Articles Par : Marina Forti

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca