À qui profite le crime terroriste au Sri Lanka?

Région :

Terribles actes terroristes au Sri Lanka! Mais quand il y une attaque de cette envergure, coordonnée comme un horloge, il faut chercher les intérêts en jeu. Dans l’absence de preuves, il faut quand même analyser la situation géopolitique, à qui profite le crime. Sinon, on va être les instruments de ceux qui ont perpétré l’attaque. Voilà ce que fait Jooneed Khan, journaliste chevronné, spécialiste des questions internationales.

Il cite un dirigeant des forces anti-terroristes britanniques interviewé récemment sur la télé de RT: « l’objectif du terrorisme, dit-il, est de diviser et polariser les groupes religieux et ethniques pour qu’ils se battent les uns contre les autres. »

Il rappelle que pendant la guerre froide, l’Océan indien était le grand oublié en raison notamment de la domination historique des britanniques et autres pays occidentaux. Ce n’est plus le cas. Les pays indépendants cherchent à défendre leurs intérêts et à commercer librement avec d’autres puissances dont la Russie et la Chine, ce qui ne plaît pas à Washington, à Londres, à Israël et à l’Arabie saoudite et à d’autres pays occidentaux, dont le Canada. Et c’est là qu’il faut chercher les coupables: dans les officines des services secrets qui ont déjà mobilisé des djihadistes en Syrie, en Afghanistan, en Libye et au Myanmar, pour ne nommer que ces pays-là.

Jooneed Khan observe aussi que depuis les attaques au Sri Lanka, le candidat aux élections indiennes Narenda Modi s’en sert pour alimenter les mouvements hindouistes anti-musulmans en Inde. Il ajoute que Washington et ses alliés veulent que l’Inde devienne leur allié dans la région.

Il conclut en commentant la citation d’André Malraux qui disait que le 21e siècle serait religieux, mais en précisant que devant les puissances impériales feraient tout pour instrumentaliser les religions afin d’assurer leur domination. Et elles compteraient sur le manque de connaissances des populations pour y arriver.

 



Articles Par : Jooneed Khan et Robin Philpot

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]alresearch.ca