A Rome des forces spéciales de « paix »

L'art de la guerre

Dans sa rencontre avec le secrétaire d’Etat John Kerry, le ministre des Affaires étrangères Emma Bonino a réaffirmé le ferme engagement de l’Italie à contribuer à un accord de paix israélo-palestinien et, en général, au processus de paix au Moyen-Orient. Que l’Italie soit engagée ne fait aucun doute, encore faut-il voir à quoi. Cela a été mis en évidence, deux jours plus tard, par un accident aérien. Samedi dernier (11 mai 2013) s’est écrasé dans la région de Savona, pendant un test de certification, un prototype du chasseur M-346 de la firme Alenia Aermacchi (Finmeccanica), qui à partir de 2014 sera fourni à Israël en 30 exemplaires. Considéré comme l’entraîneur (avion-école, NdT) le plus avancé existant aujourd’hui au monde, le biréacteur M-346 pourra être utilisé par l’aéronautique israélienne non seulement pour préparer les pilotes à des attaques encore plus mortelles, mais aussi comme chasseur de combat « pour des rôles opérationnels à coûts contenus », c’est-à-dire pour des attaques aériennes low cost contre Gaza, la Syrie et d’autres pays : le M-346 peut en effet transporter 3 tonnes de bombes et missiles. Alenia assurera le support logistique. Ainsi l’Italie contribue-t-elle au processus de paix au Moyen-Orient qui, selon Bonino, est en train de s’accélérer grâce à l’ «impressionnant dynamisme de l‘administration étasunienne ».

Le secrétaire d’Etat John Kerry

A Rome Kerry et Bonino ont aussi parlé de la crise syrienne, en soulignant qu’il convient de se dépêcher de trouver la solution « pour éviter le spill over (débordement, NdT) du conflit dans les autres aires de la région ». La logique même de celui qui, après avoir incendié la maison du voisin, crie « au feu » quand il se sent menacé par les flammes qui sortent de la maison. La solution, a rappelé Kerry, doit être « politique », fondée sur la condition que Bachar Al Assad ne pourra pas faire partie d’un gouvernement de transition en Syrie, c’est-à-dire que le gouvernement actuel soit déposé et remplacé par celui des « rebelles ». Sa ligne « diplomatique » est claire : le gouvernement que doit avoir la Syrie est décidé par les Etats-Unis avec l’accord des alliés Otan. Sur ce point Kerry a mené à Rome des entretiens avec le premier ministre Letta et quelques autres. Avec fierté, la Farnesina (siège du ministère des Affaires étrangères italien, NdT) a déclaré que la ville de Rome est devenue « un important nœud diplomatique pour le dossier moyen-oriental ». En réalité Rome est, pour Washington, surtout un important nœud militaire. Confirmé par le fait, révélé par le New York Times, que le Commandement US pour les opérations spéciales (USSOCOM – United States Special Operations Command) a depuis peu envoyé des officiers de liaison à l’ambassade étasunienne à Rome pour « conseiller les forces spéciales nationales [italiennes] et coordonner ses activités avec elles ». Ce qu’est l’ « activité » prioritaire est indiqué par le fait que des officiers de liaison de l’USSOCOM ont été en même temps envoyés en Turquie et en Jordanie, où sont entraînées et armées les forces infiltrées en Syrie. L’USSOCOM a en effet la mission non seulement d’effectuer des actions de commandos pour éliminer ou capturer des ennemis, mais aussi celle d’entraîner des troupes étrangères et d’accomplir des opérations d’espionnage. Selon des informations données par le commandement lui-même, il opère régulièrement dans plus de 70 pays et, en mars dernier, avait des opérations en cours dans 92 pays. 

L’envoi d’officiers de liaison de l’USSOCOM à l’ambassade étasunienne à Rome, pour « conseiller » les forces spéciales italiennes et « coordonner » leur utilisation, indique que l’Italie est de plus en plus impliquée dans la guerre couverte menée au Moyen-Orient et en Afrique. En Italie, a précisé Kerry à la conférence de presse à Rome, « vivent environ 30.000 militaires étasuniens ». Ils augmenteront quand, selon les plans, sera transféré de Stuttgart à Sigonella (Sicile) le commandement US en Europe pour les opérations spéciales.

 Manlio Dinucci

 

Edition de mardi mai 2013 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20130514/manip2pg/14/manip2pz/340229/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 Manlio Dinucci est géographe et journaliste.



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]