Print

Adlène Hicheur en détention provisoire depuis près de deux ans clame son innocence
Par Jean-Pierre Lees
Mondialisation.ca, 01 juillet 2011
silviacattori.net 1 juillet 2011
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/adl-ne-hicheur-en-d-tention-provisoire-depuis-pr-s-de-deux-ans-clame-son-innocence/25471

Aujourd’hui, 29 juin 2011, jour de l’annonce de la libération des deux journalistes de FR3 retenus en otage en Afghanistan, c’est aussi le 629ieme jour de détention provisoire pour notre collègue le chercheur Adlène Hicheur qui, pour avoir surfé sur des sites internet dits « islamistes », est incarcéré depuis plus de 20 mois à la maison d’arrêt de Fresnes sans qu’aucun élément matériel concret ne vienne justifier sa détention. Les fonctionnaires du ministère de la justice ont plusieurs fois été alertés sur cette détention abusive mais, contre toute évidence, persistent à répondre que les droits de M.Hicheur sont respectés. Ni les élus UMP, ni les élus PS n’ont donné suite à nos courriers, préférant ignorer les conséquences de lois qu’ils ont votées et qui permettent d’emprisonner pour deux ans des gens sur la base de simples soupçons.

Quelques informations récentes sur l’affaire Adlène Hicheur, un physicien du CERN employé par l’EPFL de Lausanne, maintenu en détention provisoire depuis près de deux ans.

– Adlène a fait appel a un nouvel avocat, Maître Patrick Baudoin, président honoraire de la Ligue des droits de l’homme et avocat réputé qui a défendu de nombreux « islamistes présumés » et s’est opposé au juge Jean-Louis Bruguières à plusieurs reprises par le passé. Lors de ma visite à Paris le 31 mai j’ai pu m’entretenir avec Maître Baudoin qui m’a dit avoir rarement vu une détention provisoire aussi longue pour un dossier presque totalement vide d’éléments matériels convainquants.

– Maître Baudoin m’a fait passer un rapport de la FIDH datant de 1999 sur les nombreux problèmes soulevés par notre législation antiterroriste : France : la porte ouverte à l’arbitraire, rapport de la FIDH, janvier 1999. Il est troublant de constater que de nombreux abus dénoncés dans ce rapport vieux de plus de dix ans correspondent exactement à ce que vit M. Hicheur en particulier en ce qui concerne le refus systématique des demandes de mise en liberté et l’absence de motivations claires pour le maintien en détention, mais bien d autres également. Le rapport dénonce le caractère flou et imprécis de la loi et l’utilisation qu’en font les juges. il est très instructif.

– La chambre de l’instruction se réunissait le 7 juin pour statuer sur le renouvellement de 4 mois du mandat de dépot de M. Hicheur. Sans doute pour montrer qu’il y avait un peu d activité et éviter une remise en liberté, le juge d’instruction a donc programmé une audition de M.Hicheur pour le 7 juillet (il y en a environ une tous les 4 mois) et il a promis de clore l’instruction en septembre : comme la loi lui donne 24 mois pour clore le dossier et que celui ci doit donc être clos pour le 8 octobre, on voit qu il n’a pas fait un gros effort. Lors d’une visite le 31 mai, Maître Baudoin m’avait d’ailleurs confié qu’en raison de l’audition programmée devant le juge d’instruction début juillet, et compte tenu de la clôture de l’instruction en septembre, il serait très difficile de faire lever la détention provisoire bien qu’elle soit à ses yeux totalement injustifiée.

– Compte rendu de l’audition du 7 juin :
 » Malgré les arguments développés, Monsieur MATON, magistrat, qui avait déjà précédemment statué, et dont la décision était manifestement rendue d’avance, a refusé la mise en liberté sous contrôle judiciaire sollicitée. Il va de soi qu’appel de son ordonnance va être interjeté dès ce jour. On ose espérer que la Chambre de l’Instruction se montrera cette fois plus attentive aux éléments qui lui seront présentés pour démontrer le caractère injustifié d’un aussi long maintien en détention. »

– Hier mardi 29 juin, la chambre de l’instruction, qui s’était réunie vendredi, a rendu son verdict sur l’appel suite à la prolongation de 4 mois du mandat de dépôt d’Adlène. Elle a, comme on pouvait hélas s’y attendre, confirmé le maintien en détention malgré le travail des deux avocats d’Adlène.

– J’ai tenté d’alerter, au nom du comité de soutien, de nombreux politiques, sans beaucoup de succès. Au PS, le seul qui m’aie pour l’instant répondu, assez sèchement je dois dire, est M. le sénateur Robert Badinter : « Cher Monsieur, n’exerçant plus la profession d’avocat depuis trente ans, je n’interviens jamais, sous quelque forme que ce soit, dans le cadre de procédures judiciaires en cours.
Bien cordialement
RB »

Je croyais pourtant l’avoir vu toute une soirée sur A2 plaider pour protester contre le traitement infligé à M. DSK, et en particulier les trois jours de détention provisoire qu’il a dû subir. J’ai dû rêver…

– La Société francaise de physique était intervenue auprès du ministère en avril. Le professeur G. Panczer nous a transmis la réponse du ministère de la justice à la lettre que lui avait envoyée la Commission Droits de l’Homme et Questions Ethiques de la Société Française de Physique. On note que cette réponse est la même, à la virgule près, que celle que le comité avait recue en février 2011 du ministère de la justice. Les seuls éléments présentés sont que les droits de M. Hicheur sont respectés…
Tout va très bien, madame la marquise…

Jean-Pierre Lees, Président du Comité international de soutien à Adlène Hicheur
29 juin 2011.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.