Bhutto réclame la démission de l’homme fort des Américains au Pakistan

Plus à regret qu’avec colère

La présidente à vie du Parti populaire du Pakistan, Benazir Bhutto, a été forcée de condamner avec plus de fermeté l’officier soutenu par les Américains, le général Pervez Musharraf et son régime de loi martiale.

Le lundi 12 novembre, Bhutto a annoncé qu’elle mettait un terme à ses négociations avec Musharraf, négociations qui ont débuté il y a des mois à la demande pressante de l’administration Bush dans l’espoir que cela offrirait un vernis démocratique au gouvernement contrôlé par l’armée.

« Nous ne pouvons travailler avec une personne ayant suspendu la constitution, imposé l’état d’urgence et opprimé la branche judiciaire, a dit Bhutto. Nous disons non à d’autres pourparlers. »

Puis, le lendemain, après que le gouvernement ait, pour la deuxième fois en cinq jours, mobilisé les forces de sécurité en masse pour l’empêcher de prendre la tête d’une manifestation contre la loi martiale, Bhutto a demandé la démission de Musharraf en tant que président et chef des forces armées pakistanaises.

« Je demande que le général Musharraf démissionne, qu’il quitte, qu’il abandonne », a dit Bhutto à un groupe de journalistes lors d’un entretien téléphonique de sa résidence de Lahore qu’elle ne peut quitter depuis le 15 janvier.

Bhutto a clairement montré que c’était avec regret qu’elle prenait cette position. Parlant de Musharraf, qui a pris le pouvoir en 1999 par un coup d’état, écrit une constitution donnant le rôle principal à l’armée dans la politique gouvernementale, truqué plusieurs fois les élections et utilisé la force pour réprimer l’opposition, elle a dit: « Je crois qu’il a fait trop peu, trop tard. Il continue à vouloir acheter du temps… Le Pakistan a besoin de stabilité. Je ne pourrais pas être première ministre si Musharraf demeurait président. J’aimerais pouvoir le faire. »

Bhutto sait que l’administration Bush souhaiterait la voir collaborer avec Musharraf, son allié de longue date, et elle ainsi que la direction du Parti du peuple pakistanais (PPP) admettent que l’armée est cruciale à la défense de leurs propres privilèges, soit le maintien de l’ordre social hautement inéquitable du Pakistan et de son intégrité en tant qu’Etat-nation.

Durant des mois, elle a déconseillé le déclenchement d’un mouvement populaire contre le régime militaire, affirmant que cela pouvait rapidement échapper au contrôle de l’élite politique traditionnelle.

Depuis que Musharraf a décrété la loi martiale afin d’empêcher que la Cour suprême n’invalide son simulacre de réélection à la présidence, Bhutto a tenté d’aligner ses actions sur les appels de l’administration Bush, demandant à l’opposition de faire preuve de « retenue » et à toutes les « forces modérées » de collaborer avec le général-président pour la « démocratie ».

En agissant de la sorte, elle s’est davantage attirée l’opprobre de la population et a essuyé les critiques du PPP, pour avoir frayé avec un violent régime dictatorial qui s’en prend de plus en plus aux partisans du PPP.

Tard lundi en soirée et mardi, des milliers d’agents des forces de sécurité, dont de nombreux armés de AK-47, furent mobilisés pour empêcher le PPP d’organiser une caravane de protestation, de Lahore à la capitale Islamabad. La résidence à Lahore où se trouvait Bhutto était entourée de fils barbelés, de véhicules et de 900 policiers. Dans ce qui était en fait un acte d’intimidation, mais qui fut présenté comme une mesure pour prévenir une attaque terroriste contre Bhutto, des tireurs d’élite furent postés dans des buildings voisins.

Il n’y a aucun moyen de déterminer précisément le nombre de politiciens, d’avocats, de militants des droits de l’homme et de syndicalistes qui ont été mis sous détention préventive ou arrêtés pour avoir défié le régime de la loi martiale. Le New York Times a rapporté lundi, avant qu’une nouvelle vague d’arrestations ne soit dirigée contre des partisans du PPP qui prévoyaient rejoindre la caravane de mardi, que des diplomates occidentaux évaluaient leur nombre total à 2500. L’appareil judiciaire a été purgé. La plupart des stations de télévision privées ne diffusent pas, ayant refusé de se plier à un code de censure draconien qui menace d’emprisonner les diffuseurs qui s’opposent au gouvernement.

Le week-end dernier, le gouvernement a soumis des civils aux tribunaux militaires sous des chefs d’accusation allant de trahison à « déclarations ayant entraîné des méfaits publics ».

Après l’appel de Bhutto à la démission de Musharraf, des diplomates occidentaux ont dit au Financial Times de Londres qu’ils ne croyaient pas que le dirigeant du PPP et deux fois ancienne premier ministre ait véritablement fermé la porte à une entente avec Musharraf et les militaires. « Mon sentiment est qu’une rupture complète n’a pas encore eu lieu, compte tenu de l’influence américaine sur les deux parties », a déclaré un diplomate anonyme. Le Washington Post, pendant ce temps, citait un autre diplomate occidental anonyme, qui aurait dit « Bhutto est experte en relations publiques. Elle ne va pas renverser sa propre « charrette de pomme ». »

Mais Musharraf et le régime militaire ont répondu aux manœuvres de Bhutto avec de plus en plus de colère et de crainte.  Dans des entrevues données mardi avec NBC et le New York Times, Musharraf divaguait contre les activistes des droits de l’homme et la presse, tout en accusant Bhutto d’adapter une attitude de « confrontation » depuis son retour au Pakistan le 18 octobre après huit ans d’exil.

Inquiet de voir que les événements au Pakistan pourraient mener au scénario cauchemardesque pour Washington d’une confrontation entre le peuple pakistanais et l’armée, l’administration Bush a annoncé que le secrétaire d’État adjoint, John Negroponte, allait se rendre à Islamabad plus tard cette semaine.

L’administration Bush veut désespérément soutenir le régime militaire d’Islamabad, parce qu’il joue un rôle si crucial autant dans l’occupation américaine de l’Afghanistan – la moitié du pétrole utilisé par les forces en Afghanistan ainsi que d’autres équipements cruciaux arrivent par le Pakistan – que pour les préparatifs d’une confrontation militaire du Pentagone contre l’Iran.

Selon le département d’État, le message que Negroponte est supposé livrer à Musharraf est qu’il doit lever la loi martiale avant les élections du début janvier.  Apparemment, même l’administration Bush trouverait difficile de soutenir à la face du monde qu’une élection durant laquelle les gens pouvaient être emprisonnés pour avoir critiqué le gouvernement, la presse était censurée et les rassemblements interdits est « libre et impartiale ». 

Dans un article publié mardi soir, le New York Times citait des représentants anonymes de l’administration Bush, qui auraient dit être « de plus en plus frustrés tant par le général Musharraf que par Bhutto » et qu’ils « tentent de prendre discrètement le pouls de l’armée pakistanaise pour y déceler des signes au sein de la caste des officiers » de « refroidissement à son égard ».

« Ce n’est pas une question de provoquer quelque chose », a dit un responsable. « Nous voulons seulement être certains de garder un œil sur la situation de toutes les parties concernées. »

En d’autres mots, l’administration Bush explore la possibilité de changer de général, de disposer de Musharraf dans le but d’éviter un soulèvement populaire qui pourrait menacer le gouvernement contrôlé par les militaires.

Mais les événements au Pakistan, et ceux en Irak, ont déjà démontré que les visées de l’impérialisme américain excèdent de plus en plus ses capacités. 

Article original, WSWS, paru le 14 novembre 2007.
Copyright WSWS.



Articles Par : Keith Jones

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]