2014, bonne année pour l’Otan

L'art de la guerre

2014, pour Washington et son Alliance trans-atlantique, risquait d’être une année noire surtout dans deux scénarios : une Europe sans guerre où, malgré l’élargissement de l’Otan à l’est, se renforçaient les rapports économiques et politiques entre Ue et Russie et où presque tous les alliés étaient réticents à augmenter la dépense militaire au niveau requis par le Pentagone ; un Moyen-Orient où était en train d’échouer la guerre USA/Otan en Syrie et où l’Irak prenait ses distances des USA en se rapprochant de la Chine et de la Russie, dont l’alliance est de plus en plus redoutée par la Maison-Blanche. On ressentait à Washington, de plus en plus pressante, l’exigence de trouver une « nouvelle mission » pour l’Otan. Qui, ponctuellement, a été trouvée. Le putsch de Place Maïdan, depuis longtemps préparé y compris en entraînant aussi des forces néo-nazies ukrainiennes, a ramené l’Europe à une situation analogue à celle de la guerre froide, en provoquant une nouvelle confrontation avec la Russie. L’offensive de l’Emirat Islamique, préparée depuis longtemps en finançant et armant des groupes islamistes (dont certains définis auparavant comme terroristes) depuis la guerre contre la Yougoslavie et celle contre la Libye, a permis aux forces US/Otan d’intervenir en Syrie pour détruire non pas l’EI mais la Syrie et pour réoccuper l’Irak.

La « nouvelle mission » Otan a été officialisée par le Summit de septembre au Pays de Galles, lançant le « Readiness Action Plan » dont le but officiel est de « répondre rapidement et fermement aux nouveaux défis contre la sécurité », attribués à l’ « agression militaire de la Russie contre l’Ukraine » et à la croissance de l’extrémisme et de la conflictualité sectaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ». Le Plan est qualifié par le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, comme «le plus gros renforcement de notre défense collective depuis la fin de la guerre froide ». Comme début, en seulement trois mois l’Otan a quadruplé les chasseurs-bombardiers, à double capacité conventionnelle et nucléaire, basés dans la région baltique (faisant autrefois partie de l’URSS) ; il a envoyé des avions radars Awacs sur l’Europe orientale et augmenté le nombre de navires de guerre en Mer Baltique,Mer Noire et Méditerranée ; il a déployé en Pologne, Estonie, Lettonie et Lituanie des forces terrestres étasuniennes (dont des unités cuirassées lourdes), britanniques et allemandes ; il a intensifié les manœuvres conjointes en Pologne et dans les pays baltes, en les portant au cours de l’année à plus de 200.

Toujours sur la base du « Readiness Action Plan », a été lancée la montée en puissance de la « Force de riposte de l’Otan » en constituant des « paquets » d’unités terrestres, aériennes et navales en mesure d’être projetées rapidement en Europe orientale, au Moyen-Orient, en Asie centrale  (y compris Afghanistan où l’Otan reste avec ses forces spéciales), Afrique et autres régions. Dans ce contexte sera formée une nouvelle « Task force conjointe à très haute rapidité », capable d’être « déployée en quelques jours, notamment à la périphérie du territoire Otan ». Simultanément a été ouverte à Riga (Lettonie) le « Centre d’excellence de communications stratégiques Otan », chargé de mener la nouvelle guerre froide contre la Russie avec divers instruments, parmi lesquels « des opérations informatives et psychologiques ». Selon l’accord signé le 1er juillet auprès du Commandement allié pour la transformation (Norfolk, Virginie), l’Italie fait aussi partie du Centre d’excellence pour la nouvelle guerre froide, avec la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Pologne et les trois républiques baltes.

Ainsi l’Italie et l’Ue contribuent-elles à ouvrir la « nouvelle aire de dialogue avec Moscou » annoncée par Federica Mogherini, haut représentant pour la politique étrangère de l’Ue.

Manlio Dinucci 

Géographe et journaliste

Edition de mardi 30 décembre 2014 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/2014-buon-anno-per-la-nato/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]