10 mensonges au sujet du Venezuela

Le 23 janvier 2019, le Venezuela est entré dans une nouvelle phase du putsch qui a commencé le 11 avril 2002, s’est intensifié en 2013 après la mort du Commandant Chávez, et s’est encore intensifié avec la violence de l’opposition – les guarimbas – en 2014 et 2017.

La guerre hybride du Venezuela a eu la désinformation et la manipulation médiatique comme ses principales armes de combat. Nous lisons et écoutons des mensonges que des analystes qui ne sont jamais allés au Venezuela répètent si souvent qu’ils deviennent réalité pour l’opinion publique.

1. Le Venezuela a deux présidents.

Rien de plus éloigné de la réalité. L’article 233 de la Constitution vénézuélienne établit comme absence absolue du Président la mort, la démission, le renvoi décrété par la Cour suprême de Justice, l’incapacité physique ou mentale décrétée par un conseil médical, l’abandon de fonction, ou la révocation populaire de son mandat.

Guaidó n’a aucun argument constitutionnel pour se dire président parce qu’il n’y a pas absence absolue du président, qui a prêté serment comme stipulé à l’Article 231 de la Constitution : le 10 janvier devant la Cour suprême de Justice. En outre, selon la même Constitution, s’il y a un manque absolu du Président, c’est le Vice-Président qui doit assumer la présidence, et appeler à des élections.

2. Guaidó a le soutien de la communauté internationale.

Au-delà de l’hypocrisie de constitue le fait de qualifier l’Occident de communauté internationale, le 10 janvier, à l’investiture de Maduro, il y avait des représentations diplomatiques de plus de 80 pays, de la Russie à la Chine, en passant par le Vatican, la Ligue arabe et l’Union africaine. Ces pays continuent d’entretenir des relations diplomatiques avec le gouvernement dirigé par Nicolás Maduro. Guaidó est reconnu par les mêmes pays qui ne reconnaissaient pas Maduro le 10 janvier: les États-Unis et le groupe de Lima (sauf le Mexique). Seuls la Géorgie (pour son différend territorial avec la Russie), l’Australie et Israël ont adhéré.

3. Guaidó est différent de l’opposition violente.

Guaidó est un membre du Congrès du parti Volonté populaire, un parti politique qui a déjà ignoré les élections présidentielles de 2013 et dont le dirigeant, Leopoldo López, est condamné pour être l’auteur intellectuel de “la salida”, qui a promu les guarimbas de 2014, avec 43 morts et des centaines de blessés.

4. L’Assemblée nationale est le seul organe légitime.

Ce n’est pas vrai non plus. L’article 348 de la Constitution vénézuélienne autorise le président, en Conseil des ministres, à convoquer une assemblée constituante, et l’article 349 dispose que les pouvoirs constitués (Assemblée nationale) ne doivent en aucun cas entraver les décisions de l’Assemblée constituante. La décision de convoquer l’Assemblée constituante est un moyen pour le chavisme de contourner le blocus de l’Assemblée nationale qui peut ou non plaire, mais qui a été exécuté dans le strict respect de la Constitution.

5. Maduro a été réélu frauduleusement lors d’une élection sans opposition.

Un autre mensonge qui est répété comme un mantra. Les élections du 20 mai 2018 ont été convoquées par le CNE lui-même et selon le même système électoral avec lequel Guaidó est devenu député. Il y avait 3 candidats de l’opposition qui ont recueilli 33% des voix et ont suivi les règles convenues à la table de dialogue tenue en République Dominicaine entre le gouvernement Vénézuélien et l’opposition, avec la médiation de l’ancien président du gouvernement espagnol Zapatero, qui a ensuite participé en tant qu’observateur à l’élection présidentielle.

6. Il n’y a pas de démocratie au Venezuela.

Depuis 1998, il y a eu 5 élections présidentielles, 4 élections parlementaires, 6 élections régionales, 4 élections municipales, 4 référendums constitutionnels et une consultation nationale. 23 élections en 20 ans. Tous avec le même système électoral, considéré comme le plus sûr au monde par l’ancien président américain Jimmy Carter.

