À perpétuité : la Guerre planétaire contre le terrorisme des USA

Trump peut bien parler de se retirer de Syrie et d’Afghanistan, il n’en est pas moins vrai que l’armée des États-Unis est présente au prétexte d’antiterrorisme dans 80 pays au bas mot, et que personne ne sait ce qu’elle y fait exactement.

Explications.


En septembre 2001, l’administration Bush a lancé la « guerre mondiale contre le terrorisme ». Bien que l’adjectif « mondiale » ait depuis longtemps été retiré du nom, il s’avère qu’elle ne plaisantait pas.

Quand j’ai commencé à cartographier tous les endroits du monde où les États-Unis luttent encore contre le terrorisme, des années plus tard, je ne pensais pas que ce serait si difficile à faire. C’était avant l’incident de 2017 au Niger où quatre soldats américains ont été tués lors d’une mission antiterroriste, à travers lequel les Américains ont pu se faire une idée de l’ampleur réelle de la guerre contre le terrorisme. J’imaginais une carte qui cernerait l’Afghanistan, l’Irak, le Pakistan et la Syrie — les endroits que de nombreux Américains relient automatiquement à la guerre contre le terrorisme — ainsi qu’une douzaine de zones secondaires, comme les Philippines et la Somalie. Je n’imaginais pas que j’entreprenais une odyssée de recherches qui, dans sa deuxième mise à jour annuelle, allait cartographier des missions antiterroristes américaines dans 80 pays en 2017 et 2018, soit 40% des nations sur cette planète (la carte a été publiée pour la première fois dans le magazine Smithsonian).

En tant que codirectrice du projet Costs of War [projet Coûts de la guerre] du Watson Institute for International and Public Affairs de l’Université Brown, je ne suis que trop consciente des coûts engendrés par une présence aussi tentaculaire à l’étranger. Les recherches menées dans le cadre de notre projet montrent que, depuis 2001, la guerre contre le terrorisme menée par les États-Unis a entraîné la perte, selon des estimations basses, de près d’un demi-million de viesuniquement en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. D’ici la fin de 2019, nous estimons également que la guerre globale de Washington aura coûté pas moins de 5,9 billions de dollars aux contribuables américains, dont des sommes déjà dépensées et d’autres qui seront forcément engagées pour les anciens combattants de la guerre tout au long de leurs vies.

En général, le public américain a ignoré ces guerres de l’après-11 septembre et leurs coûts astronomiques. Mais l’ampleur des activités antiterroristes de Washington suggère qu’il est temps d’y prêter une réelle attention. Récemment, l’administration Trump a parlé de se retirer de Syrie et de négocier la paix avec les talibans en Afghanistan. Pourtant, à l’insu de nombreux Américains, la guerre contre le terrorisme s’étend bien au-delà de ces terres et, sous l’égide de Trump, elle s’intensifie dans un certain nombre d’endroits. Le fait que nos missions de lutte contre le terrorisme soient si étendues et coûteuses devrait inciter les Américains à exiger des réponses à quelques questions urgentes : Cette guerre planétaire est-elle vraiment nécessaire à la sécurité des Américains ? Réduit-elle la violence contre les civils aux États-Unis et ailleurs ? Si, comme je le crois, la réponse à ces deux questions est non, n’y a-t-il pas de moyens plus efficaces d’atteindre ces objectifs ?

Du combat ou de « l’Entraînement » et de « l’Assistance » ?

Le principal obstacle à la création de notre base de données que mon équipe de recherche allait découvrir, était le secret dont le gouvernement américain entoure souvent sa guerre contre le terrorisme. La Constitution donne au Congrès le droit et la responsabilité de déclarer les guerres, offrant aux citoyens de ce pays, du moins en théorie, des moyens de s’exprimer. Pourtant, au nom de la sécurité opérationnelle, l’armée classe secret défense la plupart des informations sur ses activités antiterroristes à l’étranger.

Les USA livrent leur Guerre contre le terrorisme dans 40% des nations de la Terre. (Stephanie Savell, Costs of War Project, publié à l’origine dans le numéro de février du Smithsonian magazine). Télécharger la carte en PDF

C’est particulièrement vrai pour les missions où des Américains mènent des actions directes contre des militants sur le terrain, une réalité que mon équipe et moi-même avons rencontrée dans 14 pays différents au cours des deux dernières années. La liste comprend l’Afghanistan et la Syrie, bien sûr, mais aussi des endroits moins connus et attendus, par exemple la Libye, la Tunisie, la Somalie, le Mali et le Kenya. Officiellement, nombre d’entre elles sont qualifiées de missions de « formation, de conseil et d’assistance », dans le cadre desquelles l’armée américaine travaille à soutenir des groupes militaires ou paramilitaires locaux qui combattent les entités désignées organisations terroristes par Washington. Officieusement, la frontière entre « assistance » et « combat » s’avère, au mieux, indéterminée.

Certains journalistes d’investigation de renom ont documenté la façon dont cette guerre de l’ombre s’est déroulée, principalement en Afrique. Au Niger, en octobre 2017, comme les journalistes l’ont révélé par la suite, ce qui était officiellement une mission de formation s’est avéré une opération de type « tuer ou capturer » dirigée contre un terroriste présumé.

De telles missions ont lieu régulièrement. Au Kenya, par exemple, des militaires américains chassent activement les militants d’al-Shabaab, un groupe désigné terroriste par les États-Unis. En Tunisie, il y a eu au moins une bataille ouverte entre les forces américaines et tunisiennes et les militants d’Al-Qaïda. En effet, deux militaires américains se sont par la suite vu décerner des médailles pour leurs actions sur place, un indice qui a permis aux journalistes de remonter la piste et de découvrir qu’il y avait bien eu affrontement direct.

Dans d’autres pays africains encore, les forces d’opérations spéciales des États-Unis ont planifié et contrôlé des missions en « coopération avec » – en fait en dirigeant – leurs homologues africains. En créant notre base de données, nous avons péché par excès de prudence en ne documentant les combats que dans les pays pour lesquels nous avions au moins deux sources crédibles, et en vérifiant nos données avec des experts et des journalistes qui pouvaient nous fournir des informations complémentaires. En d’autres termes, les troupes américaines ont sans aucun doute participé à des combats dans plus d’endroits que ceux que nous avons pu documenter.

Une de nos autres découvertes frappantes est le nombre de pays — 65 au total — dans lesquels les États-Unis « forment » et/ou « aident » les forces de sécurité locales à lutter contre le terrorisme. Si l’armée américaine assure réellement cette formation en grand partie, le département d’État des USA participe aussi, de façon surprenante, au financement et à la formation de la police, de l’armée et des agents des patrouilles frontalières dans de nombreux pays. Elle fait également don d’équipements, y compris des appareils de détection par rayons X et des kits d’inspection de cargaisons de contrebande. En outre, elle élaboredes programmes étiquetés « Contrecarrer l’extrémisme violent », une approche de « soft power » axée sur l’éducation du public et d’autres outils destinés à « lutter contre le recrutement et les refuges pour les terroristes ».

Cette formation et cette assistance ont lieu au Moyen-Orient et en Afrique, ainsi que dans certaines régions d’Asie et d’Amérique latine. Des « entités chargées du maintien de l’ordre » américaines ont formé les forces de sécurité brésiliennes à la surveillance des menaces terroristes avant les Jeux olympiques d’été de 2016 [donc juste avant la destitution de Dilma Roussef, NdT], par exemple (et ont poursuivi ce partenariat en 2017). De même, des patrouilleurs frontaliers américains ont collaboré avec leurs homologues argentins à la lutte contre le blanchiment d’argent présumé par des groupes terroristes sur les marchés illicites de la région frontalière entre l’Argentine, le Brésil et le Paraguay.

Aux yeux de beaucoup d’Américains et d’autres, tout cela peut sembler relativement inoffensif – guère plus que de l’aide généreuse et de bon voisinage pour le maintien de l’ordre, ou un ensemble de politiques raisonnables visant à « les combattre sur place avant qu’ils ne viennent nous combattre chez nous ». Mais ne devrions-nous pas en savoir plus, après toutes ces années passées à entendre ces affirmations à propos d’endroits comme l’Irak et l’Afghanistan, où les résultats sont loin d’être inoffensifs ou efficaces ?

Dans les nombreux pays concernés, ces formations d’acteurs locaux ont souvent alimenté, ou ont été utilisés au services des objectifs les plus sombres. Au Nigéria, par exemple, l’armée américaine continue de travailler en étroite collaboration avec des forces de sécurité locales qui ont eu recours à de la torture et perpétré des exécutions sommaires, ainsi que des actes d’exploitation et d’abus sexuels. Aux Philippines, elle a mené des exercices militaires conjoints à grande échelle en coopération avec l’armée du Président Rodrigo Duterte, alors même que la police sous son commandement continue d’infliger d’horribles violences aux citoyens de ce pays.

