Vietnam/Irak, la Guerre du feu

Vietnam/Irak, la Guerre du feu

 

                                                                 

  

Massacre de My Lai (fragment) 16 mars 1968 / Massacre de Fallujah (fragment) 18 novembre 2004

La Guerre du Viêt-nam était une guerre totale contre tout un peuple, intensive sur presque deux mille kilomètres, d’une durée considérable et dans un environnement couvert. 

La Guerre d’Irak est à ce jour d’une durée beaucoup plus brève, se joue sur des points chauds et dans un environnement découvert. 

Pourtant, la Guerre d’Irak a déjà coûté autant que la Guerre du Viêt-nam en dollar constant. Pourquoi ? Tout d’abord, la sous-traitance de la guerre aux sociétés privées apporte une démentielle surfacturation tacite et cette chose est possible justement parce que la Guerre d’Irak coûte beaucoup moins cher aux USA que n’a coûté celle du Viêt-nam. Pourquoi ? Parce que le PIB des USA s’est multiplié par vingt depuis les années 60/70. Or, lorsqu’on a cent dollars, il est plus cher de payer vingt dollars à la guerre qu’un seul dollar. Quant au nombre de combattants et de victimes, aucun rapprochement n’est possible entre ces deux conflits. Heureusement pour l’Irak, bien que l’Uranium Appauvri n’ait pas fini de sitôt de clore la liste des victimes tout comme l’Agent Orange au Viêt-nam. 

Le mouvement anti-guerre aussi est différent. A l’époque de la Guerre du Viêt-nam, la densité de la communication et donc des informations disponibles était si faible qu’elle est sans comparaison avec aujourd’hui. De ce fait, le mouvement anti-guerre au Viêt-nam est tardif. Mais lorsqu’il apparaît à Boston, Quartier Latin des USA, il se propage sous sa forme la plus visible, sur les campus et dans la rue. Puis dans le monde entier. La pauvreté de l’information d’alors fait que la Guerre du Viêt-nam devient la cause phare du ralliement de la contestation en général. De la même manière, une seule photo pouvait à l’époque devenir le symbole de toutes les atrocités commises au Viêt-nam. Aujourd’hui, l’information tous azimuts multiplie les causes : sida, immigration, environnement, guerres, précarité, et disperse ainsi le potentiel de mobilisation anti-guerre en Irak, sans compter que la contestation virtuelle devant l’écran soustrait du temps au poing levé dans la rue, bien que cette contradiction alternative couve, fomente et démultiplie une explosion à venir bien réelle. 

Est-il possible de prendre de la hauteur sur les évènements par réflexions croisées ? 

Informations, images, consommations et publicités façonnent une acceptation sourde de la domination des Etats-Unis d’Amérique et altèrent notre capacité critique et notre jugement. Qui peut penser, une seule seconde, que les Vietnamiens ou les Irakiens -s’ils en avaient les moyens- envahissent les Etats-Unis d’Amérique et massacrent les étasuniens sous prétexte qu’ils pensent autrement qu’eux et souhaitent y imposer par les armes une société d’une autre nature? C’est choquant ! Tandis que l’inverse est mieux admis, pire, va presque de soi pour le plus grand nombre. Cette sauvagerie porte le masque du discours peaufiné de la langue de bois. Et cette réflexion ne relève pas du discours anti-impérialiste. Cela est. 

Aujourd’hui, les Etats-Unis d’Amérique génèrent 60% de l’économie mondiale et ne possèdent que 2% des réserves de pétrole. Mécaniquement, les USA s’abattent sur l’Irak au beau milieu des plus grandes réserves d’énergie fossile de la planète. Justifications et explications, ruses de l’esprit et sophistications militaires nous anesthésient tandis que la véritable motivation de fond appartient et relève d’une férocité qui a plus de cinq cent mille ans: la Guerre du feu.

Articles Par : André Bouny

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca