VIETNAM : Le général Giap a cent ans. Bon anniversaire !

VIETNAM : Le général Giap a cent ans. Bon anniversaire !

« Giap… Giap… Ho-Chi-Minh ! », c’était le slogan scandé à toutes les manifestations du mouvement étudiant, dans le monde entier. C’étaient les années 1968 à 1975. Au Nord Vietnam, les Etats-Unis continuaient à bombarder avec leurs B-52 et déversaient du napalm[1] sur les villes et les campagnes. Mais les Etats-Unis n’avaient pas compté avec un petit homme à peine plus haut qu’un mètre et demi, avec une armée de peuple, celui du Nord, et un groupe de guérilleros qui au Sud tenaient en échec l’armée la plus puissante du monde. L’homme s’appelle Vo Nguyen Giap et il a aujourd’hui 100 ans.

En 1995, quand je l’ai rencontré à Hanoi pour les festivités du vingtième anniversaire de la libération et de l’unification du Vietnam, à ma question sur sa date de naissance il répondit qu’il était très vieux « mais encore très jeune dedans ». Très jeune il s’était inscrit au Parti communiste et  en 1933 il était entré à l’université d’Hanoi, où il avait obtenu son diplôme en économie politique et droit. Sa passion était la lecture des campagnes militaires napoléoniennes, des textes de Clausewitz et des enseignements des condottieri vietnamiens qui s’étaient opposés pendant deux mille ans à toute tentative d’occupation.

Sa rencontre avec Ho Chi Minh, à l’époque leader politique de la guerre de libération, rentré dans sa patrie après son exil parisien et libéré de prison depuis peu, fut pour lui fondamentale : « ce sera la lutte entre un tigre et un éléphant » prophétisa Ho Chi Minh.  Giap, qui n’avait jamais mis les pieds dans une académie militaire, répondait à qui discutait de sa maigre préparation guerrière : « la meilleure école est la lutte armée populaire ».

En 1992, très ému, je rencontrai pour la première fois le général Giap, désormais à la retraite. J’étais avec une équipe de la Rai, et pour il manifesto, et nous devions nous faire tout raconter sur la bataille de Dien Bien Phu. Il nous accueillit lui-même dans sa petite villa à Hanoi, au bras de sa femme. Après nous avoir fait installer dans un très beau jardin qu’il cultivait lui-même, il nous demanda avant l’interview de faire une photographie tous ensemble : il m’expliqua qu’il aimait conserver les photos des personnes amies qui venaient le voir. «  Nous étions en décembre 1953, les pertes de l’armée française commençaient à être sensibles. Les parachutistes français occupèrent la conque de Dien Bien Phu, vraiment à la frontière du Laos, où ils construisirent une base aérienne d’appui aux troupes de terre. La position, qui allait ensuite se révéler fatalement une place forte peu défendable, aurait dû être une tête de pont pour des sorties rapides à l’intérieur du territoire ennemi. Le 13 mars 1954, cinquante mille hommes à mes ordres commencèrent l’assaut à Dien Bien Phu, en couronnant une patiente manœuvre qui avait duré sept ans. Nous avions créé les conditions d’une bataille décisive sur un théâtre opérationnel choisi et préparé par nous. Après 55 jours de combat, la base tomba aux mains des forces vietnamiennes ». C’était le 7 mai 1954, les accords de Genève cassèrent le pays en deux.

Il ne pouvait pas y avoir de paix sans réunification du Vietnam. Le 8 mars 1965 les premiers 3.500 marine débarquèrent  dans le port de Da Nang, lançant une très rapide escalade militaire étasunienne. La disparité entre les deux armées était nette. Giap cogita la construction de minuscules cachettes souterraines ; pour limiter les bombardements aériens, il ordonna aux soldats de toujours garder un contact avec l’ennemi et de ne s’éloigner que quand c’était strictement nécessaire. Pour contourner et confondre l’ennemi et pour s’approvisionner en armes et en vivres, on planifia des franchissements de la frontière au Cambodge et au Laos à travers la « piste Ho Chi Minh ».

Peu de temps avant l’offensive du Têt, au début de 1968, Giap  déclara au quotidien français Le Monde que si après tant de mois d’affrontements l’armée étasunienne, qui avait alors atteint les cinquante mille unités,  n’avait pas encore eu le dessus, alors elle ne pourrait jamais dompter la résistance du peuple vietnamien. « Les Etats-Unis font la guerre avec l’arithmétique. Ils interrogent leurs ordinateurs, ils font des additions et des soustractions et ils agissent à partir de çà. Mais ici l’arithmétique n’est pas valide : si elle l’était ils nous auraient déjà exterminés ». Le 30 avril 1975, les troupes du général Giap entrèrent à Saigon en chassant les américains (Etasuniens, NdT) et leur fantoche, Thieu.

Depuis des années le général Giap n’est plus dans la nouvelle nomenclature (inévitable catégorie utilisée par la majorité des rédacteurs anticommunistes du manifesto, voir plutôt http://fr.vietnamplus.vn/Home/Le-general-Vo-Nguyen-Giap-va-celebrer-son-centenaire/20118/17762.vnplus  NdT) vietnamienne, mais sa bataille continue, même écologique (nouvelle inévitable catégorie, chez les mêmes, NdT) pour rappeler aux nouvelles générations que l’histoire d’un pays ne doit pas être oubliée.

 

Edition de jeudi 25 août 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110825/manip2pg/15/manip2pz/308883/   

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Sur la bataille de survie quotidienne des Vietnamiens pendant la guerre d’agression étasunienne, voir aussi Le chant du riz pilé, le très beau livre de recettes, photos et dessins, et textes révolutionnaires édité en 1974 à Paris, au profit des services de pédiatrie de l’Hôpital Bach Maï et de l’hôpital pour enfants du Gouvernement Révolutionnaire provisoire de la République (GRP) du Sud-Vietnam. Vous le trouverez dans les ventes de livres d’occasion (Internet), les éditeurs qui ont remplacé les Editeurs Français Réunis s’occupant à d’autres choses aujourd’hui…

[1] Voir : Agent orange, Apocalypse Viêt Nam d’André Bouny, Ed. Demi Lune
http://www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-p-33.html

Articles Par : Pietro De Gennaro

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca