Print

Botswana : des chasseurs bushmen arrêtés et torturés
Par Global Research
Mondialisation.ca, 21 avril 2006
Survival International 12 avril 2006
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/botswana-des-chasseurs-bushmen-arr-t-s-et-tortur-s/2299

Huit Bushmen ont été arrêtés la semaine dernière par des gardes armés, menacés de mort, torturés, incarcérés une nuit et inculpés pour avoir chassé dans la Réserve naturelle du Kalahari central au Botswana.

L’un d’entre eux, Vitanon Mogwe, a déclaré à Survival : ‘Les gardes forestiers ont dit à nos familles qu’ils tireraient sur nous et nous tueraient, nous avons alors couru pendant deux jours jusqu’au village voisin pour nous y cacher. Quand ils nous ont trouvés, ils ont enfoncé leurs fusils dans nos poitrines et nous ont demandé ce qui pourrait à cet instant les empêcher de nous tuer’.

Les huit hommes sont restés toute une journée attachés à un poteau, en position allongée, et étaient frappés s’ils tentaient de bouger.

Ces hommes résident actuellement dans le camp de relocalisation de Kaudwane ; ils ont été expulsés de leur territoire situé dans la Réserve en 1997 puis en 2002. Il est indiqué sur le procès-verbal qu’ils sont ‘sans profession’. Le gouvernement du Botswana a interdit la chasse et la cueillette dans la Réserve après les expulsions de 2002. Les Bushmen expulsés, qui auparavant vivaient essentiellement de chasse et de cueillette, dépendent aujourd’hui des ‘subsides de misère’ gouvernementaux. Un Bushman de Kaudwane a expliqué à Survival ‘Je ne fais rien, et j’ai faim. C’est pour cela que vous nous voyez manger des chiens’.

Voilà plus de 20 ans que les chasseurs bushmen sont persécutés, arrêtés et torturés dans la Réserve naturelle du Kalahari central mais ce harcèlement s’est intensifié ces dernières années.

Un autre groupe de quatre Bushmen a été arrêté au début du mois de mars pour avoir chassé dans la Réserve et deux d’entre eux ont également été torturés.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.