Print

Bilan des armements occidentaux livrés à l’Ukraine
Par Observateur Continental
Mondialisation.ca, 09 juillet 2022
Observateur continental
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/bilan-des-armements-occidentaux-livres-a-lukraine/5669659

Les pays occidentaux ont accordé à Kiev une aide militaire pour plus de 10 milliards de dollars depuis le 24 février 2022, date du début de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine. Quelles armes et quels pays ont fourni ou promis de livrer à Kiev?

Les États-Unis sont en tête en termes d’aide à l’Ukraine: selon la Maison Blanche, depuis le 24 février, Washington a alloué à Kiev 6,1 milliards de dollars d’aide (en treize tranches).

Parmi les armements livrés: des lance-roquettes multiples (LRM) à roues HIMARS (5), des obusiers M777 (108), des véhicules polyvalents Humvee (100), des véhicules blindés de transport de troupes M113 (200), des missiles sol-air portables Stinger (800), des lance-grenades (100), des missiles antichars Javelin (2.000), des hélicoptères Mi-17 (3), des drones, notamment des drones kamikazes Switchblade (821). Fin juin, les États-Unis ont annoncé la livraison à l’Ukraine du système antiaérien moderne de courte et moyenne portée NASAMS.

De plus, le 9 mai, le président américain Joe Biden a signé une loi sur la livraison à l’Ukraine d’armes dans le cadre d’un prêt-bail. Ainsi, pendant les années fiscales 2022 et 2023 (commencent le 1er octobre aux États-Unis), Washington pourra « mettre temporairement à disposition du gouvernement ukrainien ou des gouvernements d’Europe de l’Est du matériel militaire ».

Le Royaume-Uni a livré des véhicules blindés Mastiff (120), des missiles guidés air-sol Brimstone-1 (200), des systèmes antichars NLAW (3.965), des munitions pour les obusiers M777 (20.000). En avril, le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé la livraison d’armes pour 130 millions de dollars, notamment des missiles antiaériens Starstreak et 800 NLAW supplémentaires. Et en juin, le secrétaire à la Défense Ben Wallace a confirmé la fourniture à Kiev de lance-roquettes multiples M270 MLRS. Au total, Londres a accordé à l’Ukraine une aide de 2,8 milliards de dollars.

L’Allemagne a livré en Ukraine des véhicules de combat d’infanterie (14), des systèmes antiaériens Strela (2.700), des lance-roquettes antichars Panzerfaust 3 (900), des missiles antiaériens Stinger (500), des mines antichars (15.000), des munitions d’armes d’infanterie (16 millions), des mitrailleuses MG3 (100), des grenades à main (100.000), des casques (23.000) et 178 différents véhicules. En juin, le gouvernement allemand a publié le plan de fournitures à venir qui inclut notamment 30 canons antiaériens automoteurs Gepard, le système antiaérien Iris-T, 3 lance-roquettes multiples Mars, 22 camions et 80 pickups. En tout, Berlin a accordé à Kiev une aide à hauteur de 1,39 milliard d’euros.

L’Espagne a fourni des véhicules blindés Uro Vamtac (20), des lance-roquettes antichars (1.370), des cartouches de fusil et de mitrailleuse (700.000), des mitrailleuses légères, des médicaments, des casques et des médicaments.

La France a commencé livrer en mars à l’Ukraine des canons automoteurs Caesar (19 promis) et des missiles antichars Milan (près de 40). Fin juin, le ministre français des Armées Sébastian Lecornu a annoncé une aide supplémentaire. Les nouvelles livraisons comprendront un certain nombre de véhicules blindés VAB, des canons Caesar et des missiles antinavires Exocet.

En Italie, le ministre de la Défense Lorenzo Guerini a déclaré que Rome avait envoyé à Kiev des armes antichars, des systèmes antiaériens de très courte portée, des mortiers, des munitions, des systèmes de transmissions, des moyens de protection individuelle.

La Grèce a envoyé à Kiev des LRM RM-70 tchèques (122), des lance-roquettes antichars RPG-18 (815), des BMP-1 soviétiques (122), des missiles américains FIM-92 Stinger (60), des projectiles de 73 mm (15.000), des fusils automatiques AK-47 (20.000), des cartouches de 7,62 mm (3,2 millions), des obus d’artillerie de 155 mm (17.000), des grenades antichars (1.100).

La Belgique, depuis le 24 février, a accordé à l’Ukraine une aide militaire à hauteur de 76 millions d’euros, notamment: des armes antichars (200), des fusils d’assaut FNC (5.000), du carburant (3.800 tonnes). De plus, le gouvernement belge a décidé de livrer des missiles antichars et des obusiers M109.

La Pologne a transmis à l’Ukraine des mortiers LMP-2017 de 60 mm (100) et 1.500 munitions, des obusiers automoteurs AHS Krab (18), des chars T-72 (240), des drones (8), un certain nombre de munitions cumulatives de 152 mm ainsi que des casques. En outre, Varsovie se dit prête à livrer à l’Ukraine des missiles antichars FGM-148 Javelin et des fusils automatiques FB MSBS Grot. En tout, la Pologne a accordé à l’Ukraine une aide de 1,7 milliard d’euros.

Le Canada a fourni à Kiev des obusiers M777 (4), des lance-roquettes antichars M72 (4.500) et Carl Gustaf M2 (100), des véhicules blindés Roshel Senator (8), des grenades à main (7.500). Ottawa a également promis d’envoyer à l’Ukraine des véhicules blindés LAV III Kodiak. De plus, le Canada a alloué à Kiev 790.000 dollars pour acheter des images satellites de haute précision en promettant six caméras de drone.

