Une approximation sur le coût pour la France de la guerre en Afghanistan

Une approximation sur le coût pour la France de la guerre en Afghanistan

Le silence des médias sur la guerre en Afghanistan et ses impasses est total, sauf quand il s’agit de montrer le charmant Obama en visite surprise, la surprise et le secret bien gardé sont simplement pour assurer sa sécurité. C’est-dire la situation apaisée! Les médias se taisent sur le fait que cette guerre est perdue, qu’elle a mis en selle des corrompus, des seigneurs de la guerre, des oppresseurs, que les troupes qui devaient assurer le bien être et la sécurité des Afghans, sont parquées à Kaboul et sur les grands axes laissant comme au Viet Nam le pays à l’avancée des Talibans et au sous développement, à la misère. Cette guerre occasionne tant de morts civiles qu’elle provoque la colère des populations. Et enfin les mêmes médias se taisent sur le coût de cette catastrophe,au moins une approximation. Si les journalistes ne savent pas où les trouver je leur conseille les rapports législatifs du Sénat, des informations fiables.(note de danielle Bleitrach)

Voici un extrait du Projet de loi de finances pour 2010 : Défense – Préparation et emploi des forces.

« 2. Les forces servant en opérations extérieures : des dépenses partiellement budgétisées

Il convient toutefois de garder à l’esprit les risques de dérapages liés à l’opération en Afghanistan. En 2009, le montant total du coût des opérations en Afghanistan est estimé à 330 millions d’euros (+ 40 %), ce qui représente 39 % du coût de l’ensemble des opérations menées par les forces françaises.
Compte tenu de la hausse des effectifs présents (3 247 militaires en moyenne), le coût en frais de personnel est désormais évalué à 120 millions d’euros. Les frais de fonctionnement s’élèvent à 55 millions d’euros, le transport stratégique à 45 millions d’euros, le maintien en condition opérationnelle des matériels à 52 millions d’euros.

Comme a pu le constater la mission de votre commission effectuée en Afghanistan en septembre dernier, ce coût élevé résulte non seulement de l’éloignement du théâtre afghan, atteignable depuis la France par voie aérienne seulement, mais également lié à des équipements personnels spécifiques et plus coûteux (gilets pare-balles de dernière génération, bottes de montagne spécifiques…) et au maintien en condition opérationnelle des matériels malmenés sur les pistes de montagne, beaucoup plus onéreux qu’ailleurs.

En 2010 comme en 2009, conformément à la loi de programmation militaire, le financement résiduel des OPEX ne reposera pas sur les crédits d’équipement de la Défense mais sur la réserve de précaution interministérielle.

3. Le retour de la France au sein du commandement intégré de l’Otan : un coût non anticipé

Le retour de la France au sein du commandement intégré de l’Otan, nécessitera l’envoi à l’étranger de plusieurs centaines d’officiers et de sous-officiers chargés de représenter la France au sein des instances de l’organisation.

Avant même sa pleine réintégration, la France était déjà présente dans les structures de l’Otan avec un effectif de 161 militaires soutenus par 81 agents. La décision d’une pleine réintégration de notre pays dans les structures de l’alliance devrait porter notre présence à environ 1 200 personnes dans les différents états-majors et organismes de l’Otan, dont 1 100 dans la seule structure de commandement. La montée en puissance des effectifs s’étalera jusqu’à l’été 2012. Les militaires français seront alors présents sur les 25 sites répartis dans 13 pays.

Votre rapporteur se félicite, à cet égard, de la nomination du général Stéphane Abrial à l’un des deux commandements suprême de l’OTAN.

La pleine participation à l’ensemble des budgets (fonctionnement et investissement) est évaluée en année pleine à 30 millions d’euros par an. Le coût de l’augmentation du nombre d’agents servant à l’étranger dans les structures de l’OTAN et les soutiens associés est évalué à 69 millions d’euros.

Selon l’état-major des armées, l’ensemble de ces surcoûts est estimé, sur la période 2010-2015, à environ 650 millions d’euros. Au total, en 2009, le coût de la réintégration par la France du commandement intégré de l’OTAN s’élèvera à 30 millions d’euros. En 2010, il atteindra 60 millions d’euros supplémentaires. Puis, en année pleine, ce surcoût dépassera largement 100 millions d’euros annuels.
Or le coût budgétaire de cette réintégration n’a, d’après les auditions effectuées par votre rapporteur, pas été prévu par la loi de programmation militaire. »

Bon maintenant que nous avons vu l’estimation du coût de cette guerre au contribuable français, tout en considérant que ce coût, en progression constante, est nettement minoré, qu’en est-il de cet extraordinaire silence des médias et de l’apathie du peuple français sur la question, mais nous y reviendrons. Ce silence n’a, a mes yeux,  qu’un seul équivalent, celui qui a entouré l’opération juste cause au Panama en 1989. L’aviation nord-américaine a bombardé ce pays, fait plus de trois mille morts, il n’y a pas eu une ligne dans les médias. Exactement au même moment, se déroulait la vaste opération médiatique autour du faux charnier de Timisoara… en Roumanie… Et c’étaient les grandes orgues. Donc en Afghanistan silence on tue… Et en France on papote sur la Burqa, sur les dérapages contrôlés de Zemmour, j’en passe et des meilleures…

A ce la il faut ajouter pour entrevoir l’origine du silence médiatique, cette information de Contre-info,  un des meilleurs sites, qui présente (en anglais) un rapport de la CIA  qui en dit beaucoup sur le silence des médias sur cette guerre. Peut-être n’est-il pas aussi innocent qu’il y paraît.

29 mars 2010; en France et en Allemagne, « l’apathie de l’opinion publique permet aux dirigeants de ne pas se soucier de leurs mandants » constate la CIA dans un mémorandum consacré à la perception du conflit en Afghanistan obtenu par le site Wikileaks. Bien que 80% des français et des allemands soient opposés à la guerre, le peu d’intérêt suscité par la question a permis aux responsables de ne pas tenir compte de cette opposition et d’envoyer des renforts, notent les rédacteurs de la « cellule rouge », chargée par Langley (la CIA) de fournir des propositions et des analyses novatrices. Mais l’agence rappelle le précédent des Pays Bas où la coalition au pouvoir a éclaté sur la question Afghane, et s’inquiète d’un possible revirement de l’opinion si les prochains combats durant l’été sont meurtriers.

Il convient donc de préparer les opinions publiques à accepter des pertes, suggère le document, en établissant un lien entre l’expédition afghane et les préoccupations internes. L’importance accordée en France à la question des réfugiés, soulignée par la vague de protestation qui a accompagné la récente expulsion de douze afghans, fournit un premier axe de propagande : il faut persuader les français que l’OTAN vient en aide aux civils, en s’appuyant sur un sondage montrant que la majorité des afghans est favorable à la présence des troupes occidentales.

Le document propose également d’insister sur les progrès réalisés dans l’éducation des femmes, qui seraient compromis par un retour des talibans. Le crédit dont jouit le président Obama en Europe pourrait également être mis à profit. Son implication directe permettrait de renforcer le soutien à l’intervention. Dernier axe, la CIA recommande de faire délivrer les messages favorables à l’ISAF par des femmes afghanes. Les allemandes et les françaises, plus opposées que les hommes à la guerre, y seraient alors plus sensibles.

contreinfo: voir texte en version originale anglaise…


Document : la CIA suggère de manipuler l’opinion publique française pour obtenir son soutien à la guerre en Afghanistan (VO)

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca