Print

Algérie – Et Novembre triomphera de toutes vos trahisons
Par Mohsen Abdelmoumen
Mondialisation.ca, 09 novembre 2019
Algérie Résistance 30 octobre 2019
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/algerie-et-novembre-triomphera-de-toutes-vos-trahisons/5638721

Cette année, Novembre nous revient avec une saveur particulière en nous montrant le peuple algérien en lutte pour sa dignité et pour son honneur, un peuple qui a souffert pendant si longtemps d’une variété infinie de calamités, de trahisons et d’ignominies. En cette période d’automne, nous nous souvenons de la glorieuse épopée de quelques hommes dignes et fiers, libres comme l’air des montagnes des Aurès, des Babors, de l’Ouarsenis, du Djurdjura, et de tous nos monts, de braves révolutionnaires qui ont gravé leur nom dans le marbre de l’Histoire en menant l’une des plus grandes révolutions de l’histoire de l’humanité, celle du 1er Novembre 1954. Nous nous rappellerons toujours leur mémoire et leur message qui s’adresse non seulement à l’Algérie, mais à toute la planète : celui de la liberté face au colonialisme, au déracinement et au fascisme que subissait le peuple algérien. Nous n’oublierons jamais que nos valeureux révolutionnaires se sont battus et se sont sacrifiés pour que nous vivions libres et le peuple algérien, renouant avec son passé héroïque, manifeste en brandissant les portraits des glorieux révolutionnaires : Ben M’Hidi, Ben Boulaïd, Amirouche, Ali La Pointe, et tant d’autres, avec des slogans tels que « Ali La Pointe, thawra wellat » (Ô Ali, la révolution est revenue). « Ya Ali Ammar, bladi fel danger, wa nkamlou fiha la bataille d’Alger, Ali Ammar » (Ali La Pointe, mon pays est en danger, on va parachever la bataille d’Alger). Nous éprouvons tous une grande fierté à voir le peuple renouer avec son histoire révolutionnaire au moment où il rejette les trahisons d’un régime corrompu et les traîtres qui le symbolisent. Quand tant de martyrs ont arrosé notre terre avec leur sang pour arracher notre indépendance, des individus sans fierté et sans honneur, des félons corrompus et abjects se sont emparé illégitimement du pouvoir et nous ont ramené vers le désastre politique, économique et social dans lequel baigne l’Algérie aujourd’hui, bradant le sous-sol algérien, la souveraineté et notre fierté aux multinationales. Jour après jour, scandale après scandale, traîtrise après traîtrise, ces vils personnages ont vendu le sang des martyrs et trahi le serment de Novembre, sans le moindre état d’âme. En 1958, le chef actuel de la bande et qui a remplacé les Bouteflika, le vieillard ventru qui se targue d’avoir été un Novembriste, était caché dans une meule de foin à Mazaj Dchich du côté de Skikda pendant que les braves se battaient. Il a été capturé par des éléments de l’ALN et embarqué direction la frontière tunisienne pour échouer dans une cuisine. Rappelle-toi de Garn El Halfaya, Gaïd Salah, à part éplucher les patates, tu n’as aucune gloire à ton actif, pas plus que Bouteflika qui n’a participé à aucune bataille. Fournissez-nous vos photos d’archives vous montrant à pied d’œuvre au sein de l’ALN ! À quelles batailles avez-vous participé ? Le commandant Lakhdar Bouregaa, lui, est visible sur des photos le montrant aux côtés du colonel Amirouche ! Ah, si au moins le colonel Amirouche était parmi nous, il vous passerait tous par les armes pour vos trahisons ! Nous sommes fatigués de vous et le peuple qui a tout compris vous vomit. Même chose pour ce Bensalah qui a acquis la nationalité algérienne par naturalisation en 1969 et qui est devenu un chef d’État illégitime sans honneur et sans gloire. Il est juste un opportuniste aplaventriste qui a picoré à tous les râteliers comme les autres qui ont fini par manger le râtelier lui-même en laissant le pays exsangue et endetté. Rappelons que le régime pourri auquel appartiennent ces gredins a donné 5 milliards de dollars au FMI et qu’on ne reverra jamais, a dépensé 1500 milliards de dollars alors que 15 millions d’Algériens vivent en-dessous du seuil de pauvreté, qu’ils ont provoqué l’effondrement de la monnaie en menant à la dérive un pays qui ne produit rien, qui vend juste du pétrole et du gaz, et qui a moins de poids économique qu’une entreprise comme Samsung, un géant dirigé par des nains qui l’ont pillé et humilié.

À la veille du 1er Novembre, au moment où l’on se remémore le courage inébranlable des braves révolutionnaires, nous avons vu des images nauséabondes montrant l’envoyé du nouveau régent d’Alger Gaïd Salah, le pleutre Abdelkader Bensalah, se mettre à plat-ventre devant le président russe Vladimir Poutine pour se plaindre du peuple algérien qui, d’après lui, se résume à « quelques individus ». Bensalah qui ne contrôle pas ses sphincters, affirmait à Poutine que la situation était sous contrôle. Sous le contrôle de qui, espèce de laquais agonisant  comme le régime que tu sers ? Cette humiliation nous a donné à tous l’envie de vomir. Goguenard, Poutine ricanait. L’Algérie des géants est devenue le jouet des nains ! Ces images nous ont fait mal et nous ont rappelé le règne de Bouteflika le gâteux qui bavait sur sa cravate, ainsi que le fameux tweet de Vals, le Premier ministre français. Nous sommes bel et bien dans la continuité du règne désastreux et calamiteux d’Abdelaziz Bouteflika, le serviteur du sionisme comme le sont ses successeurs. Toutes les humiliations que le peuple algérien a subies de la part de la fratrie des Bouteflika resurgissent et nous confirment que le cauchemar continue. Quel déshonneur ! Quelle bassesse de voir ce cloporte de Bensalah se plaindre du peuple algérien auprès d’un étranger alors que ce peuple est en train d’écrire l’histoire ! Ces racailles ont baissé leur froc devant tout le monde : les Français, les Américains, les Russes, les Chinois, les Emirati, les Saoudiens, les Qatari, etc. L’Algérie est devenue une marchandise que se partagent tous les gangsters, escrocs, voleurs et crapules de la planète qui dévorent le gâteau algérien. Ô que je souffre de voir ma chère Algérie exposée comme une marchandise dans un étal du marché matinal ! Ô ma patrie, j’ai mal pour le sacrifice des braves, pour le sang des martyrs ! Ô pays de mes ancêtres, combien de résistances, combien de luttes, a connus cette terre avant qu’elle n’échoue entre les mains poisseuses de traîtres et d’usurpateurs répugnants, ignares, illégitimes et incompétents qui symbolisent la ruine du plus grand pays d’Afrique à l’histoire plus que millénaire !

Alors que le peuple manifeste depuis neuf mois pour demander un changement radical de tout le système qui a engendré ces crapules, ils n’ont pas trouvé mieux que de remplacer Ammar Bouzouar par Bouzouar Ammar dans une farce présidentielle qui consacrera la médiocrité et la traîtrise. Cette fumisterie a déjà reçu l’aval de la France qui voit d’un bon œil et cautionne l’accession d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de l’État algérien. Oyez, peuple algérien, vous êtes sortis chaque mardi et vendredi depuis neuf mois pour que Tebboune, compromis dans l’affaire Khalifa,  devienne votre président, lui dont le fils – qui a même fait de la prison ! – est impliqué dans l’affaire de la cocaïne de Kamel el Bouchi et du trafic de l’immobilier. Le peuple algérien s’est-il soulevé pour que les Premiers ministres de Bouteflika continuent à diriger le pays ? Ou pour que le président par intérim Bensalah, nommé par Saïd Bouteflika et son frère avant lui, tienne les rênes du pays ? Ou bien pour que ce soit Gaïd Salah, le chef d’état major nommé par Sa Malfaisance Abdelaziz Bouteflika et ensuite par son frère Saïd, qui commande l’Algérie comme si elle était une caserne ? Ce Gaïd Salah s’est présenté à nous comme s’il venait de sortir de l’académie militaire et qu’il n’avait pas accompagné Bouteflika pendant vingt ans, voulant à tout prix se forger une nouvelle virginité ! Ta place, Gaïd Salah, est auprès de tes copains coquins, les VIP de la prison d’el Harrach, avec lesquels tu as braqué l’Algérie. Ensemble, vous avez fait le plus grand casse de l’histoire, alors ta place est à Bouhadma, en prison. Ramène avec toi tes enfants corrompus et n’oublie pas de fermer la porte de la prison derrière toi et de jeter la clé. Bande de gangsters ! Montrez-nous vos troupes, qui est avec vous ? Tout le peuple est contre vous ! Même les juges qui vous obéissaient au doigt et à l’œil se sont révoltés contre vous ! De combien de divisions disposez-vous, bande de cloportes ?! Et de quelle guerre électronique parles-tu, Gaïd Salah ? Tu ne sais même pas ce qu’est une boite email. Tu es une montre à remontoir à l’ère du numérique, tu ne connais rien et tes mouches électroniques sont minables. Ferme donc ton clapet une fois pour toutes, espèce de vieux cinglé ! Tu n’as rien trouvé de mieux que de couper internet dans toute l’Algérie à ce peuple qui vous a donné à tous une leçon de patriotisme, bande de malades mentaux ! Les apôtres de la « badissia novembria », « el merkhess hakmou el blad », des crapules dirigent le pays alors que des jeunes haragas se noient dans la Méditerranée pour fuir l’Algérie des traîtres. De quel droit ce Gaïd Salah interdit-il l’accès à la ville d’Alger ? Est-ce qu’Alger est la propriété de vos pères « rezk babakoum » ? Est-ce que l’Algérie est votre propriété ? Où est el menjel (la faucille) taa el khorti avec les fils de Gaïd Salah, Sidi Saïd, Nacer Bouteflika, le wali Zoukh, le général Mokdad, Bouchouareb, Ould Kaddour impliqué dans l’affaire BRC (vous l’avez oubliée, cette affaire comme tant d’autres ?), Chakib Khelil, etc. Qui a laissé le fils d’Ouyahia quitter le pays alors qu’il avait une ISTN,  et tout le reste du gang ? Ya merkhess ! Le peuple algérien s’est soulevé pour le changement, le vrai ! C’est-à-dire désigner lui-même son président et sortir du tutorat d’une poignée d’usurpateurs qui ne servent pas l’Algérie mais leur intérêt personnel. Ces gens-là n’aiment pas l’Algérie sinon ils ne l’auraient pas mise dans l’état où elle est aujourd’hui.