La République tchèque a livré à l’Ukraine des obusiers DANA (20), des LRM RM-70 (20), des véhicules blindés BVP-1 (5), des lance-roquettes (160), des hélicoptères Mi-24 (160), des chars T-70 (40). Trois jours après le début de l’opération spéciale, le ministère tchèque de la Défense a envoyé à l’Ukraine une aide militaire (des fusils automatiques, des pistolets, des mitrailleuses, des fusils de sniper et des munitions) pour environ 8,6 millions de dollars.

L’Estonie a livré des obusiers de 122 mm D-30, des missiles antichars Javelin, des véhicules blindés Mamba Mk2 EE (7), un hôpital de campagne Role 2 et autre aide pour un total de 230 millions d’euros.

La Norvège a fourni des obusiers M109 (22), des lance-roquettes antichars M72 (4.000), des missiles antiaériens Mistral (100).

La Lettonie a transmis à l’Ukraine des missiles sol-air Stinger et des hélicoptères. De plus, le 28 février, le parlement letton a autorisé aux citoyens du pays de combattre en tant que volontaires du côté de l’Ukraine après leur enregistrement au bureau des réservistes des forces armées lettones.

Le Danemark a livré des mortiers M10, des véhicules blindés M113 (50), des missiles antinavires Harpoon, des lance-roquettes antichars M72 (2.700), des missiles sol-air Stinger (300), des drones automatisés Skywatch (25), des gilets pare-balles TYR (2.000), des trousses de secours IFAK (700). En avril, la première ministre danoise Mette Frederiksen a annoncé un nouveau volet d’aide militaire à hauteur de 90 millions de dollars. Le Danemark a promis d’envoyer à l’armée ukrainienne près de 50 véhicules blindés modernisés M113 G3 DK, des projectiles de 120 mm pour mortiers et des armes antichars, rapporte Danmarks Radio. La revue Olfi a indiqué que Copenhague avait l’intention de livrer à Kiev 25 véhicules blindés Piranha III, des mortiers M10 avec plusieurs milliers de projectiles. En mai, le Danemark a annoncé la livraison de missiles antinavires Harpoon avec des munitions.

L’Australie a fourni à l’Ukraine des obusiers M777 (6), des véhicules blindés Bushmaster (20) et M113 (14).

La Suède a envoyé à l’armée ukrainienne des lance-roquettes antichars AT4 (10.000), des casques (5.000), des rations de combat (135.000) et des gilets pare-balles (5.000). En juin, la chef de la diplomatie suédoise Ann Linde a annoncé que le royaume avait préparé un quatrième volet d’aide pour l’Ukraine. Il inclura des missiles antinavires, des armes antichars, des fusils de 12,7 mm ainsi que des munitions, pour 95 millions d’euros au total. Il s’est avéré plus tard que la Suède comptait envoyer à l’Ukraine une aide militaire supplémentaire pour 49 millions de dollars, notamment des armes antichars, des moyens d’appui et des équipements de déminage, rapporte Associated Press.

Le Portugal a livré des obusiers de 155 mm M114 (5), des véhicules blindés M113 (15), des fusils automatiques G3, des grenades et des munitions.

Les Pays-Bas ont envoyé à l’armée ukrainienne des véhicules blindés (supposément YPR-765), des missiles sol-air Stinger (200), des casques (3.000) et des gilets pare-éclats (2.000), des fusils de sniper (100) avec 30.000 de munitions et des lance-roquettes (400) pour 102 millions d’euros au total.

La Slovaquie a fourni des systèmes antiaériens S-300. En avril, la revue slovaque Pravda a annoncé que la Slovaquie s’apprêtait à livrer à l’Ukraine une vingtaine de canons d’artillerie DANA (version Zuzana), et en juin Bratislava a transmis à Kiev quatre hélicoptères Mi-17 et un Mi-2 ainsi que des munitions de LRM, rapporte Deutsche Welle.

La Slovénie a transmis des chars T-72 (l’agence allemande DPA parlait de 54 blindés), des AK-47 et des casques.

La Finlande a livré des fusils automatiques (2.500) avec 150.000 cartouches, des fusils antichars (1.500) et des rations de combat. Il a été rapporté en février que le gouvernement finlandais avait approuvé la livraison en Ukraine de 2.000 gilets pare-balles, 2.000 casques composites, 100 brancards et des équipements pour deux postes d’aide médicale urgente.

La Turquie a mis en place avec l’Ukraine la production conjointe de drones de combat Bayraktar TB2.

Le Luxembourg a fourni des moyens antichars (100), des véhicules Jeep Wrangler, des tentes militaires (15). Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, 15% du budget militaire luxembourgeois ont été alloués pour soutenir l’armée ukrainienne.

La Croatie a déclaré en février qu’elle enverrait à Kiev des armes d’infanterie et des équipements de protection pour 16,5 millions d’euros.

La Macédoine du Nord a également apporté son aide à l’Ukraine, sans préciser de quelle aide il s’agit. L’Autriche, la Bulgarie, la Roumanie et l’Irlande ont livré à l’armée ukrainienne du carburant, des gilets pare-balles, des casques et des médicaments, alors que la Hongrie et Malte se sont contentées d’envoyer seulement des médicaments. 

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.