Print

Al Jazeera: Infiltration de journalistes d’investigation dans des organisations pro-israéliennes
Par Gilles Munier
Mondialisation.ca, 12 octobre 2017
France Irak Actualité 11 octobre 2917
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/al-jazeera-infiltration-de-journalistes-dinvestigation-dans-des-organisations-pro-israeliennes/5613050

La chaîne Al Jazeera, a admis le 9 octobre avoir infiltré clandestinement un journaliste d’investigation au sein d’organisations pro-israéliennes à Washington. Elle envisage de diffuser bientôt son reportage.

L’annonce a été faite par la chaîne qatari après que l’OFCOM, agence britannique de régulation des médias, ait rejeté les plaintes pour antisémitisme portées contre « The Lobby – 1, 2 et 3 », un documentaire diffusé début 2017. « Colin », journaliste infiltré par Al Jazeera, y piégeait – en caméra cachée – un diplomate israélien et des responsables d’organisations pro-israéliennes au Royaume-Uni.

Lors d’un repas avec Maria Strizzolo – assistante du secrétaire d’État à l’Education – Shai Masot, « conseiller politique » à l’ambassade d’Israël à Londres, traitait d’ « idiot » Boris Johnson – ministre des Affaires étrangères britannique – et insistait pour que Sir Alan Duncan – secrétaire d’État britannique à l’Europe et aux Amériques – soit « éliminé ». Ses critiques de la colonisation israélienne dans les Territoires occupés palestiniens indisposaient Israël…

Mazot avait également proposé à Maria Strizzolo de lui fournir une liste de parlementaires à « faire tomber ».

La vidéo reprise par The Guardian avait fait scandale au point que l’ambassade d’Israël avait dû présenter ses excuses et « licencier » Shai Mazot qui se préparait à créer une association travailliste pro-israélienne.

On attend maintenant la diffusion du reportage réalisé aux Etats-Unis. Ce ne sera pas triste…

Gilles Munier

Photo  : Londres: Shai Masot, « conseiller politique » israélien, pris en flagrant délit de manipulation

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.