7. Il y a une crise humanitaire au Venezuela.

Il ne fait aucun doute qu’il y a actuellement une crise économique au Venezuela, le résultat d’une guerre économique qui commence après la mort de Chávez, et qui s’aggrave après les sanctions du Congrès des États-Unis (décembre 2014), le décret exécutif d’Obama déclarant le Venezuela « danger pour la sécurité nationale des États-Unis » (mars 2015), prolongé et prolongé (août 2017) par Trump avec des sanctions qui ont empêché l’achat de nourriture et de médicaments.

Cette crise a conduit à une migration économique qui a été tenté de se déguiser en exil politique, ce que les données nient (entre janvier et août 2018, la Commission mexicaine d’aide aux réfugiés a reçu 3 500 demandes d’asile de Vénézuéliens, pour un total de 6 523 demandes d’asile de citoyens honduriens, presque deux fois plus).

8. Les droits de l’homme sont violés au Venezuela.

Regardons les chiffres des guarimbas de 2017: 131 morts, dont 13 tirs des forces de sécurité (faits pour lesquels il y a 40 membres arrêtés et poursuivis); 9 membres des différentes forces de police et de la Garde nationale bolivarienne tués; 5 personnes brûlées vifs ou lynchées par l’opposition. Les autres morts ont été pour la plupart tués alors qu’ils manipulaient des explosifs ou tentaient de contourner les barricades de l’opposition.

9. Il n’y a pas de liberté d’expression au Venezuela.

Il suffit de voir les images de Guaidó parler constamment devant des dizaines de microphones au milieu de la route, ou donner des interviews aux médias internationaux  pour voir que ce n’est pas vrai. Au Venezuela, en outre, contrairement au Mexique, les journalistes ne sont pas tués ou disparus pour avoir fait leur travail.

10. La communauté internationale est préoccupée par l’état de la démocratie au Venezuela.

La « communauté internationale », représentée par les États-Unis et le groupe de Lima, n’est pas préoccupée par les prisonniers torturés à Guantánamo; elle n’est pas préoccupée par les dirigeants sociaux et les défenseurs des droits de l’homme qui sont tués quotidiennement en Colombie; elle n’est pas préoccupée par les caravanes de migrants fuyant la doctrine du choc néolibéral au Honduras; elle n’est pas préoccupée par les relations des enfants de Bolsonaro avec les milices paramilitaires qui ont assassiné Marielle Franco.

Non, personne ne juge les graves violations des droits de l’homme dans ces pays du groupe de Lima et de son allié, les États-Unis. Ce qui se cache derrière cette préoccupation ne s’appelle pas démocratie, ça s’appelle pétrole, or et coltan.

En outre, ils ne se soucient plus de le cacher, avec l’ancien directeur de la CIA Mike Pompeo parlant par vidéoconférence au groupe de Lima, ou de nommer comme envoyé spécial au Venezuela, à Elliott Abrams, vétéran de l’administration Reagan, force motrice derrière les escadrons de la mort au Salvador ou les contras au Nicaragua.

Le conflit, donc, est géopolitique et se livre dans deux scénarios, celui de la diplomatie, et celui des médias, dans une guerre hybride qui nous bombarde avec tant d’informations qui nous laisse blessés par la désinformation.

À ces deux scénarios s’ajoutent deux variables pour compléter l’équation, le gel des avoirs économiques et l’introduction éventuelle de mercenaires sur le territoire vénézuélien, une équation plus proche des conflits de guerre au Moyen-Orient que de la nouvelle génération de « coups doux » en Amérique latine, qui utilisent la voie parlementaire ou judiciaire, comme l’a écrit compas comme Marco Teruggi qui rapporte et analyse depuis le sol, depuis les rues vénézuéliennes.
Afin de clarifier cette équation, en plus de l’unité civique et militaire qu’ils tentent de briser au Venezuela, la proposition de médiation des gouvernements mexicain et uruguayen, soutenue par le Pape François, et, espérons-le, par les Nations unies, suggère le seul moyen possible pour que ce scénario ne conduise pas à plus de violence et de souffrance pour le peuple vénézuélien.

La paix du Venezuela, et de toute l’Amérique latine, en dépend.

Katu Arkonada

 

Article original en anglais : 10 mentiras sobre Venezuela que de tanto repetirse se convierten en matrices de opinión, TeleSur, le 2 février 2019.

Des Vénézuéliens dans la rue pour défendre la souveraineté du Vénézuela le 2 février dernier.

 



Articles Par : Katu Arkonada

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]