Biden donne un coup de pouce à la guerre en Ukraine qui bat de l’aile

Analyses:

Le pronostic d’une “fatigue de guerre” de la part des États-Unis et de leurs alliés dans leur guerre par procuration en Ukraine a été largement exagéré. Au contraire, la guerre est en train d’acquérir une nouvelle ardeur.

L’administration Biden chevauche un tigre, et si elle en descend, elle risque d’être dévorée par les conséquences féroces d’une défaite, qui ne pourra que discréditer le transatlantisme, accélérer la désintégration de l’OTAN et sonner le glas de l’hégémonie mondiale des États-Unis.

Le discours officiel de Biden à la nation depuis le bureau ovale jeudi ne peut être considéré que comme le lancement d’une nouvelle phase de la guerre en Ukraine. Poursuivant la diabolisation de Poutine à un nouveau niveau, Biden tisse un nouveau récit affirmant que le Hamas et le dirigeant russe veulent tous deux “anéantir complètement une démocratie voisine – l’anéantir complètement“.

Le fondement de l’argumentation de Biden est que le soutien résolu des alliés des États-Unis est essentiel pour préserver la primauté américaine dans le monde. L’intrigue principale est que la guerre hybride en Ukraine se poursuivra tant que Biden restera en poste à la Maison Blanche. Elle s’est transformée en une “guerre éternelle“. Biden a appelé le président ukrainien Vladimir Zelensky avant de prononcer son discours.

Les analystes voudraient nous faire croire que l’Europe est de plus en plus désenchantée par la guerre. Mais la Pologne, l’un des principaux États de la ligne de front, vient d’élire un gouvernement centriste, ce qui a de quoi réjouir Kiev (et Washington). En Grande-Bretagne aussi, on peut s’attendre à un résultat similaire, sauf que Tweedledum remplacera Tweedledee, deux petits bonshommes de l’État profond qui sont identiques, ils sont juste des inversions gauche-droite l’un de l’autre.

Ne vous y trompez pas : la déclaration commune publiée à l’issue du sommet américano-européen qui s’est tenu à Washington le 20 octobre constitue une victoire retentissante pour l’administration Biden, puisque l’UE a convenu avec les États-Unis d’un soutien militaire “inébranlable” à l’Ukraine ; elle exige que la Russie “mette fin à sa guerre brutale et retire immédiatement, complètement et inconditionnellement ses forces militaires, ses mandataires et son équipement militaire de l’ensemble du territoire internationalement reconnu de l’Ukraine” ; l’impératif de rétablir les “frontières internationalement reconnues” dans tout règlement de paix ; forcer la Russie à “supporter les conséquences juridiques de tous ses actes internationalement répréhensibles” contre l’Ukraine ; approfondir encore “les travaux conjoints visant à saper la capacité de la Russie à mener sa guerre, et à maintenir et développer sa base et sa capacité industrielles de défense“, etc.

Il n’y a aucun signe d’un éventuel fléchissement dans la fermeté du soutien militaire de l’Europe à l’Ukraine. L’exemple le plus récent est celui de la Suède où, comme dans d’autres pays nordiques et dans les États baltes, la proximité géographique avec la Russie a accru les craintes en matière de sécurité, et il n’y a guère de signes d’un quelconque flottement.

Politico rapportait mardi que le ministre suédois de la défense, Pål Jonson, avait demandé à la direction militaire du pays d’examiner l’impact potentiel de la fourniture de divers types de soutien à la capacité de l’Ukraine en matière d’avions de combat, y compris les Gripen. Les militaires doivent faire leur rapport à Jonson d’ici le 6 novembre. Cette décision fait suite à l’annonce par la Norvège, le Danemark, la Belgique et les Pays-Bas, voisins européens de la Suède, de leur intention d’envoyer des avions de combat Lockheed Martin F-16 à Kiev.

Les experts estiment que même un nombre limité de Gripen pourrait contribuer de manière significative aux efforts de l’Ukraine pour contrôler son espace aérien. Ils considèrent en effet qu’il s’agit d’un avion relativement bon marché et facile à entretenir, qui peut opérer à partir de pistes plus courtes et plus étroites, y compris des pistes d’atterrissage improvisées sur des tronçons rectilignes d’autoroutes, réduisant ainsi le risque que les avions se rassemblent sur une base plus importante et soient détruits par une seule attaque ennemie.

Quant aux États-Unis, nous savons maintenant que l’administration Biden dissimulait les missiles ATACMS, alors qu’elle avait déjà subrepticement équipé les forces de Kiev de ce système. En outre, encouragée par le succès de l’attaque dévastatrice de Kiev contre les aérodromes contrôlés par les Russes à Beryansk et Luhansk mardi en utilisant l’ATACMS (qui aurait détruit plusieurs hélicoptères russes, un dépôt de munitions et un système de défense aérienne), l’administration Biden envisage maintenant de fournir une version avancée du missile qui peut tirer deux fois plus loin (190 miles) que ceux que l’Ukraine vient de recevoir (100 miles seulement).

La détermination de Joe Biden ne faiblit certainement pas. En fait, le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a effrontément révélé vendredi, lors d’une réunion spéciale de la Maison Blanche, que Washington avait “passé des contrats pour certains types de systèmes d’armes qui n’ont pas encore été livrés parce qu’ils sont encore en cours de production“. En clair, l’administration Biden considère qu’il est possible de remettre à l’Ukraine des armes et des véhicules militaires qui n’ont jamais été livrés auparavant.

Le président a toute latitude, en fonction des circonstances du conflit, de la situation sur le terrain et des consultations avec les alliés, pour décider s’il fournira à l’Ukraine des systèmes d’armes que nous n’avons jamais fournis auparavant“, a indiqué Sullivan. Il a ensuite expliqué que les États-Unis avaient “passé des contrats pour certains types de systèmes d’armes qui n’ont pas encore été livrés parce qu’ils sont encore en cours de production. Nous nous attendons à ce qu’ils soient livrés dans les mois à venir“.

Une autre hypothèse erronée était qu’au sein du Congrès américain, une vague d’opinion était en train de se former et qu’il serait de plus en plus difficile pour l’administration Biden d’obtenir l’approbation d’une aide militaire à l’Ukraine au cours d’une année électorale. Mais, par chance, Biden, qui est un politicien très expérimenté dans la gestion de législations difficiles, a trouvé un moyen ingénieux.

Le candidat Vivek Ramaswamy l’a bien expliqué : “Ils combinent intentionnellement les débats autour de l’Ukraine, d’Israël et de notre frontière pour faire passer en force les 61 milliards de dollars destinés à l’Ukraine, qui n’auraient jamais été votés autrement“. Selon les documents de la Maison Blanche, la demande pour l’année fiscale 2024 propose d’allouer plus de 61,4 milliards de dollars à l’Ukraine et plus de 14,3 milliards de dollars à Israël.

Sullivan a déclaré que la dernière demande de budget de l’administration Biden arrivait “au milieu d’un point d’inflexion mondial” après l’attaque du Hamas contre Israël “et alors que le peuple ukrainien continue de se battre chaque jour pour sa liberté et son indépendance contre la brutalité russe“. Il a mis l’accent sur le nouveau discours de Biden selon lequel “l’issue de ces combats pour la démocratie contre le terrorisme et la tyrannie est vitale pour la sûreté et la sécurité du peuple américain“.

Qui peut dire aujourd’hui que ce qui se passe en Ukraine, à 10000 km de là, ne concerne pas les États-Unis ? Biden a commencé son discours jeudi sur une note churchillienne : “Nous sommes face à un point d’inflexion dans l’histoire – un de ces moments où les décisions que nous prenons aujourd’hui vont déterminer l’avenir pour les décennies à venir. C’est de cela que je voudrais vous parler ce soir“.

Il a poursuivi en disant : “Le leadership américain est ce qui maintient la cohésion du monde. Les alliances américaines sont ce qui assure notre sécurité, celle de l’Amérique.  Les valeurs américaines font de nous un partenaire avec lequel les autres nations veulent travailler. Mettre tout cela en danger si nous nous éloignons de l’Ukraine, si nous tournons le dos à Israël, cela n’en vaut tout simplement pas la peine“.

La guerre en Ukraine n’a donc plus rien à voir avec le principe westphalien de la souveraineté nationale et la Charte des Nations unies, ni même avec le fait que l’époque actuelle n’est pas une ère de guerres. Il s’agit en fait du leadership américain, des alliances américaines, des valeurs américaines – en clair, d’hégémonie, de l’OTAN, d’exceptionnalisme.

M. K. Bhadrakumar

 

Article original en anglais : Biden gives booster dose to the faltering Ukraine war, Indian Punchline, le 21 octobre 2023.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]