Print

Avions refoulés, sécurité enquestion… la catastrophe est gérée, dans l’urgence
Par Global Research
Mondialisation.ca, 18 janvier 2010
La Voix du Nord 18 janvier 2010
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/avions-refoul-s-s-curit-enquestion-la-catastrophe-est-g-r-e-dans-l-urgence/17035

APRÈS LE SÉISME EN HAÏTI |

Avions empêchés d’atterrir, distribution d’aide perturbée : la gestion de l’après-séisme n’est pas simple. …

Aéroports. Médecins sans Frontières, qui a vu un de ses avions-cargo « empêché d’atterrir » à Port-au-Prince samedi, a lancé hier un appel d’urgence afin que les appareils transportant du matériel médical puissent se poser rapidement. Depuis quelques jours, la gestion de l’aéroport de Port-au-Prince par les Américains crée des tensions. Vendredi, un avion français avec à son bord un hôpital de campagne avait déjà été refoulé, alors que les moyens pour traiter les blessés manquent cruellement.

OAS_AD(‘Position1’);

Cette situation avait été dénoncée par le secrétaire d’État français à la Coopération Alain Joyandet. Le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, a tenu hier à couper court à toute polémique sur la coordination de l’aide internationale, qualifiant de « tout à fait heureuse » la décision des Américains de la prendre en charge.

Sécurité. Quelques incidents violents ont perturbé la distribution de l’aide, selon un général américain. Plusieurs incidents violents ont empêché les humanitaires d’aider les rescapés du séisme en Haïti. Ce général juge que la violence est en hausse, même si dans l’ensemble les rues étaient calmes.

 Léogane détruite. Dans cette ville située à l’épicentre du séisme, les secours arrivent au compte-gouttes. Au fur et à mesure que le convoi de l’ONU progresse, des visages hagards émergent des décombres. Très vite, le soulagement fait place à la colère. Les sauveteurs que Léogane attendait sont bien trop peu face à l’étendue des destructions. Située sur l’épicentre du séisme, la ville a été rasée.

Jadis cité prospère, ce n’est plus qu’un champ de ruines. Des villas coloniales à l’église, en passant par les petites cabanes de plage, plus rien ou presque n’est debout. 90 % des bâtiments ont été détruits, selon l’ONU. Impossible de savoir combien de personnes sont mortes. Et avec la concentration des secours à Port-au-Prince, à 17 km à l’est, les survivants ne comptent que sur eux-mêmes depuis mardi.

 Adoption. En France, des familles en voie d’adopter en Haïti, plongées dans l’angoisse depuis mercredi, réclament à l’État une accélération des procédures pour faire venir les enfants. Mais les autorités, qui ont commencé le recensement des dossiers, ne veulent pas brûler les étapes. De futurs parents adoptifs d’enfants haïtiens ont déposé hier des bouteilles d’eau à moitié vides devant le ministère des Affaires étrangères à Paris .

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.