VIÊT NAM : De fait, ce qui est ignoré existe

Les cultures vietnamiennes ignorées de l'Occident

VIÊT NAM : De fait, ce qui est ignoré existe

Les cultures vietnamiennes, Dong Son, Sa Huynh, et Oc Eo, sont contemporaines des cultures antiques occidentales, égyptienne, grecque, et romaine. De nombreuses autres les précédèrent dans une continuité formant une authentique civilisation, une des plus fameuses au monde. 

Pourtant, dans l’esprit occidental, c’est un peu comme si le Viêt Nam avait surgit de la nuit des temps après la Deuxième guerre mondiale. La dévotion de l’Histoire officielle au pouvoir colonial et à la « grandeur » de ceux qui croient l’avoir faite (toujours au détriment de leurs peuples massacrés), recouvre de son drapeau, de sa religion, et de ses valeurs civilisatrices les racines des pays colonisés. Un déni qui parvient à façonner une pensée commune appauvrie en autorité collective. De la même façon, le sureau noir ne serait que poison ;  le progrès synonyme de mieux-être comme vérité élémentaire (cf. l’Agent Orange) ; le Viêt Nam réduit à une guerre ou à une destination touristique…      

L’autorité individuelle peine à rétablir la dérive de cette pensée unique, et le dialogue est souvent celui-ci :

- Tu es Chinois ?

- Non, Vietnamien…

- Ah bon ! Enfin, c’est pareil…

Pas du tout.

Le Viêt Nam est l’aboutissement d’une succession de cultures préhistoriques et antiques, une superposition commençant (dans l’état actuel des connaissances archéologiques) au Paléolithique (Âge de la pierre) avec la culture Son Vi (Nord du Viêt Nam), datée de moins 20 000 à 12 000 ans av. J.-C. sur 6 sites différents. 

Au Mésolithique (période intermédiaire aux Paléolithique et Néolithique), la culture Hoabinhienne (de Hoa Binh – Nord du Viêt Nam –  datée de -8 000 à -4 000 av. J.-C. sur 10 sites différents) révèle la maitrise agricole de variétés de subsistance, encore dominantes de nos jours pour certaines. Ceci, même si cette pratique s’étendait bien au-delà des frontières actuelles.

Au Néolithique, la culture Bac Son (massif montagneux au nord du Viêt Nam), divulgue, entre autres, des céramiques rudimentaires. Ceci sur 11 sites différents.

Datée de -6 000 à -3 500 av. J.-C., la culture côtière Quynh Van (située dans la partie nord du Centre du Viêt Nam), dévoile au travers de 21 sites archéologiques des poteries usuelles, et décoratives (comme dans la période prédynastique égyptienne à la même époque).

La culture Phung Nguyen (-5 000 à -4 000 avant notre ère), mise à jour par des fouilles effectuées sur une vingtaine de sites de la région située au nord-ouest d’Hanoi, révèlent l’existence d’une culture allant de la fin du Néolithique à l’Âge du bronze. Ces sites livrent un grand nombre d’outils, haches, herminettes, houes, bracelets de perles en pierre, ainsi que des céramiques façonnées au tour, et cuites entre 500 et 900° C.

Les cultures Dong Dau et Go Mun, allant de la fin de l’Âge de bronze jusqu’au début du dernier millénaire av. J.-C., présentent une foule d’objets en bronze (hameçons avec palette et ardillon datant de plusieurs millénaires) ressemblant déjà à ceux de l’Âge du fer. Les céramiques sont cuites à hautes températures et leurs formes divulguent des techniques très sophistiquées. Les objets usuels sous forme d’animaux fascinent tellement les lignes qui les représentent sont justes.

Puis viennent les cultures contemporaines à celles de l’Antiquité en occident, égyptienne, grecque, et romaine. Elles s’appellent : Dong Son, au Nord du Viêt Nam ; Sa Huynh, au Centre; et Oc Eo, au Sud. Et elles nous lèguent des merveilles.

 

Culture Dong Son, tambour de bronze coulé au premier millénaire av. J.-C., technique de la cire perdue, encore utilisée de nos jours. Musée Guimet, Paris. J’en ai vu surmontés de quatre petits animaux (biches, et éléphants) sur le pourtour du plateau. La fonction de ces chefs d’œuvres n’est pas établie précisément : objet cultuel, d’appel, cadastral, ou astronomique (calendrier saisonnier) ? Ils sont souvent décorés de formes géométriques, d’animaux terrestres et/ou mythiques.

 

Jarre funéraire de la culture Sa Huynh, du premier millénaire av. J.-C. aux deux siècles suivants. Enterrée, son couvercle ressemble à un pot de fleur renversé. Chacune contient les cendres du défunt accompagnées de ses objets usuels et bijoux.

 

Statue de Vishnu découverte à Oc Eo (situé entre Rach Gia et Chau Doc, dans la province d’An Giang sur le delta du Mékong, territoire Khmer à l’époque), musée de Ho Chi Minh-Ville. La culture Oc Eo avait creusé un canal reliant le golfe de Thaïlande à la mer de Chine, d’où l’influence indienne et, paradoxalement, chinoise, car il croisait le Mékong descendant de l’Himalaya. Les fondations de briques (décorées d’animaux) de la grande cité d’Oc Eo sont désormais classées patrimoine culturel de l’humanité.

Bien sûr les guerres des occidentaux n’ont rien respecté de cette inouïe richesse de l’ « Indochine », pas plus la plaine des Jarres, au Laos (-5 000 av. J.-C. à 800 après), que les temples (plus près de nous) de la culture Cham de My Son (Centre du Viêt Nam), et de la culture Khmer d’Angkor, au Cambodge.

Pourtant, il est établi que depuis le fond des âges, partout, les hommes luttèrent pour leur survie. Ils fabriquèrent des outils pour chasser et pêcher, dépecer, se vêtir, construisirent des habitats et réalisèrent d’inappréciables mobiliers pour décorer leur monde…sans quoi leurs descendance ne serait plus là. Or, si la pensée commune a bien conscience de cela, elle l’attribue seulement à ses ancêtres directs. Le mépris historique faisant le reste, la pensée unique voyant un Vietnamien, traduit : Chinois.

André Bouny, père adoptif d’enfants vietnamiens, fondateur de D.E.F.I. Viêt Nam, constitue et conduit le Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange (CIS), auteur du livre Agent Orange – Apocalypse Viêt Nam : http://www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-p-33.html

Articles Par : André Bouny

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca