Camouflage: Le rapport de l’agence néerlandaise sur l’écrasement du vol malaisien MH17 «est totalement vide de contenu»

Région :
Analyses:

« La formulation ambiguë [(weasel wording) consiste à utiliser] des mots et expressions visant à créer l’impression que l’on fait une déclaration spécifique et/ou significative, alors que l’on communique en réalité une affirmation vague ou ambiguë. Cela permet de nier la signification précise de la déclaration si celle-ci est contestée […] Certains mots ambigus peuvent également avoir pour effet d’affaiblir une déclaration potentiellement épineuse, voire controversée, par une certaine forme de litote. » (Gary Jason 1988)

Il faut d’emblée affirmer que ce rapport ne ment pas. Il ne peut tout simplement pas mentir car il ne contient rien de nouveau. Je n’ai jamais vu un rapport d’écrasement d’avion aussi insignifiant. Ce qui est étonnant cependant, est le choix de mots diplomatique et sophistiqué du rapport, lequel se perd dans une terminologie ambiguë.

C’était probablement planifié, de sorte que chaque partie puisse continuer à défendre sa version avec zèle.

Examinons ce rapport de plus près.

Au début, nous trouvons, comme d’habitude, des déclarations détaillées sur l’avion, à savoir à qui il appartenait et qu’il était en parfait état, ainsi que des détails sur l’équipage. On exclut les problèmes techniques et les conditions météorologiques comme cause de l’accident.

Photo: le pilote et auteur allemand Peter Haisenko

Le rapport confirme ensuite que les boîtes noires sont pratiquement intactes et qu’elles n’ont pas été altérées.

On poursuit avec la description des débris dispersés sur une vaste zone et, à partir de cette observation, on tire l’étonnante conclusion que cet avion a explosé dans les airs.

Veuillez excuser le léger sarcasme, mais je n’aurai d’autre choix que de continuer à faire des remarques sarcastiques à propos de ce « rapport ».

14 minutes de silence dans le poste de pilotage est absolument impossible

On rapporte que la section du poste de pilotage s’est probablement détachée complètement de l’avion, car elle est pratiquement tombé à la verticale du point de pilonnage sur le sol et a été trouvée à une certaine distance du reste des débris.

Le rapport indique par ailleurs que les dommages causés par des forces extérieures ont été enregistrés presque exclusivement à l’avant de l’avion, à savoir le poste de pilotage, ce qui a mené à l’éclatement de l’avion.

Jusqu’ici tout va bien, rien de nouveau. Ensuite, il y a une transcription de la communication radio entre le MH017 et le contrôle de la circulation aérienne, tirée de l’enregistreur de conversations.

A ce stade, l’expert commence à se poser des questions.

La transcription de la radiocommunication commence à 13:08:00 et se termine à 13:22:02, soit un laps de temps de 14 minutes.

Selon mon expérience en tant que commandant de bord, je ne peux pas imaginer que pendant 14 minutes aucun autre son ou dialogue n’ait été capté par l’enregistreur dans le poste de pilotage.

Lorsque le poste de pilotage reçoit les transmissions radio des autres avions, ceux-ci sont également enregistrés par le dispositif. Je le répète, il n’y a pas de mensonges dans ce rapport, mais selon toute vraisemblance, on ne dit pas tout. La conclusion du rapport souligne :

« Rien n’indique dans les communications de l’équipage qu’il y avait quoi que ce soit d’anormal avec le vol. »

Tout était normal, mais la conversation qui a possiblement (et très probablement) eu lieu dans le poste de pilotage est dissimulée, ainsi que les transmissions radio provenant d’autres avions.

