Après Oussama, voici Obama !

La X° mort d’Oussama Ben Laden déjà annoncée de nombreuses fois, que ce soit par des chaines de télévision US comme Fox News ou par des chefs de gouvernement comme Benazir Bhutto,  a eu cette particularité qu’elle a cette fois été annoncée par le Président des Etats-Unis lui-même qui , à cette occasion, a employé le langage du western, immédiatement repris par Bush qui s’y reconnait pleinement : « Justice est faite ! ».

Quelle « Justice » ? Sans tribunal, sans jugement d’un personnage condamné à l’avance alors que, souvenons-nous des termes employés par ou attribués à Ben Laden, celui-ci a « approuvé » les attentats du 11 Septembre mais n’a jamais reconnu les avoir organisés.

Qui peut d’ailleurs croire que les dirigeants d’Al Qaeda s’ils avaient vraiment eu  la capacité d’organiser sur le territoire de la première puissance mondiale en déjouant toutes ses défenses  un attentat de l’importance de celui du 11 Septembre aient été assez débiles pour n’en tirer aucun bénéfice politique ?

En même temps le Président des Etats-Unis a endossé face au monde la tenue de l’exécuteur d’une sentence qui n’a été prononcée par aucune juridiction, c’est-à-dire celle du tueur.

Un motif à lui seul suffisant pour lui retirer le Prix Nobel de la paix en observant que depuis qu’il a obtenu ce blanc-seing médiatique son comportement agressif n’a fait que croitre : non fermeture de Guantanamo, effectifs supplémentaires en Afghanistan, forces spéciales et bombardements en Libye…

La Cour Pénale Internationale si elle ne veut pas définitivement passer pour une juridiction mineure et servile et comme un outil supplémentaire de domination impériale ne peut qu’inculper un chef d’Etat qui revendique l’assassinat d’un personnage dont il fait disparaitre aussitôt la dépouille- ce qui interdit définitivement toute enquête contradictoire sur l’identité réelle du mort –  sur le territoire d’un pays étranger.

Obama a encore dévoilé plus profondément son idéologie lorsque, parlant récemment de Kadhafi, il a déclaré, faisant sien  le langage des lyncheurs du KU KLUX KLAN : « Le nœud se resserre progressivement autour de son cou ». Le dit nœud ne s’est pour l’instant resserré qu’autour du cou de son fils mais le KKK a encore soif de sang.

Le coup de tonnerre médiatique que constitue cette liquidation s’inscrit dans une conjoncture  politique précise dont les principaux traits sont les suivants :

–  Obama est en campagne électorale pour un second mandat et il se positionne pour empêcher toute candidature républicaine sérieuse (il restera une candidature grotesque comme celle de Sarah Palin pour faire croire aux nigauds que la démocratie n’est pas morte)  en s’affirmant comme le meilleur des présidents impérialistes.

–  Les positions du secrétaire général de l’ONU, d’Interpol, comme celle des officiels français et européens au lendemain de l’assassinat confirment que les politiques militaristes et répressives des gouvernements de l’OTAN sur fond de crise économique vont encore se renforcer sous prétexte de menaces de rétorsion des « terroristes islamistes », dits terroristes qui comme un certain Ben Laden auront pu  être été formés par les services secrets des mêmes puissances. Les angéliques  pacifistes qui ont ici et là pu déclarer que la mort de Ben Laden devait marquer la fin de la « guerre contre le terrorisme » devront très vite ouvrir les yeux. C’est tout le contraire qui va avoir lieu.

–  Frapper un grand coup au Pakistan devenait une urgence car s’y  déroulent  des manifestations de plus en plus larges regroupant jeunes, femmes et militants politiques contre les interventions permanentes et destructrices de l’armée US sur le sol pakistanais. Ces manifestations mettent directement en cause le gouvernement pakistanais et le Président Zardiri d’une faiblesse coupable  face à cette ingérence permanente. Zardiri était donc le premier destinataire du « message » d’Obama. Le second était l’armée pakistanaise et les services secrets puisque la maison de « Ben Laden » était située à proximité de l’académie militaire pakistanaise dans la ville la mieux protégée du Pakistan contre toute attaque aérienne. Que les forces spéciales US aient pu atteindre leur objectif montre soit que les défenses pakistanaises ont été percées soit que des traitres sont en action au sein même de l’appareil militaire pakistanais mais cette action ne peut que renforcer la détermination des pakistanais qui manifestent pour le respect de la souveraineté de leur pays.

La guerre contre le terrorisme vient de prendre un nouvel essor et OBAMA qui a voulu démontrer que les Etats-Unis ont la capacité d’assassiner n’importe qui, n’importe quand, n’importe où, a endossé définitivement l’uniforme de grand chef mondial du terrorisme d’Etat : OBAMA BEN LADEN !



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]