Étrangement, aucun média occidental ou autre ne parle de la résistance du peuple algérien qui s’exprime en masse dans les rues de toute l’Algérie depuis le 22 février. On nous montre à satiété les manifestations au Chili, au Liban, en Irak, à Hong-Kong, mais sur le Hirak en Algérie, rien, nada. Circulez, il n’y a rien à voir. Ils ont tous fermé les yeux sur la lutte du peuple algérien parce qu’ils ne veulent pas que cette révolution pacifique atteigne ses objectifs. Ils redoutent que l’Algérie devienne à nouveau un modèle comme elle l’a été jadis. Tout le monde a peur : le régime français, les Américains, les Russes, les Chinois, les Émiratis, les Saoudiens, Israël, etc. Ils craignent pour leurs intérêts, chacun ne défendant que ses propres intérêts. Malheureusement, personne ne défend l’intérêt de l’Algérie livrée à une horde sauvage qui continue à sévir. La bonne blague, l’Arabie saoudite félicite « la diplomatie algérienne » ou quand l’homme à la scie à métaux félicite des crapules comme lui, et le Kremlin, quant à lui, ose dire que l’humiliation de Bensalah est « normale » ! Eh bien, nous, on vous dit que dans l’Algérie de demain, tous ceux qui ont  soutenu ce gang pourri répondront de leurs actes. Messieurs Poutine, Xi Jinping, Trump, Macron, Ben Zayed, Ben Selman, Tamim, occupez-vous de vos oignons et foutez la paix à l’Algérie et au peuple algérien ! Dans l’Algérie de demain, les contrats de pillage que vous avez signés avec le gang et le régime seront caducs et annulés. Tout le monde s’alarme du fait que l’Algérie pourrait se libérer et devenir une puissance régionale avec laquelle il faudra compter au lieu d’être la proie qu’elle est aujourd’hui, affaissée et fragilisée par un régime ou plutôt un gang de malfaiteurs qui a saigné le pays par cupidité. Tout un peuple s’est soulevé, ce n’est pas pour que vous continuiez à voler et à piller, ou pour que la loi scélérate des hydrocarbures soit concoctée par un bureau d’études américain à New York. Le peuple ne s’est pas soulevé pour que vos maîtres français, américains, russes, chinois, émirati, saoudiens, israéliens, etc. jouent avec notre pays. Si pour vous l’Algérie ne représente que des comptes en banque offshore, des biens immobiliers achetés à l’étranger, ces biens qui vous seront confisqués un jour par les Occidentaux qui auront ainsi raflé la mise et qui se taisent sur la lutte du peuple algérien parce qu’ils sont gagnants en étant complaisants avec vous, voire corrompus, pour nous l’Algérie, c’est une patrie, une terre de grandeur et d’honneur, une terre qui nous rend fiers et pour laquelle se sont sacrifiés tant de braves, et qui mérite d’être dirigée par ses fils authentiques.

Oui, malgré vos trahisons et votre lâcheté, nous fêterons le 1er Novembre avec fierté et nous commémorerons nos braves martyrs, nous sortirons nos drapeaux qui flotteront dans tous les ciels de la Terre, malgré vous et contre vous comme le fait ce brave peuple qui depuis neuf mois vous exhibe vos trahisons en sortant les portraits des martyrs et qui vous rappelle que vous êtes des lâches. Vous ne réussirez pas à nous enlever la sève révolutionnaire qui plonge ses racines profondément dans la terre comme l’olivier. Nous nous rappellerons l’épopée de nos ancêtres et le sang qui a coulé sur cette terre, ce pays que vous avez transformé en prison à ciel ouvert où vous emprisonnez des hommes et des femmes libres qui se battent pour l’honneur de leur pays, où vous emprisonnez un moudjahid, un révolutionnaire, un vrai ! un chef de la katiba Zoubiria dans la wilaya IV qui a fait mordre la poussière aux paras français, vos maîtres ! Nous nous rappellerons le chant des martyrs de la glorieuse ALN. Nous n’oublierons jamais le passé glorieux de notre Algérie, contrairement à ce que vous espérez. Si la gégène, la guillotine et les enfumades du colonialisme français n’ont pas pu venir à bout du peuple algérien, ce n’est pas quelques cancres usurpateurs et malfrats qui vont y parvenir ! Vous êtes un passé décomposé, des cadavres ambulants, des vieilles épaves, des débris de la servitude, des résidus du colonialisme, et nous vous tournons le dos pour mieux apprécier le sourire de Ben M’Hidi. Le son des mahress continuera à retentir pour rappeler à nos frères détenus dans vos geôles infectes que nous ne les oublions pas. C’est cela le legs de nos martyrs : l’honneur et le courage ! Didouche Mourad nous a laissé cette phrase qui scintille dans le ciel : « Si nous sommes amenés à mourir, défendez nos mémoires ». C’est pour cette phrase que j’écris sur l’Algérie et que je croise le fer depuis des années contre tous les pourris qui polluent mon pays. Non, nos héros ne sont pas morts, ils sont toujours vivants et le resteront à jamais. Ce sont des Immortels. Voilà ce qu’est le 1er Novembre : un chant de liberté.

Gloire à nos martyrs ! Tahia El Djazaïr !

Mohsen Abdelmoumen

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.