Un nouveau massacre en Syrie

Nouvelles révélations sur les victimes de Houla.

Un nouveau massacre en Syrie

Présentation de l’article par Reopen 91

Comme sur le dossier des événements du 11-Septembre, la désinformation sur les événements en Syrie bat son plein, et nous n’aurons de cesse de la dénoncer, ou plutôt de dénoncer l’unanimisme des médias hexagonaux. Pourtant, et sans pour autant prendre le parti du président Assad, nos voisins européens sont de moins en moins frileux sur la question. Après le témoignage accablant d’un grand reporter anglais, sur le piège mortel dont il a failli être victime, tendu par un groupe de rebelles syriens à bord d’un véhicule agressif, voici que le FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG, grand quotidien conservateur de la capitale financière – ce n’est pas un hasard- de notre voisin allemand, tiré à 370 000 exemplaires, propose la première synthèse officielle claire sur les événements atroces de Houla.

Les conclusions de cet article recoupent en tous points les premiers constats effectués en français par le réseau Voltaire et par Mondialisation.ca. L’article souligne aussi la grande similitude des modes opératoires entre les massacres de Houla et Al Qubeir. Nous y découvrons également l’effort auquel s’est engagé le président Assad, pour maintenir la cohésion entre alaouites et sunnites, l’une des conditions essentielles pour ramener la paix. Et évidemment, cet article n’est pas “sans rapport” avec les déclarations de Guido Westerwelle, ni la saisie de containers d’armes par les Libanais grâce aux renseignements du BND allemand. En France, MM. “Sarkollande” et “Jupabius” développent une rhétorique belliciste exactement à l’opposé du gouvernement allemand, et nous avons même dû rapatrier en catimini des agents de renseignements venus soutenir les rebelles, et pris la main dans le sac. Mais que fait “Her Excellency the Baroness Ashton of Upholland” ? Et les médias français bien sûr se taisent ou maquillent la réalité. Curieuse époque, non ?

En Syrie, au moins 55 personnes ont été tuées lors d’un nouveau massacre près d’Hama. Des observateurs des Nations-Unies qui voulaient se rendre sur les lieux ont été pris pour cible.

Lors d’un massacre dans le village de Qubair près d’Hama en Syrie, au moins 55 personnes ont été tuées. Des activistes des comités de coordination locaux ont déclaré que le nombre des victimes s’élevait à au moins 86. Parmi elles, 18 sont des femmes et des enfants. Plusieurs ont brûlé dans leurs maisons ou ont été poignardées avec des couteaux. La plupart des victimes appartenaient à une même famille. Pendant que les rebelles accusaient les milices fidèles au régime d’un crime de sang, la télévision d’Etat rendait un “groupe terroriste” responsable du massacre.

Les observateurs des Nations-Unies stationnés à Hama ont voulu visiter le hameau de Qubeir jeudi. Les observateurs des Nations-Unies ont signalé que l’armée syrienne les empêchait d’accéder à Qubeir. Le chef des observateurs des Nations-Unies, le général Robert Mood, a aussi déclaré que des civils arrêtaient les observateurs. On leur a expliqué que leur sécurité ne serait pas garantie si ils devaient entrer dans le village. Plus tard le secrétaire général des Nations-Unies Ban Ki-Moon a déclaré devant l’Assemblée plénière des Nations-Unies à New York, que les observateurs avaient été la cible de tirs. Il a qualifié le massacre de “choquant et répugnant” et a déclaré que le président syrien Bachar al Assad avait perdu “toute légitimité”.

Le massacre ressemble au premier coup d’œil à celui de Houla le 25 mai dernier au cours duquel 108 personnes ont été tuées. Les opposants syriens qui vivent dans la région ont pu, les jours passés, reconstituer le déroulement vraisemblable des faits dans Houla en raison de témoignages crédibles. Leur résultat contredit les affirmations des rebelles qui avaient rendu responsables des faits les milices Schabiha proches du régime. [Ces opposants] doivent avoir agi sous la protection de l’armée syrienne. Parce qu’en fin de compte les opposants qui refusent l’utilisation de la violence se font assassiner ou tout au moins sont menacés, ceux-ci ne veulent pas que leurs noms soient cités.

Les combats en Syrie gagnent en intensité

Le massacre de Houla s’est produit après la prière du vendredi. Les combats se sont déclenchés au moment où les rebelles sunnites ont attaqué les 3 postes de contrôle de l’armée syrienne autour de Houla. Les postes de contrôle ont la tâche de protéger les villages alaouites contre des attaques qui proviendraient des alentours de Houla à majorité sunnite.

Les rebelles ont reçu 300 millions de dollars

Un poste de contrôle d’une rue attaquée a appelé au secours des unités de l’armée syrienne à 1500 mètres de là, qui occupent  une caserne, laquelle a immédiatement envoyé des renforts. Au cours des combats autour de Houla qui doivent avoir duré 90 minutes, des douzaines de soldats et rebelles ont été tués. Pendant les combats, les trois hameaux du village de Houla ont été coupés de l’extérieur.

D’après les indications des témoins oculaires, le massacre s’est produit à ce moment-là. Auraient été tués presque exclusivement des familles des minorités alaouites et chiites de Houla, dont la population est à plus de 90% sunnite. C’est ainsi qu’ont été massacrés plusieurs douzaines de membres d’une famille qui se serait convertie au cours des années passées de l’Islam sunnite à l’Islam chiite. Ont été également tués des membres éloignés de la famille alaouite Shomaliya, et la famille d’un député sunnite du parlement considéré comme collaborateur. Juste après le massacre, les responsables auraient filmé leurs victimes, les auraient décrites comme des victimes sunnites et auraient répandu les vidéos sur Internet. Des représentants du gouvernement syrien ont certes confirmé cette version, mais il faut tenir compte du fait que le gouvernement s’est engagé à ne pas parler en public des alaouites ni des sunnites. Le président de la République Bachar al Assad appartient aux Alaouites, l’opposition est portée principalement par la majorité de la population qui est sunnite.

Entre-temps, les hommes d’affaires syriens vivant à l’étranger ont ouvert dans la capitale qatarie de Doha un fonds doté de 300 millions de dollars pour le financement de l’opposition syrienne et des rebelles. Mustafa Sabbagh, le président du Businessforum syrien en exil, a inauguré le fond. Wael Merza, le secrétaire général du conseil national de l’opposition syrienne, a déclaré que la moitié de la somme avait déjà été affectée, en partie à l’armée syrienne libre.

Le ministre des affaires étrangères russe Sergeï Lavrov a proposé cependant la convocation d’une conférence internationale sur la Syrie à laquelle tous les pays qui ont de l’influence sur les acteurs en Syrie devraient participer. Le cercle devrait dépasser celui des pays qui se sont réunis au sein des “amis de la Syrie”, a déclaré Lawrow. Car ce groupe soutient seulement les “exigences radicales” du Conseil national syrien. Concrètement, Lavrov, à côté des membres du conseil de sécurité des Nations-Unies, de l’UE et de la ligue arabe, a aussi nommé la Turquie et l’Iran. Le but devra être de mettre en application le plan d’Annan “correctement et sans ambiguïtés”.

Rainer Herman

Autorenporträt / Hermann, Rainer (Her.)Journaliste pour le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung
 

Article original en allemand : Frankfurter Allgemeine Zeitung, Rainer Hermann, Damas, 7 juin 2012
Traduction : Corto (texte en gras par nos soins) pour Reopen 91

Quelques autres articles fameux de la presse allemande:

Articles Par : Rainer Hermann

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca