60 millions de Français désormais sous surveillance

Dans un silence médiatique assourdissant, le gouvernement vient d’autoriser la création d’un monstre informatique recensant les données biométriques de 60 millions de Français : le fichier des Titres Électroniques Sécurisés. Regroupant toutes les données à caractère personnel communes aux passeports et aux carte d’identité, comme les empreintes digitales, le domicile, l’adresse de messagerie électronique ou encore les coordonnées téléphoniques de (presque) l’intégralité de la population française, et accessible à tous les services administratifs, il est le rêve absolu de n’importe quel État policier…

Combattu par le Parti Socialiste quand il était dans l’opposition, le fichier TES a finalement vu le jour. Le décret, publié en plein week-end de la Toussaint, est passé totalement inaperçu des médias (à l’exception du site Nextinpact). Il est pourtant lourd de menaces pour la protection de la vie privée et des libertés publiques, légalisant ni plus ni moins la surveillance globale de tous les citoyens. Ce gigantesque fichier, né de la fusion des fichiers des passeports et des cartes d’identité, contiendra toutes les données personnelles imaginables comme la couleur des yeux, la taille, le domicile, l’adresse de messagerie électronique, la filiation des parents, les coordonnées téléphoniques, les empreintes digitales et la photo numérisée du visage de près de 60 millions de Français. Une mégabase de données dans laquelle pourront puiser tous les services de l’État sans exception : les autorités judiciaires, la police, la gendarmerie, les douanes, les services de renseignement, Interpol ou le Système d’Information Schengen. Un tel déluge de données personnelles permettra même aux services de l’État de procéder à la reconnaissance automatisée des personnes à partir du visage ou des empreintes digitales.

Ignorant totalement les réserves de la CNIL, le gouvernement socialiste a franchi un pas supplémentaire dans la surveillance de masse des populations. Ce décret fait suite aux nombreux textes de lois votés sous la législature socialiste qui rognent toujours un peu plus les libertés publiques et la protection du citoyen contre le zèle intrusif de l’État : loi sur le renseignement, lois antiterroristes, loi de programmation militaire. Une fuite en avant qui conduit au cauchemar d’un État panoptique, opaque et omniscient.

Nicolas Bourgoin

Nicolas Bourgoin, né à Paris, est démographe, docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et enseignant-chercheur. Il est l’auteur de quatre ouvrages scientifiques : « La révolution sécuritaire (1976-2012) » aux Éditions Champ Social (2013), « La République contre les libertés. Le virage autoritaire de la gauche libérale » (Paris, L’Harmattan, 2015), « Le suicide en prison » (Paris, L’Harmattan, 1994) et « Les chiffres du crime. Statistiques criminelles et contrôle social » (Paris, L’Harmattan, 2008). « Les Quatre cavaliers. 1. Apocalypse orange » (Gunten, 2016), premier volet d’une trilogie, est son premier roman.



Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]