Print

Amman: manif contre l’inflation et le gouvernement
Par AFP/STR
Mondialisation.ca, 18 janvier 2011
France 2 14 janvier 2011
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/amman-manif-contre-l-inflation-et-le-gouvernement/22835

Le Premier ministre jordanien, Samir Rifaï, en juin 2009 dans son bureau à Amman.

Le Premier ministre jordanien, Samir Rifaï, en juin 2009 dans son bureau à Amman.

AFP/STR

Des milliers de personnes ont manifesté dans le calme après la prière de vendredi dans plusieurs villes de Jordanie

La foule, composée notamment de membres de syndicats et de partis de gauche, encadrée par une forte présence policière, a défilé à Amman, Irbid (nord), Salt (ouest), Karak, Ma’an et Diban (sud), sans qu’aucun incident ne fût enregistré.

Les manifestants protestaient contre le chômage et l’inflation et réclamaient la chute du gouvernement Rifaï.

 Vidéo

 

« La Jordanie n’est pas que pour les riches »; « Méfiez vous de notre faim et de notre fureur »; « A bas le gouvernement Rifaï »; « Salutations aux Tunisiens libres », ou encore « 2011, année des changements dans le monde arabe »,  pouvait-on lire sur des banderoles brandies par les manifestants.

« C’est celui qui nomme les gouvernements qui est le responsable. La lutte contre la corruption commence par la tête », a déclaré à l’AFP un activiste jordanien, l’ancien député Leith Shbeilat. Selon la constitution, le roi désigne le Premier ministre et décide de son licenciement. Le gouvernement Rifaï a été formé en décembre 2009. A Irbid, grande ville du nord, les manifestants ont réclamé le départ du Premier ministre Samir Rifaï.

« Nous protestons contre les mesures gouvernementales arbitraires contre le peuple jordanien (…) qui poussent la Nation à la dérive. Notre mouvement est un appel au roi pour qu’il licencie ce gouvernement et le remplace par un gouvernement national, » a indiqué à l’AFP Salem Daifallah, membre du comité des militaires retraités.

Nihad Zouhair, du Rassemblement des Jeunes Démocrates, dit être venu exprimer « la protestation contre les politiques économiques gouvernementales qui appauvrissent les pauvres et enrichissent les riches ».

Les Frères musulmans, première force d’opposition du pays, ont annoncé qu’ils participeraient aux manifestations dans les grandes villes de province, mais pas dans la capitale. Les 14 syndicats professionnels à dominance islamiste, les Frères musulmans, le parti du Front de l’action islamique (FAI, branche politique de la confrérie) et des petits partis de gauche ont par ailleurs décidé d’organiser un sit-in dimanche devant le parlement pour « dénoncer la politique économique du gouvernement ».

Amman, ville la plus chère du monde arabe

Le salaire minimum en Jordanie est de 150 dinars (210 USD), alors que 25% des Jordaniens vivent sous le seuil de la pauvreté (566 USD pour une famille de sept personnes), selon une étude du Conseil économique et social jordanien publiée en 2010. Amman est considérée comme la ville la plus chère dans le monde arabe, selon des études indépendantes.

Le gouvernement jordanien a annoncé mardi le déblocage de 120 millions de dinars (169 millions de dollars) pour une série de mesures visant à baisser les prix et créer des emplois. L’annonce de ces mesures est intervenue alors que la grogne monte dans le royaume contre la vie chère et le chômage.

Dans un communiqué publié sur leur site internet, les Frères musulmans ont estimé que les mesures gouvernementales ne compensent pas « les dommages causés à la population » et demandé « des mesures globales vers une réforme généralisée ». Selon des chiffres officiels, l’inflation a atteint en décembre le chiffre record de 6,1% sur douze mois.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.