A Jénine, le premier camp de tentes du XXIe siècle !

Le massacre de Jénine (article et vidéo)

Dans la désolation de Jénine, parler ou non de “massacre” n’a plus d’importance. “Tout meurtre de civils est un massacre, quels que soient le nombre des tués et les circonstances”, affirme « Ha’Aretz ».

Mardi 23 avril, un nouveau corps était découvert dans le camp de réfugiés de Jénine. Nous sommes montés sur ce qui avait été un toit, pour avoir une meilleure vue. Sous notre poids, la dalle de ciment a commencé à céder et nous sommes redescendus nous frayer un passage parmi les curieux, en marchant sur des livres déchirés et des chaussures de femmes, une boîte de produits de beauté, des restes de vêtements, une chaise haute et une cuvette de W.-C. J’ai vu quelque chose qui ressemblait à un bras couvert de boue et détaché du corps auquel il appartenait. Je venais de découvrir une jambe.

Menacer de tuer l’enfant si les gens n’évacuent pas

Selon l’estimation la plus plausible, le nombre de civils tués approche la soixantaine. Certains sont morts lorsque leurs maisons se sont effondrées sur eux. Selon un fonctionnaire palestinien, au moins six civils, dont une femme, ont été intentionnellement abattus par des soldats de Tsahal. Les disparus se comptent par dizaines. La rue principale du camp est noire de monde. Beaucoup d’habitants de Jénine sont venus constater les dévastations. Quarante pour cent des maisons du camp ont été endommagées par les bombardements aériens et les chars d’assaut. Plusieurs milliers de personnes sont sans abri. Les écoles du camp sont censées rouvrir, tandis que la municipalité s’active pour alimenter à nouveau les habitants en eau et en électricité.

Un énorme bulldozer de fabrication japonaise entame la destruction d’un immeuble de trois étages qui menace de s’écrouler et d’où pendent quelques vêtements d’enfants. A l’extérieur, cachée derrière une pancarte en plastique installée par la municipalité pour éloigner les curieux, la propriétaire des lieux regarde le bulldozer en sanglotant amèrement et en se cachant le visage derrière ses doigts ridés. Son visage se tord, comme si c’était son propre corps que le bulldozer abattait. Hind Awwas est mère de dix enfants. Une centaine de soldats ont fait irruption dans sa maison, explique-t-elle. Ils sont restés cinq jours et ont tout détruit.

C’est l’un des épisodes scandaleux de l’opération Rempart. Selon tous les témoignages, les soldats ont agi avec sauvagerie et sans justification. Ils parlaient grossièrement, détruisaient tout, inscrivaient les noms de leurs unités sur les murs, volaient l’argent et les biens de valeur. Les habitants arrêtés pour interrogatoire parlent de conditions humiliantes  : ils étaient obligés de se coucher à même le sol des journées entières, ne pouvaient garder que leurs sous-vêtements, tandis que leurs mains étaient liées, et les Israéliens les frappaient.

Les soldats qui ont investi la maison de Hind Awwas ont demandé aux habitants de quitter les lieux. Awwas a refusé : elle n’avait nul endroit où se réfugier, tandis que l’on tirait dehors. Les soldats se sont d’abord contentés des deux étages supérieurs avant de réitérer, le lendemain, leur ordre d’évacuation. Awwas a de nouveau refusé. Un soldat s’est emparé de son neveu, un enfant d’un an et demi, l’a coincé sous son bras et, avec l’autre main, lui a placé un pistolet sur la tempe. Dans un arabe approximatif, il a menacé de tuer l’enfant si les gens n’évacuaient pas les lieux. Alors, elle s’est enfuie avec les enfants.

Ce n’était pas un officier, dit-elle, mais elle ne pourrait pas le reconnaître. Comme tous les soldats, il s’était recouvert le visage de peinture noire, peut-être pour éviter toute identification qui pourrait le conduire devant un tribunal chargé d’instruire des crimes de guerre. Mais elle se rappelle l’unité : les soldats ont peint un graffiti noir aux armes de l’unité d’infanterie des Golani. Avant de quitter la maison, ils y ont mis le feu.

Le bulldozer municipal continue son travail de sape. Awwas se met à insulter Ariel Sharon, George Bush et le monde entier, coupable de rester silencieux. Elle se dit fière du courage des combattants du camp, qui ont essayé d’arrêter les envahisseurs, ainsi que de la municipalité, qui s’active pour réintroduire un semblant de vie normale. Avant d’envoyer ses équipes de réfection dans le camp, la municipalité avait tout d’abord envisagé de le laisser en l’état, comme un monument de la honte. Cependant, la plupart des sans-abri voulaient retourner chez eux et on trouvait parmi eux de nombreux anciens habitants d’Haïfa et de ses environs, qu’ils avaient fui en 1948. En attendant que leurs maisons soient reconstruites, ils vivront sous des tentes. “Ce sera le premier camp de tentes du XXIe siècle”, affirme un fonctionnaire palestinien.

C’est une histoire sale et cruelle. Le nom que l’on peut lui donner n’a pas tellement d’importance. On peut oublier le terme “massacre” ou considérer que tout meurtre de civils est un massacre, quels que soient le nombre des tués et les circonstances. Mais le plus important, c’est l’énergie déployée pour reconstruire le plus vite possible les maisons détruites. Parce que, une chose est sûre : dans six mois, la pluie reviendra.

Tout un site ne suffirait pas à rapporter les horreurs pépetrées à Jénine.

Les photos qui illustrent ce texte sont extraites du site de Gush Shalom.

Cliquez sur cette url pour prendre connaissance du rapport complet de Human Right Watch sur Jénine :

The full report of Human Rights Watch on Jenin

http://membres.lycos.fr/infoprocheorient/newpage8.html

Palestine Le Masacre De Jenine Le Film Interdit Par Israel

http://video.google.fr/videoplay?do…



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]