Le gouvernement de Djibouti, qui accueille depuis des années la plus grande base militaire américaine en Afrique, le Camp Lemonnier, utilise également ses lois antiterroristes pour poursuivre ses dissidents. Le Département d’État n’a pas tenté de cacher la façon dont ses propres programmes de formation ont alimenté une forme étendue de répression dans ce pays (et dans d’autres). Selon ses ‘Country Reports on Terrorism’ de 2017, un document qui fournit chaque année au Congrès une vue d’ensemble du terrorisme et de la coopération antiterroriste d’un certain nombre de pays avec les États-Unis, à Djibouti, « le gouvernement a continué à utiliser la législation antiterroriste pour réprimer les critiques en détenant et en poursuivant des personnalités et des militants de l’opposition ».

Dans ce pays et dans de nombreux autres pays alliés, les programmes d’entraînement contre-terroriste de Washington alimentent ou renforcent les violations des droits de l’homme commises par les forces locales, pendant que les gouvernements adoptent « l’antiterrorisme » comme excuse à des pratiques répressives de toutes sortes.

 Une empreinte militaire étendue

Pour notre documentation sur ces 65 sites de formation et d’assistance de l’armée américaine, les rapports du Département d’État se sont révélés une source importante d’information, même s’ils étaient souvent ambigus sur ce qui se passait réellement. Ils s’appuyaient régulièrement sur des termes vagues comme « forces de sécurité », en omettant de parler directement du rôle joué par les militaires des USA dans chacun de ces pays.

Parfois, en les lisant et en essayant de comprendre ce qui se passait dans des pays lointains, j’avais l’impression tenace que ce que l’armée américaine faisait, au lieu d’être aisément repérable, était de tenter d’échapper aux regards. En fin de compte, nous étions certains d’avoir identifié les 14 pays où des militaires américains ont combattu dans la Guerre contre le terrorisme en 2017-2018. Nous avons également trouvé relativement facile de documenter les sept pays dans lesquels, au cours des deux dernières années, les États-Unis ont lancé des drones tueurs ou d’autres frappes aériennes contre ce que le gouvernement appelle des cibles terroristes (mais qui tuent régulièrement des civils) : l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, le Pakistan, la Somalie, la Syrie et le Yémen. Ce sont là les zones les plus chaudes de la guerre globale menée par les États-Unis. Cependant, cela ne représentait qu’une part relativement faible des 80 pays que nous avons fini par inclure sur notre carte.

Je me suis rendue compte que, dans nombre de cas, l’armée américaine a tendance à mettre en avant — ou du moins à ne pas cacher – bon nombre des exercices militaires qu’elle dirige ou auxquels elle participe à l’étranger. Après tout, ils visent à montrer la puissance militaire mondiale du pays, à dissuader ses ennemis (en l’occurrence, les terroristes) et à renforcer les alliances avec des alliés stratégiquement choisis. De tels exercices, dont nous avons documenté qu’ils étaient explicitement axés sur la lutte antiterroriste dans 26 pays, ainsi que sur des territoires qui abritent des bases américaines ou de plus petits avant-postes militaires également engagés dans des activités antiterroristes, donnent une idée de l’énorme empreinte des forces armées américaines dans la Guerre contre le terrorisme.

Bien qu’il y ait plus de 800 bases militaires américaines dans le monde, nous n’avons inclus sur notre carte que les 40 pays dans lesquels ces bases sont directement impliquées dans la guerre antiterroriste, y compris l’Allemagne et d’autres pays européens qui représentent d’importantes zones de transit des opérations américaines au Moyen-Orient et en Afrique.

En résumé, notre carte complète indique qu’en 2017 et 2018, sept pays ont été les cibles de frappes aériennes américaines ; le double de ce nombre étaient des sites où du personnel militaire américain a participé directement à des combats terrestres ; 26 pays ont organisé des exercices militaires conjoints avec les USA ; 40 pays ont accueilli des bases engagées dans la guerre contre le terrorisme ; et dans 65 pays, les forces militaires et de sécurité locales ont reçu « une formation et une assistance » axées sur la lutte antiterroriste.

 Un « grand plan » amélioré

Combien de fois, au cours des 17 dernières années, le Congrès ou l’opinion publique américaine ont-ils débattu de l’extension stupéfiante de la guerre contre le terrorisme dans un éventail aussi étendu d’endroits ? La réponse est : trop rarement.

Après des années de silence et d’inactivité ici aux États-Unis, l’attention récente des médias et du Congrès envers les guerres américaines en Afghanistan, en Syrie et au Yémen représentent une nouvelle tendance. Les membres du Congrès ont enfin commencé à réclamer des discussions sur certains aspects de la guerre contre le terrorisme. Le 13 février dernier, par exemple, la Chambre des représentants a voté pour mettre fin au soutien des États-Unis à la guerre menée par les Saoudiens au Yémen, et le Sénat a adopté une loi pour obliger le Congrès à voter sur la même question au cours des prochains mois. [En d’autres termes, le Congrès étant le seul organisme habilité à déclarer des guerres aux USA, l’extension des opérations de « guerre contre le terrorisme » menée en solo par le Pentagone est illégale au regard du droit américain. L’étrange étant que le Sénat soit obligé de voter une loi pour obliger le Congrès à respecter la loi, NdT].

Le 6 février dernier, la Commission des forces armées de la Chambre des représentants a enfin tenu une audition sur « l’approche antiterroriste » du Pentagone — un sujet dont le Congrès n’avait pas débattu depuis que, quelques jours après les attentats du 11 septembre, il avait voté la Résolution sur l’autorisation de la force militaire (Authorization for the Use of Military Force), que les présidents George W. Bush, Barack Obama et maintenant Donald Trump ont utilisée pour mener leur guerre globale actuelle. Mais le Congrès n’a pas débattu ou voté l’expansion tentaculaire de cet effort au cours des deux dernières décennies ou presque. Et à en juger par la surprise de plusieurs membres du Congrès à la mort de ces quatre soldats au Niger en 2017, la plupart d’entre eux ignoraient (et beaucoup ignorent probablement encore) à quel point la guerre globale s’est étendue.

Avec les changements potentiels à venir dans la politique de Trump sur la Syrie et l’Afghanistan, n’est-il pas temps d’évaluer le plus précisément possible la nécessité d’étendre la Guerre contre le terrorisme à tant d’endroits différents ? Les recherches ont démontré que la guerre contre les tactiques terroristes est une approche infructueuse. De plus, à l’encontre des objectifs de ce pays, de la Libye à la Syrie, du Niger à l’Afghanistan, la présence militaire américaine à l’étranger n’a souvent fait qu’alimenter un profond ressentiment à l’égard des États-Unis. Elle a contribué à la fois à répandre les mouvements terroristes et à fournir encore plus de recrues aux groupes islamistes extrémistes, qui se sont considérablement multipliésdepuis le 11 septembre 2001.

Au nom de la Guerre contre le terrorisme dans des pays comme la Somalie, les activités diplomatiques, l’aide et le soutien aux droits de l’homme ont diminué en faveur d’une position américaine de plus en plus militarisée. Pourtant, les recherches montrent qu’à long terme, il est beaucoup plus efficace et durable de s’attaquer aux griefs sous-jacents qui alimentent la violence terroriste que d’y répondre sur un champ de bataille.

Tout compte fait, il devrait être clair qu’un autre type de « grand plan » est nécessaire pour faire face à la menace du terrorisme, que ce soit à l’échelle mondiale ou pour les Américains — un plan qui repose sur une empreinte militaire américaine bien moindre et moins coûteuse en sang versé et en argent du contribuable. Il est également grand temps de replacer cette menace dans son contexte et de reconnaître que d’autres questions sont beaucoup plus urgentes et pourraient représenter un danger beaucoup plus grand pour notre pays. [L’auteur parle évidemment de son pays, les USA. En France où l’on rapatrie des djihadistes, le problème est beaucoup plus immédiat, NdT].

Stephanie Savell est codirectrice du projet Costs of War du Watson Institute for International and Public Affairs de l’Université Brown. Anthropologue, elle mène des recherches sur la sécurité et l’activisme aux États-Unis et au Brésil. Elle est co-auteur de The Civic Imagination : Making a Difference in American Political Life.

Paru sur TomDispatch sous le titre Mapping the American War on Terror – Now in 80 Countries, It Couldn’t Be More Global

Source pour la version française la traduction Entelekheia
Photo Pixabay



Articles Par : Stephanie Savell

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]