Objets à grande vitesse et autres formulations floues

La conclusion de ce rapport est l’exemple parfait d’une situation où l’on sait quelque chose avec certitude, mais où l’on présente les faits de manière à ne rien révéler :

Les dommages observés dans la partie avant de l’avion semblent indiquer que l’avion a été pénétré par un grand nombre d’objets à grande vitesse provenant de l’extérieur de l’appareil. Il est probable que ces dommages aient entraîné la perte de l’intégrité structurale de l’aéronef, ce qui a conduit à sa désintégration en plein vol.

Aha! Se dit le lecteur étonné. Nous le savions déjà. Nous devons examiner cette conclusion de plus près. En réalité, il ne s’agit pas d’une conclusion.

Le rapport parle de possibilités et de probabilités: « sembler indiquer », « il est probable ». Il s’agit toutefois de la partie la moins énigmatique.

Les formulations « pénétré » et surtout « objets à grande vitesse » sont intéressantes. On ne sait pas dans quelle mesure ces « objets » sont entrés dans le poste de pilotage ou même s’ils sont passés complètement à travers et sont sortis de l’autre côté, donc s’ils ont « pénétré » entièrement le poste de pilotage. La photo de la section du poste de pilotage publiée dans ce rapport est de qualité inférieure et à une échelle moindre que celle que j’ai moi-même fournie et publiée dans mon analyse.

« La formulation ambiguë »

Là encore, il faut noter que le rapport ne ment pas, mais l’agence montre moins d’information que ce qui se trouve à sa disposition.

Le terme « objets à grande vitesse » est vraiment « original ». Qu’est-ce que c’est?

J’ai appris ce terme dans le contexte de l’astrophysique ou de la physique quantique. Sinon, je ne l’ai pas vu souvent dans celui de l’aviation ou des catastrophes aériennes. Alors, comment devrait-on comprendre ce concept? J’ai demandé à des anglophones ce qu’il évoquait. Ils ont spontanément répondu des balles, des projectiles de canon ou un train de marchandises rapide. Ils ont également fait remarquer que ce terme est inhabituel dans le langage courant, « normal », sauf en astrophysique ou en physique quantique. Cette étrange formulation laisse libre cours à l’interprétation.

Laisser libre cours à l’interprétation alors que l’explication semble différente

Ceux qui désirent suivre la description occidentale peuvent conclure qu’un missile sol-air décharge des « objets à grande vitesse » et c’est précisément cette interprétation que j’ai observé dans les médias allemands aujourd’hui.

Nos journaux sont en train de réciter comme un credo la version des causes de la catastrophe publiée par les États-Unis immédiatement après l’accident du MH 017. Ils affirment que ce rapport confirme que le Boeing 777 a été abattu par un missile sol-air.

Ce n’est pas exactement ce que dit le rapport, mais il permet cette interprétation, et c’est sans doute l’objectif de ce choix de mots très souple. Chacun peut l’interpréter à son goût et selon ce qu’il veut bien croire, surtout ceux dont la langue maternelle n’est pas l’anglais, et qui pensent spontanément à des balles.

Ce « rapport » ne vaut pas le papier sur lequel il est écrit.

Cela n’est pas surprenant, parce que le gouvernement Maidan de Kiev devait approuver ce qui allait être publié.

Le rapport laisse libre cours à l’interprétation de ce qui pourrait en réalité contribuer à une explication. Le MH 017 a peut-être été touché par un missile, sol-air ou air-air. Il a pu être abattu par un avion de chasse ou, ironiquement, selon les termes de l’astrophysique et de la physique quantique, par un grand nombre d’« objets à grande vitesse » provenant des confins de l’univers et qui se sont abattus sur le poste de pilotage.

Vous pouvez télécharger ici le rapport original en format PDF afin de vous faire votre propre opinion.

Lire l’article précédent de Peter Haisenko: Shocking analysis for launching the Malaysian MH 017 – Vous y trouverez l’image à haute résolution de la section du poste de pilotage et dont le rapport montre seulement une partie.

Peter Haisenko

Texte original en allemand.

Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca



Articles Par : Peter Haisenko

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]arch.ca