Print

Bachelot résilie la moitié des commandes de vaccins contre la grippe
Par Global Research
Mondialisation.ca, 05 janvier 2010
Les Échos 5 janvier 2010
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/bachelot-r-silie-la-moiti-des-commandes-de-vaccins-contre-la-grippe/16802

En pleine polémique sur la campagne de vaccination contre le virus pandémique H1N1, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot a annoncé avoir résilié les commandes de 50 millions de doses de vaccin, soit « une économie de plus de la moitié » du total engagé.

« Ces commandes n’avaient été ni livrées, ni payées, elles sont donc résiliées », a précisé la ministre, dans un entretien lundi sur TF1.

« Les vaccins représentaient 712 millions d’euros, cela fait une économie de plus de la moitié », a dit Mme Bachelot.

Ce chiffre diffère du montant de 869 millions d’euros précédemment annoncé par le ministère de la Santé pour les commandes de vaccin, du fait d’un changement de TVA (de 19,6% à 5,5%) lié à l’autorisation de mise sur le marché, explique-t-on au cabinet de Mme Bachelot.

L’entourage de la ministre n’a pu préciser lundi soir si des clauses de résiliation prévoyaient le versement d’indemnités aux laboratoires.

Dans la perspective d’une pandémie mondiale redoutée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la France avait commandé 94 millions de doses de vaccin auprès de GlaxoSmithKline (GSK, 50 millions de doses), Sanofi Pasteur (28 millions), Novartis (16 millions) et Baxter (50.000), pour un montant total de 869 millions d’euros, selon le ministère de la Santé.

GlaxoSmithKline France et Sanofi Pasteur se sont déclarés prêts à examiner une éventuelle demande de renégociation du contrat avec le gouvernement.

La ministre de la Santé a déclaré lundi à propos des doses commandées, « avoir négocié directement avec les laboratoires ».

Les critiques à l’encontre du gouvernement, qui a confirmé dimanche avoir commencé à revendre des surplus de vaccins à des pays tiers, se sont multipliées lundi.

Premier à porter le fer, le socialiste Jean-Marie Le Guen a réclamé dimanche une « mission d’information parlementaire ». A droite, le député UMP Bernard Debré a vilipendé le « principe absurde, poussé à l’extrême, de précaution ».

Les laboratoires ont également été jugés « grands vainqueurs de cette affaire » par le porte-parole du PS Benoît Hamon.

Pour sa part, la ministre s’est défendue d’en faire « trop ou pas assez ». « Je le dis clairement, il faut pratiquer le principe de précaution », a-t-elle martelé lundi soir, évoquant la crise sanitaire du sang contaminé.

« Cette grippe a tué 18 personnes ce week-end, en trois jours, en particulier des personnes qui n’avaient aucun facteur de risque », a souligné Mme Bachelot.

Selon elle, la vente des vaccins aux autres pays sera « marginale » au regard de la résiliation des commandes annoncée ce lundi.

Sur le total de 94 millions de doses, en plus des 50 millions résiliés, 9,4 millions ont été promises à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et 2 à 3 millions seront vendues, selon le ministère. Quelque 25 millions de doses resteraient ainsi disponibles pour la vaccination en France, selon le ministère.

« Je serai attentif à ce qui va se passer », a déclaré M. Le Guen lundi soir à l’AFP après l’annonce de la résiliation de commandes. « J’ai tendance à penser que c’est un artifice », a-t-il ajouté.

Mme Bachelot a appelé à ne « pas relâcher la garde sur la vaccination », précisant que « la semaine prochaine les médecins généralistes volontaires pourront vacciner dans leur cabinet ».

La vaccination va également se poursuivre dans les centres de vaccination et doit « continuer jusqu’à septembre prochain », a déclaré la ministre.

Mme Bachelot a souligné qu’avec 5 millions de vaccinés, la France avait « des chiffres parmi les meilleurs d’Europe ».

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.